Archives mensuelles: janvier 2018

Quercus ilex  L.

CHÊNE VERT  ou  YEUSE
Chêne vert, Quercus ilex L.

Quercus ilex L.

Nom provençal :
Éuve

Famille : FAGACEAE

Localisation :
forêts, garrigues, maquis rocheux. Rustique et de croissance lente, il résiste très bien aux embruns.

Utilisation :
Bois de chauffage excellent, utilisé en grandes quantités pour la fabrication du charbon de bois dans les charbonnières.

Comestibilité :
Les glands de nombreuses espèces de chênes ont été consommés par l’homme depuis la nuit des temps. Parfois ils sont doux et peuvent être mangés grillés ou bouillis. Mais bien souvent, ils sont amers à cause de la grande proportion de tanin qu’ils renferment et qui, ingérée en grande quantité, peut provoquer des troubles digestifs.
Heureusement, le tanin est soluble dans l’eau et peut être éliminé. Il suffit de hacher finement les glands, ou de les écraser, et de les faire bouillir à plusieurs eaux jusqu’à disparition de l’amertume, puis de les manger sous forme de bouillie salée ou sucrée.

Chêne vert, Quercus ilex L. Photo : Stadtkatze  et  licence.

Hedera helix  L.

Lierre, Hedera helix
Lierre, Hedera helix
Lierre, Hedera helix

Nom provençal : Héouré 

ARALIACEAE

Le Lierre est accusé à tort de mille maux…
Il ne parasite pas les arbres, ni ne les étouffe, bien au contraire, mais il leur confère fraîcheur et protection et attire nombre d’insectes - grâce à ses fleurs mellifères - et d’oiseaux grâce à ses fruits.

Localisation :
Liane commune, bois, falaises ombragées, forêts humides.

Utilisation :
- Utilisé en bain contre la cellulite ;
- Infusion appliquée en compresses sur les brûlures et les gerçures ;
- Propriétés expectorantes (traitement de la toux et des affections bronchiques).
Exemple : le Lierre est resté célèbre, dans la mémoire des gens, comme traitement spécifique de la toux. La méthode consiste à couper un vieux tronc, à creuser un trou dans le bois pour y laisser macérer un peu de vin quelques heures. Il faut ensuite boire ce vin qui acquiert des vertus anticoquelucheuse et antitussive.

Toxicité :
Les fruits sont faiblement toxiques (surtout chez les enfants).

Lierre, Hedera helix

IMG_1561

Le Lierre des poètes

Lierre sur un arbre
Sur l’écorce des arbres… Photo : rascal tinain
Sur l’écorce des arbres, le long des murs…
Le Lierre grimpe partout où il trouve support à ses crampons et peut atteindre jusqu’à trente mètres de long, si bien qu’avec son feuillage, il recouvre parfois des murs entiers dont on oublie l’existence. L’espèce la plus répandue est le lierre commun Hedera helix.
En Orient comme en Occident, le Lierre est vite devenu le symbole de l’attachement affectif et de la fidélité, voire de l’amour étouffant. Une devise lui est associée :
« Je meurs ou je m’attache ».
On le considère d’ailleurs à tort comme l’égal du gui, un parasite qui se nourrit de la substance des arbres à leurs dépens et qu’il faut détruire.
Pourtant, cette liane aime s’agripper aux écorces rugueuses, comme celles des chênes, uniquement pour s’élever vers la lumière ! D’ailleurs, lorsqu’elle ne trouve pas de tuteur, on peut également la retrouver au ras du sol sous forme de vastes tapis.

Le Lierre joue un rôle très important dans l’équilibre de la biodiversité. Avez-vous déjà remarqué qu’il est en fleur à la saison où toutes les autres plantes s’apprêtent à entrer en dormance ?
Plante mellifère, elle permet aux abeilles de compléter leurs provisions d’hiver et une abeille solitaire, l’abeille du Lierre, lui est directement liée.

Abeille du Lierre

Abeille du Lierre. Photo stanze.

Les fruits - de petites baies noir bleuté et toxiques pour l’homme - se forment dès le mois de janvier et régalent de nombreux oiseaux, tels que les grives, les merles et les pigeons ramiers, alors que les autres graines se font rares à cette saison.
Lierre, Hedera helix, graines

 Le feuillage du Lierre sert également de refuge à de nombreuses espèces. Les oiseaux n’hésitent pas à venir y dissimuler leur nid tandis que le Gonepteryx rhamni, un papillon, s’y camoufle pour passer l’hiver.

C’est donc un véritable réservoir de biodiversité !

Désormais, lorsque votre regard se posera sur cette liane, vous saurez saisir toute la poésie qu’elle recèle dans ses feuillages. Ce n’est d’ailleurs pas par hasard que, dans l’Antiquité, les poètes grecs et romains les plus méritants se couvraient de lierre !

Baies du Lierre. Photo : rascal tinain

Utilisations :

Le lierre a des propriétés tinctoriales reconnues depuis longtemps.
Une fois écrasées, les baies bleu-violet peuvent être utilisées
pour teindre la laine en violet.
Ajoutez un peu de cendre à la décoction et vous obtiendrez un beau vert !
Quant à la sève, récoltée au printemps, elle prend une couleur rouge en cuisant et servait à colorer les peaux de chèvres ou de moutons.
Dans le Midi, on fabriquait également de la « lessive de lierre »,
qui ravivait les étoffes noires.
Texte : Mélanie ROBEAU, animatrice du Conservatoire du Patrimoine.
Références bibliographiques : RENAULT J-M., La garrigue grandeur nature,
RAMEAU, MANSION, DURRIO, GAUBERVILLE, Flore forestière française, guide écologique, tome III, région méditerranéenne,
SCHAUENBERG, PARIS, Guide des plantes médicinales.

Retour à la fiche : Le Lierre grimpant