Les colères du Gapeau

Les colères du Gapeau

Ex-voto d'Antoine Sénès, 1780

Ex-voto de 1780.

Les crues du Gapeau sont de régimes torrentiels, dues à la violence des précipitations et de la nature des sols. De Signes à La Crau les sols sont calcaires et karstifiés et sont cristallins pour le bassin du Réal-Martin, sols sur lesquels les ruissellements sont rapides et abondants.
En terrain karstique si l’infiltration de l’eau est grande il peut apparaître des résurgences périodiques qui aggravent les débits dans une haute et moyenne vallée très étroite.

Bassin hydrographique du Gapeau

 

Les inondation mémorables

Cote d'alerte du Gapeau = 1,80 m soit 43,3 m3/s (info : DIREN PACA 2001)
Crue décennale = 2,76 m soit 94 m3/s (info : DIREN PACA 2001)

– Crue du 8 septembre 1651

Roole de ceux qui se sont noyés à Belgentier, le jour de la Nativité de Notre Dame, le huistiesme de septembre mil six cents cinquante un, dans la rivière ayant débordé extraordinairement.

« Louis Ruy, dit renon, charpentier,
Pierre André, fils de Toussaint,
Louise Beaucier, veuve de Barthelemy Gassin (un corps trouvé et enterré le 13 décembre),
Isabeau Gassin, sa fille et Isabeau Teisseire, sa fem,
Jacques Teisseire, rentier du lieu,
Barthélemy Roque, papetier, natif de Pignans,
Louis Gavot, travailleur,
Françoise Gueit, sa femme,
Madeleine, Etienne et Catherine, ses enfants,
Louise Julien, femme de Louis Gavot, le majeur,
Catherine Laure, sa tante,
Jean Ruy, marchand curatier,
Claire Andrieu, sa belle-fille,
Anne, sa petite fille,
Jean-Baptiste Brémond, de Jean,
Claire Rentier, femme de Jacques Guérin,
Jean et Anne, enfants de ce dernier,
Claude Teisseire, de Jean,
André Teisseire, d’Antoine,
Charles Terras, de Claude,
Antoine Rouquier, de Louis,
Louis Chaulan, marchand papetier,
Anne Martel, de Louis,
Claire Brémond, de Jean,
Anne Marrot, de Paul,
Trois gardes du duc de Vendôme,
Jean Rouvier, travailleur,
Pierre Rouquier,
Claire, femme de Jean Revest et Honorade,
ses filles Isabeau, Françoise et Jean Revest, de Jean, ses petits-enfants,
Jacques Teisseire, de Pierre,
Guillaume et Honoré Ruy, de Jacques ».
(Archives communales, Belgentier).
Belgentier, AZI

Atlas des zones inondables – Belgentier (IPSEAU, scan25©IGN2007, ech. : 1 / 25 000).

– Crue du 28 septembre 1703

– Crue du 9 juin 1767

– Crue du 8 septembre 1871

– Crue du 27 octobre 1886

(Info : P.-A. Février, 1989).

– Crue du 12 janvier 1941

– Crue du 17 avril 1942

– Crue du 25 au 27 janvier 1948

(Info : A. Catoni, 1949 et Volot R. et Delfino J.-P. 1995)
À Solliès-Pont, dans la rue Notre-Dame : 0,45 m d’eau.

– Crue du 15 février 1951

Solliès-Toucas, AZI

Atlas des zones inondables – Solliès-Toucas (IPSEAU, scan25©IGN2007, éch. : 1 / 25 000).

– Crue du 20 février et les 24 et 25 mars 1955

– Crue du 27 octobre 1959 

(Info Var-Matin du 18 janvier 2000).

– Crue du 26 novembre 1961
(Info : coupure de presse)

« Le Gapeau s’est gonflé de façon spectaculaire à partir de 12 h, son niveau monta à la moyenne effarante de un  mètre à l’heure, pour arriver à 16 h 30 à la cote de 6, c’est-à-dire la cote d’alerte qui fut dépassée en moins d’un quart d’heure, et l’eau se répandit sur la Nationale 98 entre le pont du Gapeau et l’entrée d’Hyères, pour s’étendre à travers la plaine. À 17 h, la circulation sur cette route était interrompue »…

– Crue du 28 décembre 1972

579 m²/s à la station de Sainte-Eulalie.

– Crue du 4 février 1976

445 m²/s à Sainte-Eulalie.

– Crue du 16 et 17 janvier 1978
(info : Volot R. et Delfino J.-P. 1995)
Tout le Var est inondé.
  • Carousel, inondations du Gapeau 1
  • Carousel, inondations du Gapeau 2
  • Carousel, inondations du Gapeau 3
  • Carousel, inondations du Gapeau 4
1 - Plaine de la Garde.
2 - Chemin communal de La Foux, plaine de la Garde. Au fond le Coudon.
3 - CD 86 et piste cyclable au nord du pradet en diretion de La Garde.
4 - Plaine de la Garde, CD 29 / CD 86.
– Crue du 17 et 18 janvier 1999
Cette crue a été considérée comme une crue centennale en raison d’une hauteur d’eau de 3,51 m enregistrée au limnigraphe du pont de l’autoroute à Solliès-Pont et un débit de 147 m3 /s. (info : DIREN PACA 2001.)
La crue décennale s’établit à une hauteur de 2,76 m et un débit de 93 m3 /s.
Notons également que la cote d’alerte aux inondations du Gapeau est établit à une hauteur de 1,80 m pour un débit de 43,3 m3/s.

Le débit d’eau à Sainte-Eulalie est de 380 m3/s.

Crue du Gapeau, 19 janvier 1999
Crue du Gapeau 19 janvier 1999, la rive gauche et le parking
à l'aval du pont de la salle des fêtes Solliès-Pont, photo René Long.
– Crue du 25 décembre 2000,

262 m3/s à Sainte-Eulalie.

– Crue du 27 au 28 février 2001,
Hauteur du Gapeau à Solliès-Pont, pont de l’autoroute (info : DIREN PACA 2001) :

le 27 février 2001 à 16 h = 0,655 m soit 1,73 m3/s ;
le 28 février 2001 à 0 h 40 = 1,115 m soit 14,3 m3/s ;
le 28 février 2001 à 13 h = 0,965 m soit 10,5 m3/s.

Solliès-Pont AZI

Atlas des zones inondables – Solliès-Pont, (IPSEAU, scan25©IGN2007, ech. : 1 / 25 000).

– Crue du 28 octobre 2004,

Ce 28 octobre 2004, pluie abondante toute la journée à partir de 0 h 35 et elle s’arrête à 22 h 35.

– Crue du 9 novembre 2011,

Crue à Saint-Victor, novembre 2011

La crue à Saint-Victor le 9 novembre 2011.

– Crue du 21 novembre 2019,

Vigicrue, débit du Gapeau
Graphique du débit du Gapeau ; pointe 105,72 m3/s, à 12 h, le 23 novembre 2019. Site : Vigicrues
Vigicrue, hauteur du Gapeau
Graphique de la hauteur du Gapeau ; pointe à 3,07 m, à 12 h, le 23 novembre 2019. Site : Vigicrues
2019-11-23a, Crue à Solliès-Pont
2019-11-23c, Crue à Solliès-Pont
2019-11-23b crue à Solliès-Pont

Solliès-Pont, avenue Jean Moulin,
le 21 novembre 2019 à 11 h 43.

Solliès-Pont, barrage du Capelan,
le 21 novembre 2019,à 12 h 05, vers l'aval.

Solliès-Pont, barrage du Capelan,
le 21 novembre 2019, 11 h 59 vers l'amont.

Panoramique débordement du Gapeau, 2019-11-23
Borne de niveau inondations
Cette borne, située derrière la salle de fêtes de Solliès-Pont,
indique le plus haut niveau de crue connue du Gapeau (19 janvier 1999).