Archives mensuelles: juin 2017

Punica granatum  L.

Grenadier, Punica granatum L.
Grenadier, Punica granatum L.
Grenadier, Punica granatum L.

Nom provençal :
 - Migranié (Fréjus, Grimaud) ;
 - Mingranié, vingranié
(Hyères).

Famille : LYTHRACEAE

Localisation :
Originaire du sud-ouest de l’Asie, souvent cultivé en haies et subspontané dans les friches, les fourrés et à proximité des habitations.

Utilisation :
Dès l’époque de Dioscoride, l’écorce de la racine du Grenadier était employée contre le taenia, mais son usage est dangereux à cause des alcaloïdes toxiques qu’elle contient !
Les fleurs, appelées balaustes, ainsi que la paroi des fruits sont douées de propriétés astringentes utiles contre les diarrhées et la dysenterie.
Le suc de la grenade additionné d’eau était recommandé dans les maladies fébriles, bilieuses et des voies urinaires.

Comestibilité :
Les grenades, dont la pulpe a longtemps servi à la fabrication du sirop de grenadine, donnèrent leur nom à la ville de Grenade en Espagne, fondée par les Maures au Xe siècle.
De nos jours, les nutritionnistes nous recommandent une consommation régulière de grenades.

Plantago lanceolata  L.

Plantain lancéolé, Plantago lanceolata L.
Plantain lancéolé, Plantago lanceolata L.

Nom provençal :
 - Erbo-dei-cinq-couasto

Famile : PLANTAGINACEAE

Localisation :
Bords des chemins, terrains secs, lieux rocailleux et herbeux, bois clairs, fruticées, mares.

Utilisation :
Trois espèces de plantains, fréquemment rencontrés, possèdent les mêmes propriétés : il s’agit du Plantain lancéolé, du Grand Plantain (Plantago major L.) et du Plantain moyen (Plantago media L.).

Les Anciens considéraient déjà ces plantes comme précieuses, très actives tant en usage externe (vulnéraire et antiseptique) qu’en usage interne (béchique, immunostimulant, effet antibactérien et antiviral). Ceci est confirmé par la science moderne qui a mis en évidence leurs propriétés anti-bactérienne, anti-inflammatoire et antiallergique.

Comestibilité :
Une dizaine d’espèces de plantains ont des feuilles relativement tendres pour être consommées. Jeunes, elles se mangent crues dans les salades ; plus tard, il est préférable de les faire cuire, en particulier dans les soupes. Goût agréable.
On peut également consommer les jeunes inflorescences encore tendres, crues ou passées à la poêle.

  • Plantain lancéolé, Plantago lanceolata
  • Plantain lancéolé, Plantago lanceolata L. 3
  • Plantain lancéolé, Plantago lanceolata L.
  • Plantain lancéolé, Plantago lanceolata L.

Taxus baccata  L.

Nom provençal :
 - Tuï ;
 - Bouas dé la Santo-Baoumo
.

Famille : TAXACEAE

propriétés :
C’est un résineux - à croissance lente - sans résine et un conifère qui ne produit pas de cônes, mais des arilles ; fruits rouges beaucoup plus attractifs pour les oiseaux.
Cet arbre pourrait vivre 2000 à 3000 ans…

Localisation :
Naturalisé dans les hêtraies, les sapinières, les ripisylves.
Forêt de la Sainte-Baume, Solliès-Toucas, massif des Morières, bords du Gapeau…

Utilisation :
Sert actuellement à la semi-synthèse d’une molécule anticancéreuse : le taxofène.
Largement planté dans les jardins, principalement en haie facile à tailler.
Il est apprécié en ébénisterie, car son bois se travaille facilement. Il sert, encore aujourd’hui, à la fabrication des arcs.

Toxicité :
Écorce, feuilles, fruits. A été utilisé comme poison de flèches.
Une décoction avec cinquante grammes de feuilles est mortelle !

 

Reichardia picroides  L. Roth

Cousteline, Reichardia picroide

Nom provençal :
 - Coustelino

Famille : ASTERACEAE

Localisation :
Commune, bords des champs et des chemins, des pistes, rochers maritimes.

Comestibilité :
C’est l’une des meilleures salades qui soient.
Les jeunes feuilles en rosette sont croquantes et dénuées d’amertume.
On peut la consommer en salade avec d’autres espèces sauvages ou bien avec des croûtons et du petit-salé, comme les pissenlits.

Primula veris  L.

COUCOU OU PRIMEVÈRE OFFICINALE
Primevère officinale, Coucou, Primula veris L.

Crédit photo : Dr Yvan Avramov.

Nom provençal : 
 - Braieto-de-couguiéu ;
 - Couguiéulo.

Famille : PRIMULACEAE

Comestibilité :
Ses fleurs sont comestibles (recherchées pour la confiture et cuisinées avec des jeunes feuilles).

Primevère officinale, Coucou, Primula veris L.

Campanula rapunculus  L.

Campanule raiponce, Campanula rapunculus L.
Campanule raiponce, Campanula rapunculus L.

Nom provençal :
 - Rapóunchou,
 - Rapounchoun

Famille : CAMPANULACEAE

Localisation :
Fréquente au bord des chemins, dans les prés et les bois. Elle apprécie particulièrement les sols calcaires jusqu’à mille mètres d’altitude.

Comestibilité :
Autrefois cultivée et appréciée comme un mets délicat, la Campanule raiponce, à la saveur douce et légèrement sucrée, se consomme en salade ; feuilles et racines sont apéritives, rafraîchissantes et peuvent être dégustées crues à la croque-au-sel comme les radis. On peut également les savourer cuites.
Bien entendu, il est recommandé de ne pas dévaster l’espèce (la récolte des racines détruit la plante à chaque prélèvement) et donc de récolter avec modération !

Campanule raiponce, Campanula rapunculus L.

Crédit photo : Dr Yvan Avramov.

Primula veris  L.

PRIMEVÈRE OFFICINALE OU COUCOU
Primevère officinale, Coucou, Primula veris L.

Crédit photo : Dr Yvan Avramov

Nom provençal :
 - Braieto-de-couguiéu
 - Couguiéulo.

Famille : PRIMULACEAE

Comestibilité :
Ses fleurs sont comestibles (recherchées pour la confiture et cuisinées avec des jeunes feuilles).

Primevère officinale, Coucou, Primula veris L.

Linum narbonense  L.

Lin de Narbonne, Linum narbonense, L.
Lin de Narbonne, Linum narbonense, L.

Crédit photo : Dr Yvan Avramov.

Nom provençal :
 - Lin-sóuvage

Famille : LINACEAE

Localisation :
Calcicole, garrigues ouvertes, sous-bois clairs, pelouses sur marnes ou dolomies.

Utilisation :
Ce lin, aux grandes fleurs décoratives d’un bleu intense, enchante les promeneurs et a souvent été cultivé pour embellir nos jardins.

Il ne faut pas le confondre avec le Lin très usité, Linum usitatissimum L., cultivé pour ses fibres textiles. Au VIe siècle avant notre ère, il faisait partie de l’alimentation (graines riches en huile) et fut cité comme remède contre la toux, au Ve siècle avant notre ère, par Théophraste dans l'Histoire des plantes.
L’eau de Lin était très en vogue, au XVIIe siècle, et Madame de Sévigné en buvait pour se bien porter.

Lin de Narbonne, Linum narbonense L.

Linum campanulatum  L.

Lin campanulé, Linum campanulatum L.
Lin campanulé, Linum campanulatum L.

Nom provençal :
 - Lin

Famille : LINACEAE

Localisation :
Calcicole, garrigues ouvertes, coteaux rocheux, pelouses sur marnes ou dolomies.

Utilisation :
Le Lin campanulé se distingue des autres Lins (neuf espèces dans le Var), car ses feuilles sont atypiques, spatulées et groupées en rosettes.
Ses grandes fleurs jaune d’or, veiné d’orangé à la base sont caractéristiques.
Ce magnifique Lin a souvent été cultivé comme plante ornementale.

Crédit photo : Dr Yvan Avramov
  • Lin campanulé, Linum campanulatum L.
  • Lin campanulé, Linum campanulatum L.
  • Lin campanulé, Linum campanulatum L.

Helichrysum stoechas  (L.) Moench

Immortelle, Helichrysum stoechas L.
Immortelle, Helichrysum stoechas L.

Crédit photo : Dr Yvan Avramov.

Nom provençal :
 - Saméto ;
- Herbo dé San-Jan
.

Famille : ASTERACEAE

Localisation :
Assez commune, garrigues, coteaux secs, bords des pistes sablonneuses, rocailles, pelouses littorales sèches, sables dolomitiques…

Utilisation :
Utilisée en parfumerie.
Cultivée comme plante ornementale.
Cet arbrisseau peut couvrir les dunes de beaux coussins jaunes grâce à ses nombreuses petites fleurs que l’on conserve en bouquets secs presque aussi longtemps que son nom le laisse supposer.

Comestibilité :
L’infusion de fleurs sert à parfumer certaines sauces (goût de curry).

Lithospermum purpurocaeruleum  L.

Grémil bleu pourpre, Lithospermum purpurocaeruleum L.
Grémil bleu pourpre, Lithospermum purpurocaeruleum L.
Grémil bleu pourpre, Lithospermum purpurocaeruleum L.

Nom provençal : 
 - Erbo-dei-perlo
;
 - Erbo-de-la-pisseto
.

Famille : BORAGINACEAE

Localisation :
Chênaies pubescentes, chênaies vertes en ubac, bois, lieux frais et ombragés. Bois de la Sainte-Baume, Méounes (Montrieux), etc.

Utilisation :
Après la chute des feuilles du Grémil bleu, seuls subsistent ses petits fruits très durs, brillants et d’un blanc ivoire :
Lithospermum signifie graine de pierre. Rien d’étonnant à ce que ces petits fruits aient été utilisés pour détruire les calculs rénaux, en application de la célèbre « théorie des signatures ».
Le Grémil bleu ainsi qu’une espèce voisine, le Grémil officinal, Lithospermum officinale L., aux fleurs blanc crème, sont surnommés Herbe aux perles.

Comestibilité 
Avec les sommités fleuries, on prépare le « thé d’Europe », une boisson rafraîchissante.

Ses grandes fleurs pourpres
deviennent par la suite bleues
d’où son nom latin d’espèce.

Grémil bleu pourpre, Lithospermum purpurocaeruleum L.

Geum urbanum  L.

Benoîte des villes ou Benoite commune, Geum urbanum L.
Benoîte des villes, Geum urbanum L.

Crédit photo : Dr Yvan Avramov.

Nom provençal :
 - Erbo-de-sant-Benòni

Famille : ROSACEAE

Localisation :
Fréquente dans les bois et les endroits ombragés jusqu’à 1300 mètres d’altitude.

Utilisation :
La Benoîte jouit d’une grande renommée depuis l’Antiquité.
Riche en tanin, elle est astringente et tonique ; c’est un excellent fébrifuge qui a remplacé, parfois, le quinquina.
Le vin de Benoîte fortifie l’estomac (50  grammes de racine sèche par litre, à faire macérer trois jours).
La racine doit son parfum à une huile essentielle contenant de l’eugénol qui est le constituant principal de l’essence de girofle, distillée du bouton floral d’Eugenia caryophyllata.
Elle a longtemps servi à colorer la laine en lui donnant une belle teinte mordorée.

Comestibilité :
Les racines, cueillies à l’automne, ont une saveur légèrement piquante et un parfum de clou de girofle.
L’infusion des racines agrémente les compotes, les crèmes au chocolat, les fruits au sirop… Les racines fraîches parfument les sauces, les bouillons, les liqueurs, le vin, la bière.

Benoîte commune, Geum Urbanum L.

Chamaemelum fuscatum  (Brot) Vasc.

CAMOMILLE PRÉCOCE OU ANTHÉMIS PRÉCOCE

Camomille précoce, Chamaemelum-fuscatum
Camomille précoce, Chamaemelum-fuscatum

Nom provençal :

 

Famille : ASTERACEAE

Localisation :
Vignobles inondables, pelouses dénudées humides.

Comestibilité :
En Sicile, les jeunes feuilles sont bouillies puis servies avec de l’huile d’olive et du citron.

Cette plante n’est connue que dans le Var où elle peut être très abondante dans les vignobles.

Camomille précoce, Chamaemelum fuscatum.

 


Consulter la vidéo : La Camomille

Sorbus torminalis  L.

ALISIER TORMINAL OU SORBIER TORMINAL

Alisier torminal, Sorbus torminalis L.
Alisier torminal, Sorbus torminalis L.

Nom provençal : 
 - Aligié

Famille : ROSACEAE

Alisier torminal, Sorbus torminalis L.

Crédit photo : Dr Yvan Avramov.