Archives mensuelles: mai 2018

Mercurialis tomentosa  L.

mercuriale-tomenteuse-mercurialis-tomentosa-l

Nom provençal :
Mercuriau

EUPHORBIACEAE

Convolvulus lanuginosus  Desr.

Liseron laineux, Convolvulus lanuginosus

Nom provençal :
Courrejolo

 

Famille : CONVOLVULACEAE

Euphorbia duvalii

Euphorbe de Duval, Euphorbia duvalii

Nom provençal : Lachusclo

EUPHORBIACEAE

Tulipa sylvestris  L
Subsp. australis  Link Pamp.

Tulipe sauvage, Tulipa sylvestris L.
Tulipe sauvage, Tulipa sylvestris L.

Nom provençal : Tulipan

LILIACEAE

Tulipe sauvage, Tulipa sylvestris L.
Tulipe sauvage, Tulipa sylvestris L.

Ostrya carpinifolia

Charme Houblon, ostrya carpinifolia

Nom provençal : Caupre

BETULACEAE

Ophioglossum lusitanicum  L.

Ophioglosse du Portugal, Ophioglossum lusitanicum L.

Nom provençal :
Lengo-de-serp,
Erbo-de-la-lanceto

OPHOIGLASSACEAE

Sonchus asper  L. Hill

Laiteron rude, Sonchus asper

Nom provençal :
Cardello

ASTERACEAE

Tulipa agenensis  Dc

Tulipe d'Agen, Tulipa agenensis

Nom provençal :
Tulipan

LILIACEAE

Thapsia villosa  L.

Thapsie, thapsia villosa L.

Nom provençal :
Erbo-à-nòu-camié

APIACEAE

Soldanella alpina  L.

Soldanelle des Alpes, Soldanella alpina-L.

Nom provençal : Sóudanello

PRIMULACEAE

Saponaria ocymoides  L.

SAPONAIRE ou FAUX BASILIC

Saponaire faux basilic, Saponaria ocymoides L.

Nom provençal :
Sabouniero

CARYOPHYLLACEAE

Narcissus poeticus  L.

Narcisse de poètes, Narcissus poeticus L.

Nom provençal :
Dono,
Bihoto,
Toto-bihoto (Fréjus, Le Muy)

AMARYLLIDACEAE

 

TOXIQUE

Lepidium draba  L.

BROCOLI  SAUVAGE, PAIN  BLANC, ou PASSERAGE  DRAVE 

Pain blanc, Lepidium draba L.
Pain blanc, Lepidium draba L.

Nom provençal :
Pan-blanc,
caulet-bastard,
cauletoun

BRASSICACEAE

Localisation :
Originaire d’Orient, il est devenu une de nos plantes les plus communes au bord des chemins, champs, cultures, talus où il forme d’importantes colonies.

Comestibilité :
Les feuilles tendres en rosette, à la saveur piquante, soufrée, se cueillent dès le mois d’octobre et jusqu’au printemps.
En avril et mai, ce sont les boutons floraux qui sont cueillis – ils ressemblent à de petits brocolis – et peuvent être cuisinés comme ces derniers.
Les graines étaient appelées autrefois le « poivre du pauvre ».
En cas de doute sur la plante, déterrez la partie souterraine qui présente souvent un nodule blanc crème de un centimètre de diamètre et confirme que c’est bien du Pain blanc !
Cette réserve disparaît à la floraison.

Arctium minus  J. Hill Bernh

Bardane, Arctium minus
Bardane, Arctium minus

Photo : Andrey Zharkikh    et    licence

Nom provençal : Lampourdié

ASTERACEAE

Localisation :
Berges des rivières, bords des chemins, bois clairs, décombres. Seule, la Bardane à petits capitules est bien représentée dans le Var.

Utilisation :
La Bardane, remarquable plante médicinale, est un antibiotique naturel contre le staphylocoque doré : application de feuilles fraîches sur ulcère, furoncle, psoriasis, eczéma, acné… La dessiccation des feuilles annule leurs vertus !
La racine contient 45 % d’inuline et de sel de potasse. C’est un excellent dépuratif du sang. La décoction des racines, fraîches ou sèches, est diurétique, sudorifique, hypoglycémiante (elle augmente la tolérance aux hydrates de carbone), elle soigne le cuir chevelu (pellicules).

Comestibilité :
Les pétioles, pelés après avoir été blanchis, accompagnent les crudités, les légumes cuits à la vapeur, le riz… Les racines fraîches, émincées, revenues à la poêle ou en bouillon, ont une saveur très délicate et un parfum de champignon.
Plante bisannuelle, il faut ramasser la racine la première année quand elle est encore charnue et tendre.

Consulter la vidéo : Bardanes

Origanum vulgare  L.

‌MARJOLAINE SAUVAGE ou ‌ORIGAN

Origan ou Marjolaine sauvage, Origanum vulgare

Photo : Andreas Rockstein   et   licence

Origan ou Marjolaine sauvage, Origanum vulgare

Nom provençal : Majourano

LAMIACEAE

Son nom vient du grec oros « montagne »
et ganos « joie »

Localisation :
Pentes montagneuses, friches et pelouses sur sols profonds, prairies, bois frais, lisières forestières, chênaies. Commun dans toute la Vallée.

Utilisation (sommités fleuries) :

— aérophagie ;
— troubles de l’estomac ;
— névralgie, torticolis ; (broyer la plante fraîche dans un linge fin, poser le tout sur une plaque chaude et envelopper la partie douloureuse).
— toux (affections respiratoires).

Comestibilité :
Les jeunes feuilles fraîches sont parfumées et tendres, délicieuses en accompagnement de charcuteries, fromages, salades...
Les feuilles sèches s’emploient comme condiment dans les plats de viandes et de légumes, sauces, pâtes et pizzas.

Fagus sylvatica  L.

Hêtre, Fagus sylvatica, jeune pousse,
Hêtre : jeune pousse.
Hêtre, Fagus sylvatica, graines
Hêtre : graines.

Nom provençal : Fau, faiard

FAGACEAE

Localisation :
Rare dans le Midi, dans les bois humides des montagnes, en fond de vallons ou à l’ubac aux basses altitudes. Forêt feuillue pure (hêtraie) ou mélangée (hêtraie-sapinière de la Sainte-Baume).

Utilisation :
Recherchés par maints animaux, les fruits du Hêtre produisent une huile fluide utilisée autrefois pour l’éclairage et la consommation courante. Le Hêtre a une grande valeur économique grâce à son bois d’un joli blanc rosé, lourd, dur et homogène : excellent bois de chauffage, mais aussi de menuiserie et d’ébénisterie.

Comestibilité :
Ses petits fruits triangulaires, les faînes, au goût délicat, ont été, à maintes reprises, une véritable manne en cas de disette.
Il est préférable de consommer les graines grillées, ce qui facilite beaucoup le retrait de leur petite enveloppe brune, légèrement toxique.

Hêtre, Fagus sylvatica

Lavandula angustifolia

Lavande-officinale, Lavandula angustifolia

Nom provençal :  Lavando

LAMIACEAE

 

 

Consulter la vidéo : Lavandes