Archives mensuelles: août 2017

Acacia dealbata  Link.

Mimosa, Acacia dealbata

Silver wattle

Nom provençal :
Mimóusa (Roquebrune/Argens),
mimòsa

Famille : FABACEAE

Il est malheureusement très inflammable

Localisation :
Le Mimosa argenté de croissance rapide ne se plaît que dans des terrains siliceux (maquis, bois clairs, ripisylves, vallons, lisières de forêts) où il peut se montrer très envahissant, car capable d’accaparer l’espace en émettant des toxines : une véritable « guerre chimique » ! Son expansion est alors freinée par l’Office National des Forêts (ONF).

Utilisation :
Le scientifique Nicolas Baudin, missionné en 1800 par Napoléon 1er pour explorer l’Australie, avait expédié en France de nombreux échantillons de plantes. L’impératrice Joséphine, grande amoureuse des fleurs, donna l’ordre aux préfets des régions françaises de faire planter ces échantillons… C’est à partir de 1864, sur le littoral du massif des Maures que réussirent pleinement deux d’entre eux, le Mimosa et l’Eucalyptus.

L’introduction du Mimosa argenté continua grâce
à de riches hivernants anglais
qui en firent planter dans les jardins de Bormes.

 

Dictionnaire amical de Peiresc, Collectif

 

Auteur : COLLECTIF

Éditeur : les Amis de Peiresc

Ville : Belgentier

Année : 2017

Pages : 67 p.

ISBN : 979-10-699-0501-6

Samedi 16 septembre 2017

Campanile-Gabriel

 
Dans le cadre des Journées du Patrimoine  2017
(16 et 17 septembre 2017)

Conférence :

L’art campanaire


Par André GABRIEL,

majoral du Félibrige

Solliès-Pont,
le Château
salle Léon Vérane

le samedi 16 septembre
à 16 h

Entrée libre

 

 

  • Conférence André Gabriel, Solliès-Pont, L'art campanaire
  • Conférence André Gabriel, Solliès-Pont, L'art campanaire
  • Conférence André Gabriel, Solliès-Pont, L'art campanaire
  • Conférence André Gabriel, Solliès-Pont, L'art campanaire
  • Conférence André Gabriel, Solliès-Pont, L'art campanaire
  • Conférence André Gabriel, Solliès-Pont L'art campanaire
  • Conférence André Gabriel, Solliès-Pont, L'art campanaire
  • Conference André Gabriel, Solliès-Pont, L'art campanaire
  • Conférence André Gabriel, Solliès-Pont, L'art campanaire

La conférence salle Léon Vérane.

 

 

Consulter la page : André Gabriel

Samedi 16 septembre 2017

Four à cade 2017

Dans le cadre des Journées du Patrimoine  2017
(16 et 17 septembre 2017)

Visite commentée,
du four à cade des Pousselons

Inscrit au titre des monuments historiques : arrêté du 1er octobre 1994.

par : Raoul DÉCUGIS

Départ : 9 h du centre-ville

Solliès-Pont

Renseignements :
et lieu de rendre-vous (sur inscription) :
Tél. : 06 15 94 56 26
Gratuit

 

 

 

Consulter la page : Le four à cade des Pousselons

 

 

 

2017-12-17, coupure : Le four à cade des Pousselons

Coupure de presse du bulletin municipal « Vivre à Solliès N° 17, décembre 2017 ».

Du 12 au 17 septembre 2017

Affichette expo André Gabriel

 
Exposition :

L’art campanaire
dans la vallée du Gapeau 

du 12 au 17 septembre
de 10 à 12 h et de 14 à 17 h
le Château
salle Léon Vérane
Solliès-Pont

Un travail de recensement des cloches de la vallée du Gapeau, par :

ÉCOMUSÉE
de la vallée du Gapeau

&
Serge PORRE

Entrée libre.

 

- Exposition « L’art campanaire dans la vallée »

15 panneaux 0,75 m x 1,50 m,

1 vitrine (objets : clochette, sonnaille, compas d’épaisseur, partitions, livres,),

Vidéo : fonderie Paccard

Déplacement de la cloche de Saint-Victor,

Accueil des classes (CM 1 & 2 et périscolaire).

- Atelier poterie par Brigitte Lancrenon (périscolaire),

Façonnage et réalisation d’une cloche.

- Conférence « L’art campanaire » par André Gabriel,

 

 

Classe école Notre-Dame

École Notre-Dame.

  • Conseil municipal des jeunes, Solliès-Pont
  • Conseil municipal des jeunes, Solliès-Pont

Conseil municipal des jeunes de Solliès-Pont.

  • Conference André Gabriel, Solliès-Pont, L'art campanaire
  • Conférence André Gabriel, Solliès-Pont L'art campanaire
  • Conférence André Gabriel, Solliès-Pont, L'art campanaire
  • Conférence André Gabriel, Solliès-Pont, L'art campanaire

La conférence.

La  source  Nègre

Par M. ARÈNE Casimir,
Ancien Avocat, Propriétaire aux terroirs de Solliès-Pont et Solliès-Ville, et ancien Président de la Commission des eaux de Solliès-Pont.
1872, Toulon, Imprimerie & Lithographie F. ROBERT, Boulevard de Strasbourg, 56

Source Nègre, Solliès-Pont

Canal des Reynauds et des Aiguiers, canal de la Ferrage, canal du barrage de Seyrol et projet de réfection des conduites pour l'alimentation des fontaines de la ville de Solliès-Pont. Plan dressé par M. DYRION, ingénieur aux Ponts et Chaussées, arrondissement de Toulon, le 22 novembre 1878. (Échelle 1/2000e)

Source Nègre, détail 1

(Détail 1.)

Source Nègre, détail 2 800x607

(Détail 2.)

Source Nègre, détail 3

(Détail 3.)

 Nous vous proposons un point technique sur les objets présentés
lors de l’exposition « EAU 2015 »

POTERIES

Mode d’alimentation et distribution en eau potable dans la commune.

En 1846 recherche d’eau.
Pose d’une nouvelle conduite en 1850.
Projet d’alimentation en 1874.
Prolongement des galeries en 1876.
En 1879 réfection des conduites.
En 1882 nouvelles recherches d’eau (captation).
En 1891 réfection des anciennes conduites
et en 1892 réfection des nouvelles conduites.

La vieille source prend son origine sur les bords du Gapeau à 850 mètres environ de distance de l’agglomération. Située près de l’écluse des « Messieurs » sur le Gapeau, dont les eaux sont polluées, par les divers usages domestiques, agricoles ou industriels qu’en font les riverains et fait craindre que la « Vieille Source » ne soit contaminée par les infiltrations.
La canalisation du Vallon de Vallauris à Solliès-Toucas, remonte en 1849 et à son origine dans le lit même du vallon de Vallauris à 1900 mètres de distance de la ville. La qualité de ces eaux est inférieure à celle des eaux de la « Vieille Source ».
Le débit actuel des deux sources est de 600 m3 par jour. Pendant les périodes sèches, le débit de la source du Vallon de Vallauris est presque nul. Pour que l’agglomération soit desservie d’une façon normale il faudrait un débit de 780 m3 par jour (260 litres/jour X 3000 habitants).
La canalisation dite de la « Vieille Source » est formée de tuyaux en poterie ou en fonte, suivant que la conduite est placée en galerie ou en tranchée.
La canalisation d’une galerie de captage dite le « Vallon de Vallauris » est faite en maçonnerie à pierres sèches et d’une conduite d’amenée en tuyau de poterie. Postérieurement à l’exécution première on a substitué sur une certaine partie de son parcours la fonte à la poterie.
La dépense effectuée jusqu'à ce jour s’élève à la somme de 119 597 francs. Mais aucune analyse de l’eau n’a été faite.

AD 83, Solliès-Pont, février 1903.

Source Nègre, poterie, figure 1a

(Fig. : 1a.)

Source Nègre, poterie, figure 1b

(Fig. : 1b.)

Source Nègre, poterie, figure 1c

(Fig. : 1c.)

Source Nègre, poterie

(Fig. : 2.)

Notes :

1a) Céramique vernissée ; longueur d’un élément : 0,70 m et Ø extérieur : 0,33 m fabriquée par Berger Cadet et Fils, à Bollène (Vaucluse), ca 1900 et utilisée dans la galerie de la Vieille source.
1b) Élément et son manchon.
1c) Céramique vernissée ; Élément comportant la signature du tuilier  (250 = Ø intérieur 0,25 m).
2) Un drain à manchon confectionné en filière, longueur de 0,39 m et 6,5 à 8,5 cm de diamètre, origine : Languedoc XIXe siècle (argile assez rosée) découvert au quartier de Sainte-Maïsse, Solliès-Pont. 

 
 

 

Observations préliminaires

Des raisons de santé m'ayant obligé en 1833 d'abandonner momentanément le barreau, j'acceptai les paisibles fonctions de juge de paix à Solliès-Pont mon pays natal, que je quittai en 1838 pour revenir à Toulon.
Pendant ces cinq années, je prenais vraiment plaisir à admirer le terroir de Solliès-Pont et de Solliès-Ville, mais surtout la riante vallée de Gapeau, dont j'étudiais le cours jusqu'à Belgentier. Toutes mes pensées en arrivaient à payer un respectueux tribut d'hommages à la profonde sagesse avec laquelle nos pères avaient su si bien utiliser ce modeste cours d'eau, au moyen de nombreuses écluses, faisant marcher de nombreuses usines, papeteries, moulins à blé, moulins à huile, moulins à plâtre, scieries, blanchisserie, et ce, en rendant toujours les eaux, soit à la rivière, soit à l'arrosage des terres. On a vanté bien souvent les systèmes d'irrigation pratiqués en Espagne, mais il est impossible, me disais-je, que l'on ait pu dans ce pays exploiter avec plus d'intelligence et d'utilité un modeste cours d'eau pareil au nôtre.
Ces études m'ont permis de rendre quelque service pour la conservation de cet ingénieux régime et cette habile répartition des eaux de Gapeau, en rédigeant rapidement, de mémoire, et en quelques heures, les observations et mémoire à M. le Préfet du Var, contre le quartier de Guiran, imprimé à Toulon en 1858 (E. Aurel, imp. lith.).
Une entreprise bien plus dangereuse menace aujourd'hui de bien plus grands bouleversements, cette sage répartition des eaux que j'ai toujours considéré comme un chef-d'œuvre de la sagesse et de la constance de nos pères : malgré l'âge avancé, je vais encore essayer de la défendre une dernière fois avec l'espérance que cette fois encore, pas plus qu'en 1858, le gouvernement ne permettra d'y porter la moindre atteinte, car ce serait une véritable profanation.

Casimir ARÈNE,
ancien avocat.

Mémoire, Arène Casimir 622 x 794.

M É M O I R E

pour

Les trois communes de Solliès-Pont, Solliès-Ville et la Farlède

contre

 Le sieur Brun, entrepreneur et la commune d'Hyères

 

Les intérêts agricoles et industriels et par suite la paix publique sont gravement menacés dans les trois communes de Solliès-Pont, Solliès-Ville et Solliès-Farlède, et même dans la commune d'Hyères.
Il s'agit de prévenir une immense perturbation ; à cet effet, il suffira, nous l'espérons, d'éclairer et de prémunir l'autorité supérieure contre des manoeuvres et des entreprises inqualifiables, d'autant plus dangereuses, que le succès, impossible pourtant selon nous, en amènerait à coup sûr la reproduction en bien d'autres lieux ; manœuvres et entreprises à la faveur desquelles le sieur Brun, de concert avec le sieur Nègre et appuyé cette fois sur la municipalité d'Hyères, voudraient nous enlever des eaux qui depuis des siècles contribuent à l'arrosage déjà si insuffisant de nos 411 hectares de terres arrosables, et à la marche de nos belles et nombreuses usines ; et en outre à l'arrosage de deux à trois cents hectares dans les terroirs de La Crau et de la commune d'Hyères.
Les eaux sont, en effet, de nos jours, un objet de convoitise universelle. Les possesseurs sont trop souvent menacés dans leur possession par la spéculation; le gouvernement, loin de faciliter ces déplacements et ces bouleversements, ne saurait procéder avec trop de réserve et de circonspection, lors, surtout que, comme dans l'espèce, les eaux convoitées reçoivent une destination d'utilité si générale, qu'il est radicalement impossible de les mieux utiliser.

Faits

 Le 12 fevrier 1839 une ordonnance royale autorisa M. Teissier à établir sur le cours de Gapeau près de Solliès-Toucas un pont et un barrage ou écluse pour, au moyen des eaux dérivées, mettre en jeu un moulin à blé, à charge de rendre les eaux à la rivière à 287 mètres 20 centimètres de distance du barrage. Pour apprécier le résultat de ces travaux sur le cours naturel des eaux de la rivière, il est nécessaire d'exposer brièvement quelques observations.

En remontant de l'usine Nègre, vers Belgentier, la vallée va toujours se resserrant, le Gapeau est à peu près un torrent à pente et avec des sinuosités très prononcées, aussi, sur un parcours d'environ 5 kilomètres, peut-on compter 8 barrages ou écluses plus ou moins élevés. Il faut remarquer que le cours des eaux attaque de préférence la rive gauche, où pour maintenir certains ouvrages et notamment la route départementale, il a fallu des murs de soutènement et de défense assez élevés ; les anciens lits comme les graviers et les terres d'alluvion se trouvent donc sur la rive droite où l'on voit aussi des masses de tufs poreux et crevassés, se laissant comme les graviers eux-mêmes facilement traverser par les eaux.
N'est-il pas certain que les sept barrages supérieurs à celui de M. Nègre, et celui-là aussi, ont dû nécessairement altérer profondément le débit des eaux de la rivière, que ces eaux ainsi violentées par les écluses et les nombreuses sinuosités ont dû au moins à chaque barrage s'extravaser en partie, traverser les masses de tuf, les graviers et les terrains d'alluvion déposés au fond de son ancien lit et sur les bords de son lit actuel, suivre souterrainement la pente de la vallée et revenir inférieurement au lit de la rivière, d'où ces nombreux barrages supérieurs les avaient extravasées.
On n'a pas oublié dans la contrée, qu'avant le barrage Nègre, peu en dessus, comme en dessous de son fond et sur plusieurs points, de nombreuses infiltrations revenaient à la rivière, et contribuaient puissamment à alimenter la première écluse (de la ferrage) et aussi la grande écluse dite de Messieurs.
Depuis la construction du barrage Nègre ces infiltrations ont disparu, mais les eaux revenaient à la rivière par le canal de fuite du nouveau moulin.
L'état des choses va complètement changer, M. Teissier fait construire son écluse et son pont et comme les crues avaient emporté son premier pont et sa première écluse, il dut, en les reconstruisant, creuser d'autant plus profondément leurs fondations, ainsi que celles de leurs épaulements que, par mesure de précaution, il dut prolonger très avant à travers les terres sur les deux rives.
Là ne se bornèrent pas les travaux, M. Teissier fit creuser transversalement à la vallée une profonde tranchée sur une longueur d'environ 80 à 90 mètres et dût nécessairement relier aux épaulements de son écluse les profondes fondations des murs de soutènement de cette tranchée.
Est-il besoin de se demander en l'état de tous ces travaux ce que pouvaient devenir les eaux provenant des extravasions produites par les 7 à 8 écluses supérieures existant comme nous l'avons dit sur un parcours d'environ cinq kilomètres, et ce que pouvaient devenir toutes les diverses infiltrations à travers les graviers, les tufs crevassés, etc. Toutes ces eaux furent arrêtées par le barrage, par les épaulements et par la longue et profonde tranchée transversale. Le cours des eaux souterraines de la rivière fut intercepté ; les eaux s'accumulèrent en amont de ces travaux et finirent enfin par se créer une nouvelle issue pour reprendre leur ancien cours et revenir à la rivière, non plus comme autrefois sur divers points, mais par le canal de fuite du moulin(1).
C'est ainsi que fut créée la prétendue source Nègre. Nous trouverons ci-après dans certaines clauses de l'acte du 2 mai 1870, par lequel le sieur Nègre a vendu sa prétendue source au sieur Brun, clauses dont nous transcrirons les termes littéraux, la confirmation de cette induction; pour réduire à zéro la prétendue source, il suffirait de pratiquer au dessus une tranchée pareille, toujours transversalement à la vallée, et à une profondeur suffisante il y a certitude, que l'on couperait et que l'on arrêterait toutes les eaux, et c'est ce que les trois communes intéressées ne manqueront pas de faire si, chose toutefois improbable, on leur en fait une nécessité, les propriétaires des jardins et des terres arrosables de La Crau et d'Hyères, joindraient sans doute leurs efforts aux nôtres pour réaliser ce résultat, et dans ce cas quel profit retirerait la ville d'Hyères de son aventureuse et énorme dépense ?
Poursuivons : M. Teissier, ruiné par la création de son usine, fut exproprié par M. Gautier, son créancier, qui s'en rendit adjudicataire et offrit peu à près de vendre à la commune de Solliés-Pont, au prix de trois mille francs, les eaux de cette prétendue source ; la municipalité, convaincue que ces eaux n'appartenaient pas à l'usine, mais à la rivière, et que M. Gautier n'en avait que l'usage déterminé par l'ordonnance royale précitée, refusa de les acheter. M. Gautier continua donc de rendre par le canal de fuite toutes les eaux à la rivière.
Quelque temps après M. Gautier revend l'usine à M. Nègre père, les choses restent en l'état ; devenu minotier après la mort de son père, M. Nègre, ne se contente pas du moulin acquis à bonnes conditions (M. Aubert de la Castille, nous a assuré, avoir refusé d'acheter de M. Gautier au prix de onze mille francs,) M. Nègre, disons-nous, exalte sa prétendue source, bat et fait battre la grosse caisse partout à l'effet d'en vendre les eaux : Toulon d'abord, renseigné sur la nature et la provenance de ces eaux reconnues de même nature que celles de Gapeau, refuse de les acheter. Le chemin de fer, après bien des tâtonnements, les refuse aussi ; enfin la commune de Solliès-Pont, dans l'intérêt de la paix publique, pour prévenir des conflits et des. procès dispendieux, se décide à mettre un terme à toutes ces agitations, car l'opinion vivement émue dans nos campagnes par suite des années de sécheresse que nous venions de traverser, et de l'extrême pénurie d'eau qui en était résulte, redoublait d'inquiétude, en apprenant de temps à autre que M. Nègre cherchait à vendre les eaux soit au chemin de fer, soit au sieur Brun et Maurel de la ville d'Hyères ; A l'effet donc de calmer, de rassurer toutes ces vives et profondes émotions, comme aussi pour prévenir des complications, des conflits, dispendieux devant l'autorité administrative et judiciaire, la commune de Solliès–Pont achète de M. Nègre toutes les eaux qui peuvent traverser ou naître sur son fond au prix de vingt mille francs. Le conseil municipal et les plus forts imposés sont convoqués pour délibérer sur un emprunt au crédit foncier de trente mille francs, dont vingt mille pour l'achat Nègre et dix mille pour couvrir un arriéré de pareille somme.
Dans une première réunion, les plus forts imposés trouvèrent l'emprunt de 30 mille francs exagéré, toutefois la délibération fut renvoyée à quinzaine on voulut sans doute pressentir l'opinion publique, qui plus émue et plus inquiète que jamais, manifesta le désir d'en finir une fois pour toutes, et de s'assurer des eaux d'une manière absolue et définitive ; l'emprunt de vingt mille francs seulement et l'achat des eaux, quelle que fut leur provenance, furent donc autorisés dans une seconde délibération.
Ici nous devons répondre à deux objections qui nous ont déjà été faites ; la première n'est pas fameuse : ces eaux litigieuses ne vous sont pas si nécessaires puisqu'on vous les a offertes et que vous les avez refusées, nous répondons : elles nous sont si nécessaires, si indispensables que nous les avons achetées et que nous les aurions payées, bien que nous soyons tous convaincus que ces eaux, loin d'être la propriété de M. Nègre, sont une dépendance de la rivière et comme telles, appartiennent aux usagers des trois communes ; et que la réunion des plus fort imposés n'avait fait, en achetant, qu'assurer la paix publique, prévenir des complications et consentir dans cette pensée un sacrifice accepté de la population.
Voici la seconde objection : elle détruit pour ainsi dire la première, puisque vous avez acheté les eaux, vous avez reconnu les droits et la propriété de M. Nègre sur ces eaux.
Les raisons qui ont déterminé ce marché sont brièvement exposées ci-dessus ; assurer avant tout l'arrosage quoique insuffisant de nos 411 hectares et des jardins de Solliès-Pont et rassurer les 630 propriétaires qui les possèdent, assurer aussi l'alimentation de nos fontaines, qui pendant les trois mois d'été, juillet, août et septembre, ne peuvent se passer des eaux souterraines bouleversées encore par les nouvelles fouilles de M. Négre ; sauvegarder la salubrité publique pour la population de Solliès-Pont si rudement éprouvée par le choléra de 1865. C'étaient là de puissantes considérations qui naturellement conseillaient l'espèce de transaction intervenue entre M. Nègre et la commune de Solliès-Pont, l'intérêt de la salubrité publique à lui seul aurait commandé le sacrifice. Gapeau, en effet, traverse la commune du nord au sud, son lit au nord et au sud est contenu par deux écluses, la nappe d'eau presque stagnante formée par la seconde écluse est bien au centre de l'habitation et reçoit les résidus des importantes tanneries Gence et Boyer, si on enlève les eaux de la rivière, il y aura donc au centre du pays un foyer d'infection. Il fallait donc, de manière ou d'autre, prévenir une si dangereuse éventualité, et moyennant le sacrifice de vingt mille francs tous ces grands intérêts étaient sauvegardés
Mais qu'arrive-t-il ? Dans l'intervalle des deux délibérations : Le sieur Brun arrive-t-il de Wuissons, son domicile (Seine-et-Loire), sur les brisées de la commune ? Non ! il envoie sa procuration au sieur Roux. M. Nègre est circonvenu et se résigne à vendre au sieur Roux, mandataire du sieur Brun, ces mêmes eaux qu'il a déjà vendues, par acte sous-seing privé à la commune de Solliès-Pont, et cela sans sommation ni mise en demeure, sans la moindre formalité, sans même prévenir le maire avec lequel M. Nègre a traité.
M. Nègre devait pourtant s'estimer très heureux d'obtenir vingt mille francs dans de telles conditions, mais les deux spéculateurs Roux et Brun lui ont offert dix mille francs de plus. L'acte passé, ils se hâtent de faire enregistrer et transcrire de manière que notre acte privé ne peut aujourd'hui leur être opposé.
M. Nègre était si peu assuré de ses droits sur les eaux qu'il vendait deux fois à deux acquéreurs différents, qu'il exige expressément dans le second acte que les sieurs Brun et Roux soient chargés à leurs périls et risques de tous les procès et sans doute des dommages-intérêts auxquels à tout événement M. Nègre ne pourrait échapper. Mais M. Nègre peut-il dormir tranquille et faire grand fond sur cette garantie et la solvabilité de l'acquéreur ? Nous examinerons bientôt l'acte du 2 mai 1870 constatant cette vente : M. Nègre ne viole-t-il pas la condition essentielle imposée à sa concession de rendre les eaux à la rivière ? Cette concession ne doit-elle pas être révoquée par le pouvoir souverain qui l'a octroyée ? Nous faisons toutes réserves expresses de nous pourvoir à cet effet devant l'autorité compétente.
Le spéculateur et consorts se mettent immédiatement à l'œuvre, ils tentent de former une compagnie pour l'exploitation de l'entreprise, publient des prospectus imprimés et le tarif de leurs concessions futures aux particuliers, font publier le tout à son de trompe dans plusieurs communes, ils parviennent à trouver quelques rares abonnés, voilà tout.
Mais comme les administrations précédentes de la ville d'Hyères, qui ne le cédaient en rien en intelligence et en dévouement à l'administration actuelle, avaient toujours repoussé l'extravagant et ruineux projet de conduire à Hyères ces eaux qui y arrivent déjà par le canal, comme nous le prouverons jusqu'à l'évidence, projet considéré par la partie saine et intelligente, nous pourrions dire par la majorité de la population, comme inutile, aventureux, ruineux, sans résultat profitable, les spéculateurs reportèrent leurs espérances vers des temps meilleurs. Un peu de chantage n'en continua pas moins, et quelques articles sur Hyères , résidence d'hiver , tentèrent de faire mousser un peu l'affaire.
Ces temps leur paraissant venus, ils ont remis l'affaire sur le chantier, appuyés cette fois sur la majorité de deux voix dans le conseil municipal (présents 18 conseillers : 10 voix pour, 8 voix contre). Ils vont solliciter un décret d'utilité publique, et l'autorisation d'exécuter les travaux nécessaires par voie d'expropriation aux termes de l'article 2 de la loi du 3 mai 1841. Examinons ce projet :
Nous sommes ici obligés de faire une rapide incursion dans les affaires de la ville d'Hyères, mais seulement, bien entendu, dans le but d'éclairer le gouvernement protecteur né des grands intérêts généraux, et ce, concurremment avec de nombreux et très intelligents notables de cette ville.
Le sieur Brun, acquéreur de la prétendue source, est domicilié à Wuissons (Seine-et-Oise), c'est de Paris qu'il envoie sa procuration notariée au sieur Roux pour traiter avec le sieur Nègre, l'acte du 2 mai 1870, dans lequel Roux agit comme mandataire de Brun, porte que le prix total de 30 mille francs sera payé au plus tard dans les trois mois, à dater du 2 mai 1870, et nous trouvons dans l'acte du 22 août 1870, que le sieur Roux n'a payé que cinq mille francs. Le prix a-t-il été soldé ? nous l'ignorons, mais le fait mérite un sérieux examen. Les 25 mille francs restant seront-ils payés des deniers de la commune ?
La commission, du conseil municipal, chargée d'étudier l'affaire, a dû préalablement demander communication de l'acte de vente de la prétendue source ; elle y aura sans doute lu cette clause extraordinaire, insolite de la part d'un vendeur qui, en règle générale, doit toujours garantir l'objet qu'il vend, lors surtout qu'il vend à une commune.
« La vente faite par M. Nègre, est-il dit dans l'acte de vente du 2 mai 1870, est consentie sans garantie de sa part autre que celle des droits qu'il a sur la source en vertu des titres de propriété sus-énoncés, droits qu'ils transmet simplement à l'acquéreur sans garantie du débit actuel et futur de ladite source, M. Nègre n'entendant être recherché en rien par suite n'importe quel prétexte et par qui que ce soit, M Roux obligeant son mandant à relever et garantir M. Nègre de tout recours, frais et déboursés. »
Et plus bas : « M. Nègre s'interdit en outre de démolir son écluse ».
Que signifient ces deux clauses ? Le bout de l'oreille ne perce-t-il pas ici ? Ne pourrait-on pas dire que c'est la nimia precautio du jurisconsulte romain ? Elles prouvent évidemment que l'un ne veut pas garantir les eaux qu'il a vendues, et qui ne sont- autres que les eaux de Gapeau que l'on pourra facilement couper et ramener à la rivière, et que celui qui les a achetées défend qu'on démolisse l'écluse Nègre qui contribue à emprisonner les eaux latérales de la rivière et à en créer une prétendue source, voilà les deux innocents créateurs de cette prétendue source, ces deux clauses nous serviront puissamment à obtenir la démolition de l'écluse Nègre.
M. Brun, domicilié à Wuissons (Seine-et-Oise), n'est pas à coup sûr un riche capitaliste ; au terme convenu, expiré, il n'a pu payer qu'un acompte de cinq mille francs ; voudrait-il embrouiller sa spéculation dans une société anonyme et mettre en circulation de nombreuses actions pour le mieux de ses intérêts et pour mieux bouleverser la contrée ? Nous serions tentés de le croire, car une voix dans le conseil municipal a recommandé de ne pas effrayer les capitalistes et le sieur Brun n'est sans doute pas à Paris seulement pour faire une procuration notariée au sieur Roux.
Nous verrions alors se renouveler l'affaire du Bagas et M. Brun, ni la ville d'Hyères n'ignorent que malgré tout, le décret d'utilité publique n'est pas si facile à obtenir quand i1 s'agit seulement de déplacer des eaux parfaitement utilisées.
Et c'est pour des eaux si incertaines, auxquelles vendeur et acquéreur n'ont pas même confiance, que la ville d'Hyères s'imposerait les sacrifices énormes dont nous allons parler.
Nous savons d'abord qu'il a été question de douze mille francs à titre d'encouragement, de 45 mille francs pour prix de la source et frais d'acte, d'une subvention annuelle de 60 mille francs pendant cinquante ans, moyennant quoi, Brun s'obligerait à conduire à Solliès-Farlède toutes les eaux Nègre, soit environ 12 mille mètres cubes d'eau par 24 heures, dont Brun en réserve pour lui 8 mille mètres à la Farlède, parce qu'il s'appelle Brun, et 4 mille qu'il devra rendre à Hyères à la place Saint-Paul, dont encore 500 mètres pour les besoins municipaux et 3,700 pour être vendus aux arrosants de concert avec la commune.

Si les finances de la ville d'Hyères étaient dans un état florissant, on concevrait à peine qu'en l'état des deux clauses de la vente précitée et de l'incertitude sur la nature et la propriété des eaux, elle put s'aventurer, coopérer et prêter la main à une entreprise pareille, car M. Nègre sait très bien, et tous les ingénieurs qui ont visité les points d'émergence des eaux ont constaté qu'elles peuvent être coupées, et elles le seraient même avant la fin des travaux, quelle serait dans ce cas la garantie offerte parle sieur Brun pour assurer la fidèle exécution de ses obligations ?
Nulle part nous n'avons entendu parler du moindre cautionnement de sa part, en numéraire ou en hypothèques sur des immeubles sûrs et solvables.
L'eau venant à manquer, les trois quarts de la dépense réalisée seraient une perte sèche pour la ville d'Hyères.
Même dans le cas où l'entreprise s'annoncerait sous des auspices plus favorables, conviendrait-il à cette ville, vu ses embarras financiers, de s'y aventurer ?
L'énorme subvention annuelle de 60 mille francs pendant 50 ans resterait à peu près toute entière à sa charge, car elle ne peut guère compter sur le débit aux particuliers d'eau, qu'ils trouveront nécessairement trop chères, on a beau calculer, ce sera toujours de 2 à 3 millions qui sortiront partiellement et annuellement, il est vrai, de la bourse des habitants, ne faudra-t-il pas ensuite canaliser et créer les conduites pour les fontaines projetées,

Source Nègre, souterrain

 La canalisation d’une galerie de captage dite le « Vallon de Vallauris » est faite en maçonnerie à pierres sèches et d’une conduite d’amenée en tuyau de poterie. Postérieurement à l’exécution première on a substitué sur une certaine partie de son parcours la fonte à la poterie. (AD 83, Solliès-Pont, février 1903.)

construire, édifier ces fontaines et toutes ces énormes dépenses, lorsque la ville a déjà un passif de 533 mille francs, que son dernier budget se solde par un déficit de 29 mille francs, que les habitants payent déjà 42 centimes additionnels, et sont tellement accablés, écrasés de taxes et de surtaxes d'octroi que diverses agglomérations ne négligeront rien pour se séparer de la commune et faire cause à part, et elles auront parfaitement raison.

Lorsqu'en outre enfin, pour la translation urgente, inévitable de son cimetière, et les avenues et autres travaux accessoires aux gares des chemins de fer que la loi met à la charge des communes, cette même ville aura à faire encore et sous peu des dépenses très considérables.construire, édifier ces fontaines et toutes ces énormes dépenses, lorsque la ville a déjà un passif de 533 mille francs, que son dernier budget se solde par un déficit de 29 mille francs, que les habitants payent déjà 42 centimes additionnels, et sont tellement accablés, écrasés de taxes et de surtaxes d'octroi que diverses agglomérations ne négligeront rien pour se séparer de la commune et faire cause à part, et elles auront parfaitement raison.

Vraiment, l'imagination la plus intrépide recule forcément devant une telle entreprise, lorsque, au point de vue seulement des intérêts de la ville d'Hyères, il est certain :
1 — Qu'elle annihilerait l'arrosage des terres de La Crau, des beaux jardins et des terres arrosables de la ville d'Hyères.
2 — Qu'elle annihilerait aussi, du moins pendant l'été, la force motrice des beaux moulins à blé de cette ville qui en a racheté si sagement, mais si chèrement la banalité.
3 — Lorsqu'enfin Nègre vendeur n'a pas voulu garantir le débit de la source et pour cause, et qu'au dire de tous les ingénieurs qui ont visité les lieux, la prétendue source peut être coupée au moyen d'une simple tranchée en amont du fond Nègre, sur les terres que la commission générale des eaux de Solliés-Pont et de Solliès-Ville a achetées depuis près de 15 ans.
(1) Marseille, renonçant aux flots troubles et terreux de la Durance, a le projet de réunir les eaux épurées des infiltrations latérales de cette rivière pour les amener à Marseille au lieu et place des eaux actuelles, et il s'agit ici de quatre mètres cubes d'eau par seconde…
Source Nègre, Tuyau fonte

Dans une note de 1903 aux AD 83 il est écrit : La canalisation dite de la « Vieille Source » est formée de tuyaux en poterie ou en fonte, suivant que la conduite est placée en galerie ou en tranchée. (AD 83, Solliès-Pont, février 1903.)

Fontaines de la ville d'Hyères

 Examinons un instant les ressources en eaux potables que possède actuellement la ville d'Hyères, eaux qui ont suffi jusqu'ici aux besoins de la population, et demandons-nous si dans tous les cas, un simple appoint ou supplément aux eaux actuelles, que l'on pourrait se procurer à fort peu de frais, ne suffirait pas et largement aux besoins réels de la population.

Hyères possède actuellement 5 fontaines alimentées par la mère source dite l’Ermitage :
1 — celle des Palmiers,
2 — du Portalet,
3 — de la Gavotte,
4 — de la place de la Rade et
5 — du Bon Puits.
N'oublions pas le trou de Peyron si rapprochée de la ville, source qui débite l'hiver un volume de 5 à 6 centimètres de diamètres et l'été de 3 à 4 centimètres.
Il y a en outre le Bon Puits qui, de mémoire d'homme, n'a jamais manqué d'eau, le puits qui se trouve dans l'avenue du repos au-dessus du cimetière et qui pendant l'été est très utile à ce quartier.
Dans la vallée derrière le château, la source appelée l’Umine fournit l'eau aux habitants de la haute-ville pendant les années de grande sécheresse, ou si, pour cause de réparation, la roue élévatoire ne fonctionne pas.
Enfin, en eau non potable, mais très utile à tous autres besoins domestiques, le canal en fournit surabondamment, et s'il était bien entretenu, si surtout on faisait à l'écluse établie au confluent du Petit Réal et de Gapeau les réparations dont elle a un besoin urgent, on pourrait sans inconvénient en dévier un fort volume au dessus de l'usine à Gaz, l'amener à la roue élévatoire, la rendre aisément potable au moyen d'un filtre peu compliqué, ces eaux n'étant que des eaux déjà filtrées à travers nos terres arrosables, et faire couler ainsi de nombreuses fontaines.
Telles sont d'après des renseignements que nous devons croire exacts les ressources actuelles de la ville d'Hyères.
Admettons cependant qu'elles sont insuffisantes, bien que la population s'en soit contentée jusqu'ici : faut-il pour combler cette insuffisance, amener à Hyères par monts et par vaux une rivière toute entière ? Un simple appoint ou supplément en eaux potables que l'on peut rendre très abondant, et comparativement à très peu de frais, ne suffirait-il pas largement aux vrais besoins de la population ? et ce, sans déplacer des eaux qui reçoivent même à Hyères une destination d'utilité bien plus générale, mais en y employant des eaux qui ne servent à rien.
Qu'il nous soit permis à cet égard, toujours dans l'unique but d'éclairer le gouvernement de donner quelques indications.
La montagne de Coudon est très riche en eaux ; il a suffi à la commune de la Garde, de creuser une modeste tranchée un peu au dessus du fond Morizot pour amener dans cette commune l'eau qui alimente une fontaine à 4 tuyaux et qui pourrait en fournir à six tuyaux.
Sur un autre point peu éloigné du premier, M. Sanson, par ce moyen, a créé une assez belle fontaine au château de son épouse.
Des fouilles autrement importantes et mieux dirigées par des « hommes de l'art » fourniraient des eaux plus que suffisantes à ces nouvelles fontaines ; n'en voit-on pas de nombreuses aux campagnes qui longent précisément la route d'Hyères à Toulon, à Château-Redon appartenant à M. Madon avocat, au château des hoirs Morizot, et à d'autres campagnes inférieures, n'y a-t-il pas des eaux jallissantes, à un niveau bien suffisamment élevé et sans que la main de l'homme y ait trop contribué.
Dans la plaine au dessus comme au dessous de Solliès-Farlède, n'y a-t-il pas une nappe d'eau considérable ? La Fontone, dont le nom indique la présence de l'eau, est encore sur les bords de la route départementale de La Farlède à Hyères. Les fontaines de Jérusalem, la Font des Fabres, ne prouvent-elles pas la présence de l'eau partout dans cette plaine dont l'inclinaison assez prononcée se dirige précisément vers Hyères ; n'est-on pas sûr de trouver sur ces divers points l'eau à une altitude suffisante pour alimenter les nouvelles fontaines projetées.
Signalons aussi la belle source de M. Thomas au terroir de La Garde qui arrose actuellement 4 à 5 hectares, et qui ne coûterait certainement pas trop cher.
Enfin sur des points plus rapprochés, au quartier du Gré, propriété Riondet, se trouve l'ancien lit de Gapeau très riche en eau, et la source Trou de Peyron dont nous avons déjà parlé, on pourrait facilement, au moyen d'une roue élévatoire, créer et alimenter de nouvelles fontaines qui ne coûteraient pas le quart de l'entreprise Brun.
Devons-nous signaler aussi les sources de Flayosc qui suffisent à faire marcher sur un point inférieur un moulin à blé :
Là il y aurait surabondance d'eau, mais l'inconvénient d'altérer le débit du canal actuel de la ville d'Hyères, mais comme d'ailleurs le projet présente à un degré bien plus élevé ce même inconvénient, bien mieux vaudrait encore conduire à Hyères les eaux de Flayosc, on économiserait au moins la moitié du parcours et plus de la moitié de la dépense, les propriétaires pour conserver leur arrosage, loin d'être récalcitrans se montreraient bons princes et très conciliants.
La ville d'Hyères peut donc se procurer facilement l'appoint ou supplément en eaux potables largement suffisantes aux besoins de sa population, sans aller quérir ces eaux si incertaines à 15 kilomètres, avec des frais énormes et sans bouleverser la vallée de Gapeau depuis Solliès-Toucas jusqu'à l'extrémité méridionale des terres arrosables de la commune d'Hyères.
Jetons un rapide coup d'oeil sur le côté dommageable de la spéculation Brun, et du projet des fontaines d'Hyènes.
Voici la série des dommages et des résultats désastreux que l'entreprise entraînerait inévitablement :
1 — Les fontaines publiques de Solliès-Pont, en possession d'une partie des eaux convoitées n'en débiteraient plus pendant l'été la quantité nécessaire aux besoins de la population ;
2 — Le lit de Gapeau serait à peu près mis à sec sur une assez vaste étendue et notamment sur la partie qui est au centre de la ville de Solliès-Pont que la rivière traverse du nord au sud ; le peu d'eau qui resterait, contenue au nord par l'écluse Ventre, au sud par l'écluse Sochet, entre lesquelles sont rejetés les résidus des importantes tanneries Gence et Boyer, formerait au centre même de la ville un véritable foyer pestilentiel, dangereux au premier chef pour la santé d'une population d'environ trois mille habitants : malheur à cette population si ce projet venait à se réaliser même partiellement. — Le choléra foudroyant de 1865 n'est-il pas encore présent à la mémoire de tous ? En 48 heures, 58 personnes foudroyées, mortalité d'une année, en huit jours mortalité de deux années ; le second jour, arrivée du Sous-Préfet annonçant l'envoi de trois médecins de première classe de la marine ; le troisième jour, arrivée de dix forçats pour l'enterrement des cadavres entassés au cimetière : notons que, dès le second jour, il ne restait pas à Solliés plus de 200 habitants ; tout le reste, 19 conseillers sur 21 avaient fui épouvantés(2).
Veut-on connaître les causes qui ont rendu ce choléra si exceptionnellement meurtrier ? Le rapport de la commission médicale présidée par le Sous-Préfet, celui rédigé par les trois médecins de première classe de la marine s'accordent à affirmer que ces causes sont : la rivière, le peu d'eau qui s'y trouve pendant l'été, et à cette époque néfaste le cours de Gapeau n'avait pas subi la moindre altération ! Quels désastres l'habitation n'aurait-elle pas à redouter si la spéculation Brun et les projets de la ville d'Hyères venaient à se réaliser ? Poursuivons :
3 — Les eaux convoitées contribuent puissamment au fonctionnement de douze belles usines, dont la force motrice serait à peu près annihilée pendant les basses eaux, et nos six beaux moulins à blé, ont pourtant rendu et peuvent rendre encore de grands services pour les approvisionnements de farine aux armées de terre et de mer, comme lors des guerres de Crimée et d'Italie ; tout comme les six moulins à huile sont indispensables aux besoins agricoles de la contrée ;
4 — Les eaux convoitées contribuent en outre dans des territoires extrêmement morcelés, et ce depuis des siècles, à l'arrosage de nos 411 hectares de prairies, des jardins de Solliès, et notons même qu'en l'état, toutes ces terres arrosables souffrent énormément pendant les basses eaux ; consultez leurs 630  propriétaires, ils vous diront tous, que la moindre réduction de leurs eaux serait ruineuse pour eux ;
5 — Enfin, ces eaux convoitées vont mettre en jeu les beaux moulins à farine de la ville d'Hyères, et contribuent aussi à l'arrosage d'environ deux à 300 hectares aux terroirs de la Crau et d'Hyères et notamment à l'arrosage des beaux jardins de cette ville. Le projet Brun, s'il était réalisé, mettrait à peu près à sec pendant l'été le grand canal actuel, comme nous le prouverons séparément ci-après.
À côté de cette série abrégée de résultats désastreux pour nos trois communes, pour la Crau, et surtout pour la commune d'Hyères elle-même qu'entraînerait le déplacement des eaux convoitées, car ici, comme pour le Ragas, il ne s'agit que d'un déplacement d'eaux ; placez par la pensée le projet fantaisiste d'aller chercher à 15 kilomètres environ et avec une dépense énorme, des eaux qui arrivent déjà à Hyères depuis des siècles.
Et ce, pour donner à cette ville un appoint ou supplément en eaux potables qu'elle peut si aisément et à bien moins de frais se procurer sur dix points différents.
(2)  Je tiens ces renseignements, en quelque sorte officiels, de M. Dollieule, lieutenant de vaisseau en retraite, dont je connaissais la belle conduite et le courageux dévouement dans ces circonstances calamiteuses : simple conseiller municipal, il sut prendre résolument en mains les rênes de l'administration, et au moyen d'un emprunt contracté personnellement, de concert avec un autre citoyen, organiser et assurer tous les services publics.

Utilité publique

Marseille dérive de la Durance 4 mètres cubes d'eau par seconde, sans causer préjudice à personne ;
Cannes dérive de la Siagne 2 mètres cubes d'eau par seconde, mais son entreprise n'a que légèrement altéré la force motrice de quelques usines inférieures pendant les basses eaux seulement, leurs propriétaires qui avaient d'abord fait quelque opposition au projet s'en désistèrent.
L'on sait les immenses avantages que Marseille et même Cannes ont retirés de ces beaux volumes d'eau, amenés dans leur sein et sur leur territoire, on conçoit facilement que dans de telles conditions, l'utilité publique ait été décrétée d'autant plus indiscutable que ces travaux si utiles ne portaient préjudice à personne.
Le spéculateur Brun et la ville d'Hyères se trouvent-ils dans des conditions analogues ? II s'agit de conduire à Hyères, non 4 mètres cubes, soit 4 mille litres par seconde comme Marseille, non 2 mètres cubes, soit 2 mille litres par seconde comme Cannes, mais 46 litres par seconde, soit 4 000 mètres cubes par 24 heures : sur ces 4 000 mètres cubes, 500 mètres seulement seront affectés au service spécial des besoins municipaux. Les 3,700 mètres cubes restant rentrent dans la spéculation Brun. En résumé, d'après le projet, on veut dériver 12 à 13 mille mètres cubes du cours de Gapeau, pour en consacrer 300 seulement aux besoins municipaux ; c'est environ le 1/40 des eaux dérivées. Les 39/40 restant constituent donc la spéculation ; ce qui réduit l'eau employée aux besoins municipaux à environ 3 litres 1/2 par seconde, ajoutons que dans le projet on ne tient nul compte des eaux de toute nature que la ville possède actuellement.
Et c'est pour un si triste résultat que le sieur Brun et consorts, et la ville d'Hyères elle-même viendraient bouleverser toute la contrée, toute la vallée de Gapeau depuis Solliès-Toucas !
Et malgré ses embarras financiers signalés cl-dessus, la ville prêterait la main à une telle entreprise, et oserait s'aventurer dans les dépenses énormes que son exécution entraînerait bien au-dessus, comme d'habitude, des plans et devis sans doute dressés à cet effet
Le faible avantage d'avoir à Hyères quelques fontaines de plus, fontaines que l'on peut facilement trouver ailleurs et à bien moins de frais, est-il proportionné à la dépense, ruineuse surtout en l'état de ses finances, de ses 42 centimes additionnels, de ses taxes et surtaxes d'octroi et enfin aux perturbations, aux dommages si considérables de toute nature que nous venons de signaler ?
La négative nous parait si évidente, que nous en sommes convaincus, la ville d'Hyères renoncera à son funeste projet, que dans tous les cas, l'autorité supérieure lui refusera son concours et l'autorisation nécessaire, et que le Conseil municipal et les plus forts imposés, mieux renseignés, refuseraient au besoin de s'y associer.
C'est par l'état comparatif des avantages et des dommages résultant d'une entreprise qu'on peut élucider la question d'utilité publique.
Ici, la somme des dommages est immense, l'utilité insignifiante, presque nulle ; que l'on se rappèle Nègre, vendeur, refusant de garantir le débit actuel et futur de sa prétendue source, et l'acquéreur lui interdisant de détruire son barrage ou écluse, que tous les ingénieurs ont affirmé que la prétendue source peut être coupée, que ces eaux sont identiques à celles de Gapeau, et tous seront plus qu'étonnés que la faible majorité de deux voix ait entraîné la ville d'Hyères dans une entreprise si aventureuse et si dispendieuse tout à la fois, majorité formée peut-être de quelques nouveaux débarqués qui, ne possédant rien à Hyères, n'auront guère à contribuer à la dépense.
Les privilèges sont de droit étroit, il faut bien se garder d'en étendre la portée ; le privilèges d'arracher à un père de famille malgré sa volonté une simple parcelle de son champ, est un privilège exorbitant contre le droit de propriété que le législateur a entouré de tant de garanties, ce privilège exorbitant, l'autorité ne doit l'accorder que dans des cas exceptionnels, et pour de grandes considérations d'intérêt public. Le savant jurisconsulte Pufendorfs, livre 8, chapitre 5, § 7, a résumé en quelques mots les principes de la matière.
« Il ne faut pourtant pas, dit-il, donner une trop grande étendue aux cas d'utilité publique, il faut en tempérer les privilèges AUTANT qu'il est possible par les règles de l'équité. »
À la faveur de ces principes et des considérations ci-dessus, nous avons la ferme. espérance que le gouvernement n'accordera pas aux entrepreneurs le décret d'utilité publique, que les eaux convoitées continueront, comme par le passé, d'être consacrées au mouvement de nombreuses usines, et à l'arrosage des terres des cinq communes qui en jouissent depuis des siècles ; car l'œuvre projetée, loin d'être une œuvre d'utilité publique, serait une œuvre de perturbation générale et de dommages publics.

 

Toulon, le 24 avril 1872

Casimir ARÈNE
Ancien Avocat, Propriétaire aux terroirs de Solliès-Pont et de Solliès-Ville.
Ancien président de la Commission des eaux de Solliès-Pont.

Hormathophylla Spinosa  L. P. Küpfer

Alysson épineux, Hormatophylla spinosa

Nom provençal : Gourbèio-d'or

Alysson épineux :

BRASSICACEAE

 

 

  • Alysson épineux, Hormatophylla spinosa L.
  • Alysson épineux, Hormatophylla spinosa L.
  • Alysson épineux, Hormatophylla spinosa

  Canal de la Miséricorde

Rapport de Monsieur Jehan,
subdivisionnaire des Ponts et Chaussées de Cuers,
du 19 novembre 1936. (Original dactylographié, six pages)

État des lieux

Le canal dont il s’agit est une dérivation d’un canal beaucoup plus important ayant son origine sur la rive gauche du Gapeau à 700 mètres environ en amont de la localité de Solliès-Pont, à l’écluse dénommée « des Messieurs ». Ce canal longe, la rive gauche du Gapeau, alimente le canal du syndicat d’arrosage des Terrins, les canaux d’irrigation de la propriété dénommée « Le Château » appartenant actuellement à M. Fontaine, actionne la turbine du moulin à farine de M. Béja (point A du plan) situé en bordure de la R.N. 97 (D97) côté gauche dans la traverse de Solliès-Pont face au carrefour de celle-ci avec le G.C. 58, poursuit son parcours sous la R.N. 97 (D97) puis entre les maisons jusqu’à la place Général Gardanne (point B) du plan, ou il se divise en deux branches. L’une continue son chemin sur le côté droit du G.C. 58 et dessert les canaux des syndicats des Laugiers, des Trois Pierres, des Fillols, l’autre longe les façades sud des immeubles bordant le côté droit de la R.N. 97 (D97) dans la partie comprise entre la rue de l’Hôtel de Ville et l’origine du G.C. 58.

Elle passe ensuite en souterrain sous les maisons et la rue de l’Hôtel de Ville et se divise encore en deux branches dont l’une dessert le canal du syndicat d’arrosage de la Tour, tandis que la seconde se jette dans le Gapeau. Cette dérivation B. C. dénommée canal de la Miséricorde servait autrefois à conduire les eaux au moulin communal situé au carrefour de la R.N. 97 (D97) et de la rue de l’Hôtel de Ville et appartenait au propriétaire de celui-ci.
Lorsque le moulin fut désaffecté et transformé en maison d’habitation, le propriétaire, pour ne pas avoir à sa charge l’entretien du canal, le vendit au syndicat de la Tour et au syndicat des Sauvans et Penchiers qui en devinrent propriétaires.
Au début de l’année les deux syndicats ont fait exécuter une réfection complète de ce canal, curage, bétonnage du fond avec redressement des parois, revêtement au mortier de ciment des parois et du fond du canal avec enduit au ciment, couverture du canal par une dalle en béton armé. La répartition des dépenses entre les deux syndicats intéressés a été de 2/3 à la charge du syndicat de la Tour, 1/3 à la charge du syndicat des Sauvans et Penchiers. C’est pendant l’exécution de ces travaux qu’est né le différent qui divise actuellement le syndicat des Sauvans et Penchiers et divers propriétaires de la localité de Solliès-Pont. À l’extrémité du canal dans le mur rive gauche, en D du plan existent deux trous de 20 cm de diamètre alimentant des canaux servant à l’irrigation de jardins parmi lesquels ceux de l’Hospice de la commune de Solliès-Pont.
Les propriétaires de ces canaux prétendent pouvoir utiliser les eaux quand il leur plait, tandis que le syndicat des Sauvans et Penchiers prétend que les intéressés n’ont droit à l’eau que le samedi matin. Une partie de chaîne scellée dans le mur à proximité du trou permet de supposer la présence ancienne d’un bouchon pour obturer ce trou. Mais l’une, ni l’autre des parties en présence n’a pu produire à l’appui de ses dires, aucun titre. Toutes deux basent leurs affirmations sur des usages locaux et anciens.

Discussion

C’est ce différend que M. le Directeur des Sauvans et Penchiers demande à M. le Préfet de trancher en réglementant l’usage de cette prise et en réunissant en association syndicale autorisée les propriétaires utilisant celle-ci.
En conséquence nous inclinons à penser que M. le Préfet n’a pas à intervenir : pour la réglementation de la prise établie dans le mur du canal du syndicat de la Miséricorde ni pour la réunion en association syndicale autorisée des propriétaires utilisant cette prise.
Acte du 25 octobre 1929 Monsieur Jules, François Bouvant cède au syndicat d’arrosage de La Tour, et au syndicat d’arrosage des Sauvans et des Penchiers, tous les droits et avantages qu’il peut avoir sur ce canal et sur cette chute d’eau. M. Bouvant ayant transformé ce moulin à farine en maison d’habitation, la propriété de ce canal et de cette chute d’eau n’offre plus pour lui aucun avantage.
 

(not. E. Gouzian)

Convention du 23 décembre 1938 M. Léandre Marcel, propriétaire d’une maison situé Place du Général Gardanne, sur laquelle elle a sa façade et son entrée, mais qui se trouve séparée de cette place par un canal longeant complètement la façade de son immeuble. Ce canal est actuellement couvert en cet endroit par une voûte en maçonnerie de faible résistance. M. Marcel a demandé aux associations syndicales des arrosants l’autorisation de faire passer des véhicules au dessus du dit canal sous certaines conditions.
 

(not. A. Chabannier)

Procès-verbal de visite des lieux, par Gustave Rat, juge directeur du Tribunal d’Instance de Toulon, le 17 septembre 1959, original dactylographié, trois pages.

Canal de la Miséricorde
Le débouché du canal de l'enclos pour régler - avec deux expansiers - le partage des eaux entre le canal de la Miséricorde et le canal des Lices (ou du 6e RTS) à l'angle de la place Général Gardanne.

Visite des lieux

Conduits par les parties, nous avons visité et observé les lieux litigieux où nous avons fait les constatations suivantes :
Nous nous sommes rendus en compagnie des représentants des syndicats parties au procès et de leurs conseils sus-nommés tout d’abord au lieu-dit Place de la Miséricorde, à proximité immédiate de la Route Nationale où coule le canal de la Miséricorde lequel en cet endroit est sensiblement parallèle au cours du Gapeau petit fleuve côtier situé à l’ouest ;
Sur ce canal s’amorce le canal des Lices ;
Ces deux canaux sont couverts en cet endroit mais une ouverture permet de manœuvrer les deux vannes qui les commandent ;
Sans désemparer nous nous sommes transportés ensuite au barrage des Messieurs, en traversant la Route Nationale 97 (D97) et en longeant le canal des Messieurs qui continue celui de la Miséricorde au nord-ouest de l’agglomération de Solliès-Pont.
Le canal des Messieurs coule à ciel ouvert parmi des prairies et des vergers ; il suit le cours du Gapeau qui se trouve à l’ouest et dont il se rapproche pour le rejoindre au barrage susmentionné dit des Messieurs et qui est également dénommé canal du Château ou des Moulins.
À un kilomètre environ au nord du village de Solliès-Pont au quartier des Sénès, en ce lieu nous observons l’existence d’une vanne dite du coup perdu et qui serait manœuvrée seulement en cas de crue du Gapeau pour permettre le retour des eaux du canal à ce cours d’eau.
Nous remarquons également une banquette en maçonnerie appelée bar et constituant exhaussement d’origine manifestement récente que les défendeurs auraient fait édifier pour mettre obstacle aux débordements du fleuve ;
Revenons au village nous visitons au passage le moulin de Monsieur Béja sis en bordure de la route de Toulon / Mer à Nice et qui est alimenté par le canal des Messieurs, lequel après avoir traversé ladite route aboutit aux vannes susvisées de la Miséricorde.
Nous nous sommes ensuite transportés rue de la République pour visiter le barrage des Carcès situé sous la pâtisserie Castel ;
Nous sommes descendus par une trappe à l’aide d’une échelle et nous avons constaté qu’il y avait deux canaux venant du nord dont un ne paraît pas être actuellement en service.
Après avoir passé dans une salle souterraine l’eau se divise en deux canaux  ; l’un qui se dirige vers la Tour, l’autre qui envoie l’eau au Gapeau après avoir passé sur une banquette en maçonnerie.
Il existe en ce lieu un petit tas de pierres et de matériaux divers qui exhausse très légèrement le niveau du canal vers le nord-est, endroit où celui-ci est à sec lors de notre visite, alors que l’eau s’écoule au nord et qu’il existe également de l’eau dans le canal de La Nerthe qui retourne au Gapeau.
La visite des Carcès terminée, les défendeurs ont précisé que le jour du constat du garde des Eaux, ils effectuaient le curage du canal de la Tour et que pour ce faire après avoir enlevé les détritus du canal de la Tour, ils les déposaient provisoirement dans le canal de La Nerthe qui retourne au Gapeau pour les enlever aussitôt après ;
Que le garde a dressé son procès-verbal avant que la deuxième opération ait été faite ;
Qu’il en était toujours ainsi en raison de la disposition des lieux.
Nos opérations étant terminées, nous avons renvoyé la cause et les parties, pour être fait droit, à notre audience du mercredi 21 octobre 1959 à 14 heures 30…

Le Greffier, signé [illisible].

Canal de la Miséricorde. Pêche et rinçage du linge

La pêche à la ligne et le rinçage du linge dans le canal de la Miséricorde.

Canal de la Miséricorde, tinettes

Vidage et rinçage des tinettes dans le canal de la Miséricorde. (La place de la Miséricorde se nomme aujourd'hui place Gardane.)

Géométrie du nombre d'or, Robert Vincent

 

Auteur : VINCENT Robert

Éditeur : Chalagam

Ville  : Marseille

Année : 2005

4e édition

ISBN : 2-951 9607-0-0

Lei  pignen

(LES CHAMPIGNONS)

En provençal, le nom générique donné aux champignons est celui du champignon le plus apprécié, le plus recherché dans chaque coin de notre région. Ainsi, à Nice, les champignons se diront : lou boulet, car les cèpes y sont très appréciés ; dans le pays de Durance, ce sera lei bourigoulo, c'est-à-dire les morilles ; et pour le Var, le champignon le plus recherché étant le lactaire sanguin, nommé lou pignet, ou lou pignen, c'est par cette même appellation que l'on va désigner l'ensemble des champignons.

Lactaire délicieux, Lactarius deliciosus 641x800
Lactaire délicieux, Lactarius deliciosus.

 

Un témoignage
« Sian d'autouno, e emé lei plueio de Sant Miquèu, lei pignet an espeli d'aqui ou d'eila. Coumo cade an, d'escabouat de gènt de la vilo soun esta aganta pèr la fèbre cuierello, ce que si coumpren talamen la sesoun es bello. Lou blu dóu cièl es seren, lei proumiérei rouado rèndon l'èr fin, lou tèms sèmblo suspendu. Lou verd dóu reviéure e dóu germe es quàsi printanié. Tambèn cade dissato, lei rabaiaire, lei remassaire, leis acampaire de touto meno soun pèr orto, au nouastre, à mouloun. Es uno foulié que de còup pauvo proublèmo, mai qu'es touto recènto. 'Ceta dóu coustat d'Anouot, ente lei fróunzi soun toujour agu un revengut pèr lou mounde, lei pignet, au nouastre, èron pas tant presa qu'acò dins lou tèms. D'en proumié, n'in 'vié bèn gaire, que li'vié pas tant de bouas ni de pin, au nouastre. Puei lei peïsan, d'autouno, avian gaire tèms d'ana barroula dins lei travès, que lou travai pressavo : foulié laura, samena, derraba lei trufo, cuhi lei poum, lei pero, garda l'avé, faire de bouas pèr l'ivèr ; enfin, lou pignet degaiavo fouarço òli, e nourrissié gaire. E d'ùnei d'aiours dihien d'éu qu'èro « lou cementèri de l'òli » ! E puei, lou mounde si mesfisavon, e lei counouissien gaire, fin finalo. Si manjavo de segur lei sanguin, cue sus lou poualo, ou au four, emé de sau e d'òli, à la sartan emé d'aiet, de juvert, ou en fricot, emé de trufo, de cebo, e un bouan moussèu de lard.
Encuei, la civilisacien dei lesi nous a fa counouisse despuei gaire de tèms lei griset, lei pèd-de-moutoun, lei pèd-blu, leis aureieto que si regalan de manja, de fa seca ou de metre en counservo. »
Traduction
Nous sommes en automne, et avec les pluies de la Saint-Michel (29 septembre) les champignons sont sortis d'ici de là. Comme chaque année, des troupeaux de citadins ont été pris de la fièvre de la cueillette, ce qui se comprend tellement la saison est belle. Le bleu du ciel serein, les premières gelées blanches rendent l'air fin, le temps est comme suspendu. Le vert du regain et de l'herbe est presque printanier. Aussi chaque samedi, les ramasseurs de tout poil sont-ils de sortie, chez nous, en très grand nombre. C'est une folie qui certaines fois pose problème, mais qui est toute récente. Excepté du côté d'Annot, où les cèpes ont toujours représenté un revenu pour le monde, les champignons, chez nous, n'étaient pas aussi prisés que cela dans le temps. Premièrement, il s'en trouvait bien peu, car il n'y avait pas beaucoup de bois ni de pin, par ici. Et puis les paysans, l'automne, n'avions pas trop le temps d'aller circuler dans les travers des forêts, car le travail pressait : il fallait labourer, semer, arracher les pommes de terre, cueillir les pommes, les poires, garder les moutons, faire du bois pour l'hiver ; enfin, le champignon nécessitait une grosse quantité d'huile d'olive, et il n'était pas bien nourrissant. D'ailleurs certains disaient de lui qu'il était le cimetière de l'huile ! Et enfin, les gens se méfiaient, et on ne les connaissait guère, finalement. On mangeait bien sûr les sanguins, cuits sur le poêle, ou au four, avec du sel et de l'huile ; à la poêle avec de l'ail, du persil, ou en ragoût, accompagné de pommes de terre, d'oignon et d'un bon morceau de lard.
De nos jours, la civilisation des loisirs nous a fait connaître depuis peu de temps les tricholomes couleur terre, les pieds-de-mouton, les pieds-bleus, les girolles que l'on se régale de manger, de faire sécher ou de mettre en conserve.
Bolet rude, Leccinum scabrum, ex boletus scaber bolet scaber
Oronge vraie, Amanita Caesarea. 638x800
Bolet rude, leccinum scabrum, (ex : boletus scaber, bolet scaber).
Oronge-vraie, Amanita-Caesarea.

 

Consulter la page : Exposition mycologique 2015

Consulter la page : Exposition-mycologique 2013

Bibliothèque :

Consulter l'ouvrage : Champignons de Provence et du Midi méditerranéen

Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste de Solliès-Pont

Église Saint-Jean-Baptiste, Solliès-Pont

Vue aérienne de l'église Saint-Jean-Baptiste.

Historique

Située sur la rive gauche du Gapeau, la première église paroissiale Saint-Jean-Baptiste, en remplacement de l'église Saint-Victor devenue trop petite, est construite entre 1661 et 1668. En 1707, la voûte s'effondre, et en 1708 l'église s'écroule. Partiellement réédifiée en 1710, elle tombe en ruines en 1717. En 1724, le projet de reconstruction de l'architecte Joseph Pomet est adopté. En 1726, c'est le début de la réédification par Joseph Giraudy et fils, maître maçon, mais en 1729 ils abandonnent le chantier. Pierre Sénès architecte de Toulon reprend aussitôt les travaux jusqu'à sa mort en 1730 ; il est remplacé par son frère Charles jusqu'à l'achèvement de l'église en 1734. Elle est bénie le 23 décembre 1734 par Messire Tournier, grand vicaire.

En 1793, l'église Saint-Jean-Baptiste sert de cantonnement aux troupes qui assiègent Toulon. Elle est dévastée, son mobilier détruit. Les statues en bois sont portées devant le château et brûlées ; à l'emplacement du feu, l'herbe n'a plus repoussé, on appelle ce lieu « Le pré aux saints ».

La statue en marbre de Notre-Dame de Santé provenant initialement de l'église de Notre-Dame de l'Immaculée-Conception des révérends pères capucins, est précipitée dans le Gapeau. Elle est récupérée après la Révolution et placée sur son autel jusqu'à la démolition de celui-ci. En septembre 1992 sur l'initiative du père Michel Schaumasse, après nettoyage, la statue est placée à droite de la nef centrale au troisième pilier.

Notre-Dame de Santé
Plan église Saint-Jean-Baptiste, Solliès-Pont

De style classique, l'édifice comprend trois nefs et cinq travées. Ces nefs sont couvertes d'une voûte d'arêtes aux arceaux à plein cintre tombant sur des pilastres. Chaque travée est marquée par une arcade de hauts piliers recevant un arceau à plein cintre. La grande nef, plus haute que ses collatéraux, de seize mètres cinquante de hauteur se termine par une abside à cinq pans voûtée d'arêtes.

La façade totalement en pierres de taille appareillées est dominée par un fronton qu'encadrent des accolades reposant sur les murs des nefs latérales. Elle s'ouvre de trois portes sculptées servant d'issues à chaque nef. La grande porte refaite en noyer massif par le sculpteur Militano en 1960 soutenant un encadrement lui-même surmonté d'un fronton courbé.

Église Saint-Jean-Baptiste, Solliès-Pont

Les deux autres portes plus petites ont un simple encadrement de pierres surmonté d'un linteau légèrement cintré. La nef centrale est éclairée par dix fenêtres et une baie octogonale munies de vitraux en 1958 par Paul Montfollet, maître verrier à Grenoble. Au-dessus des portes latérales on trouve également deux vitraux l'un représentant sainte Christine, l'autre saint Jean-Baptiste, ils ont été exécutés par Jacques Robinet, verrier, entre 1960 et 1963.

À gauche de l'église, le presbytère construit en 1770, et à droite la chapelle Saint-Dominique construite en 1780, réaménagée en 1995 en maison paroissiale.

Nef latérale gauche

Madone des motards, église Saint-Jean-Baptiste, Solliès-Pont

Madone des motards.

En entrant par la porte latérale gauche rouverte en 1993, on trouve dans la nef :
- l'autel en bois sculpté de Sainte-Élisabeth de Hongrie ;
- la fresque de 1969 représente le pape Paul VI en visite à Fatima le 13 mai 1967 ;
- l’oratoire de la Madone des motards, Vierge enceinte du château de Solliès-Pont, bénie par le pape Jean-Paul II au cours du pèlerinage des motards à Rome le 2 juin 2000 ;
- un confessionnal en bois, une statue en bois de Saint-Joseph, de M. Lacome, sculpteur à Lourdes ;
- la fresque réalisée en 1967 illustrant le baiser du pape Paul VI au patriarche Athënagoras ;
- un confessionnal encastré, en bois joliment sculpté ;
- au-dessus de la porte du bureau accueil, un tableau du XVIIIsiècle représentant la Sainte Famille.

L'autel du Rosaire date de 1819. Le tableau qui le surmonte représente la Sainte-Vierge offrant un rosaire à saint Dominique accompagné de sainte Catherine.

Chœur

Dans le chœur le maître-autel en marbre de Carrare de 1818 par François, Charles Gazelle, maître marbrier d'Aix-en-Provence, déplacé en 1958, surmonté d'une Gloire.

Il est précédé d'un autel mobile en érable fabriqué en décembre 2000 par Michel Biale. Le chœur est séparé de la nef centrale par une table de communion en marbre de Carrare exécutée par le sculpteur Rossi fils.
Des boiseries en noyer entourent ce dernier ainsi que deux rangées de cinq stalles réalisées en 1825 par Féraud et Simon maîtres menuisiers à Solliès-Pont.
Dans le prolongement des boiseries on trouve de chaque côté un baldaquin sculpté en forme de dais orné d'un ange le tout en noyer. Sous le baldaquin de gauche la statue de Saint-Jean Baptiste, et sous le baldaquin de droite la statue de Sainte-Christine.

Chœur, église Saint-Jean-Baptiste, Solliès-Pont
Apocalypse, église-Saint-Jean-Baptiste, Solliès-Pont

Sur la voûte au-dessus du chœur une fresque de 1976 représente le Christ revenant à la fin des temps suivant le chapitre I de l'Apocalypse de saint Jean.

Cinq tableaux ornent le chœur, de gauche à droite :
- Martyre de Sainte-Christine par le Toulonnais Louis Janmot, en 1883 ;
- La prédication de Jean-Baptiste dans le désert. Luc 3,1-6, Patriti, 1858 ;
- La nativité de Jean-Baptiste. Luc 1,57-83, Patriti, 1858 ;
- Le baptême du Christ par Jean-Baptiste. Luc 3,15-22, Patriti, 1858 ;
- Saint-Roch guérissant les malades par le Marseillais M. Fronti en 1890.

Nef latérale droite

- L'autel du Sacré Cœur repeint en décembre 1998 ;
- La fresque de 1973 représente Paul VI au congrès eucharistique international de Bombay ;
- Une statue en plâtre de Sainte-Thérèse de l'Enfant Jésus ;
- Une statue en bois du bienheureux François, Joseph Pey sculptée par
J. S. Hartmann ;
- Une statue en plâtre de Saint-Antoine de Padoue ;
- La grotte de Notre Dame de Lourdes inaugurée le 10 février 1935 ;
- Un Christ en croix surmonté d'un dais en bois.

Statue, nef latérale droite, église Saint-Jean-Baptiste
Fonts baptismaux, église Saint-Jean-Baptiste

Les fonts baptismaux sculptés par M. Roux, marbrier à Toulon en 1834 sont ornés de six colonnes en bois de style corinthien. Ces colonnes sont surmontées d'une demi-coupole dominée par la statue de Saint-Jean-Baptiste, sculptée par Vian, ébéniste de Pignans.
À droite des fonts baptismaux, un tableau datant de 1816, représentant le baptême du Christ par Jean-Baptiste.

Nef centrale

La nef centrale est soutenue par huit piliers sur lesquels sont posées les quatorze stations du chemin de croix en noyer avec sujets en bronze.
L’ambon, réalisé à partir d’anciennes boiseries, a été fabriqué par Michel Biale en décembre 2000.
Bancs en noyer massif.
Deux bénitiers sculptés en marbre de Carrare de 1843.
Le carrelage est de M. Lauzun de Bourg-Saint-Andéol en 1900.
À la porte d'entrée, la tribune et le tambour sont achevés en 1842. À l'intérieur de la boiserie, un petit escalier en colimaçon permet d'accéder à l'orgue.
Ce grand orgue construit par Joseph Callinet, de Rouffach est achevé en 1846. Il comprend vingt-deux jeux ; mille trois cent quatre-vingt-dix tuyaux ; soixante-quatre en bois et mille trois cents en métal dont vingt-huit « chanoines », deux claviers et un pédalier, il est unique, car il a conservé la totalité de son matériel sonore originel.
Il est classé Monument historique depuis le 16 février 1984 et restauré en 2009-2010 par l’Atelier Quoirin.
Pièce jointe vide ou le type d'article n'est pas une 'pièce jointe'

Sacristie

Fresque, église Saint-Jean-Baptiste, Solliès-Pont

Dans la sacristie, une fresque de 1966 représente la tempête apaisée. Toutes ces fresques ont été exécutées par Fernand Belmonte, professeur aux beaux-arts de Marseille, peintre et sculpteur.

Clocher

Le premier clocher construit en 1667 plusieurs fois réparé, s'effondre en l'an V. Il est reconstruit en 1819 par Joseph Reboul fils, sur les plans de Hugoun, architecte d'arrondissement. Le clocher mesure vingt-quatre mètres de hauteur on y accède par cent deux marches.
Actuellement il comprend trois cloches :
- Marie Charles, 1869 : Ø : 0,895 m, poids : 400 kg, fondeur Maurel, Marseille.
- Maria Clara Josepha, 1926 : Ø : 1,125 m, poids : 850 kg, fondeur les Fils de G. Paccard, Annecy.
- Marie Christine, 1961, Ø : 0,780 m, poids : 300 kg, fondeur Granier.
Clocher de l'église Saint-Jean-Baptiste, Solliès-Pont
Rigouard Jean-Joseph

Jean, Joseph Rigouard (1735-1800), prêtre de Solliès-Pont, député du Var en avril 1789 et évêque constitutionnel du Var en mai 1791, est inhumé le 15 mai 1800 à l'intérieur de l'église.

 


Cet édifice n'est pas un musée, c'est une église consacrée au culte catholique.
On est prié de se conformer aux règles extérieures de respect dans l'attitude et la tenue.
On ne circule pas pendant les offices.
On respecte la foi et la prière d’autrui.

 

 

 

Bibliothèque :

Église Saint-Jean-Baptiste et les fresques

Le parc du château de Solliès-Pont

Localisation : près du centre-ville
Propriétaire : Mairie de Solliès-Pont

Jardin du château, Solliès-Pont

Les arbres du parc

Agrumes : Citrus
Arbre à laque : Butia capitata
Aubépine : Cratægus oxyacanthasensu
Bouleau blanc : Betula alba L.
Buis : Buxus sempervirens
Camphrier : Cinnamomum camphora
Chêne blanc : Quercus pubescens L.
Chêne vert : Quercus ilex L.
Cocotier du Chili : Judaea chilensis
Cycas : Cycas revoluta
Cyprès chauve : Taxodium distichum
Cyprès commun : Cupressus
sempervirens
L.
Cyprès de Lambert : Cupressus macrocarpa
Faux-poivrier : Schinus molle
Filaire : Phillyrea latifolia L.

Frêne : Fraxinus excelsior
Laurier sauce : Laurus nobilis L.
Laurier-tin : Viburnum tinus
Marronnier d'Inde : Aesculus
hippocastanum

Micocoulier : Celtis australis L.
Orme : Ulmus campestris L.
Palmier à chanvre : Trachycarpus fortunei
Palmier bleu du Mexique : Brahea armata
Palmier dattier : Phœnix canariens
Palmier de Californie : Washingtonia filifera
Palmier nain : Chamærops humilis
Pin d'Alep : Pinus halepensis Miller
Platanes : Platanus acerifolia
Séquoia : Sequoia sempervirens
Tilleul : Tilia

Feuillus

Tilleul, Tilia. Arbre du parc du château de Solliès-Pont

Tilia : Tilleul

Devant son nom au mot latin « Tilia » le Tilleul est un arbre appartenant à la famille des Malvacées, qui se divisent en plusieurs espèces, dont les plus connues en Europe sont le Tilleul à petites feuilles Tilia cordata et le tilleul à grandes feuilles Tiilia plastiphyllos.
Arbre traditionnel implanté au centre des villages de Gaule ou d’anciens lieux de rassemblement en Allemagne, le Tilleul est aujourd’hui principalement connu pour ses fleurs et ses feuilles. Ces dernières, souvent en forme de cœur, ont d’ailleurs fait du Tilleul un symbole d’amour et de fidélité dans la mythologie grecque.
Pouvant s’élever jusqu’à quarante mètres de hauteur, il possède une croissance rapide faisant apparaître une écorce lisse qui se gerce au fil des années. Comme la plupart des arbres, il a besoin d’un sol relativement profond pour pouvoir se développer. Cet arbre principalement d’ornement préfère les terres riches, fraîches et assez humides pouvant être même calcaire. Il ne supporte pas les terrains trop acides et l’aridité de l’air, il conviendra donc de lui trouver une exposition mi-ombre.
Le Tilleul se plante en racines nues ou en conteneur à l’automne pour favoriser son enracinement avant l’hiver.

Celtis australis  L. : Micocoulier

C'est un arbre pouvant mesurer jusqu’à vingt mètres, qui se développe essentiellement dans le Midi de la France où on le rencontre dans les bois et les garrigues, en basse montagne et jusqu’à neuf cents mètres d’altitude. Il peut vivre jusqu’à cinq cents ans.
Cette espèce a un tronc droit et de nombreux rameaux plutôt pendants. Son écorce cannelée ressemble à celle du hêtre, gris avec quelques pustules et protubérances. Ses feuilles caduques sont simples, alternes, elliptiques, légèrement asymétriques à la base, dentées et rugueuses sur le dessus, ressemblant à celles l’Orme, tout en étant plus allongées et moins larges. Ses petites fleurs s’épanouissent en mai, en général solitaires et disposées à l’aisselle des feuilles, avec une corolle peu visible, mais des stigmates blancs très développés.
En septembre, ses petits fruits noirâtres ressemblent à de petites olives et persistent sur l’arbre après la chute des feuilles.
Micocoulier de Provence, Celtis-australis L. 800x697
Chêne vert, Quercus ilex L.

Quercus ilex : Chêne vert

Le Chêne vert est le chêne méditerranéen par excellence : on doit à son feuillage persistant l’éternelle verdure de ses forêts, appelées yeuseraies. Il dépasse rarement plus de quinze mètres de haut, ses feuilles sont de couleur vert foncé et lustrée sur le dessus, gris-blanc aux reflets argentés sur le dessous. Ce détail permet de le différencier du chêne Kermès dont les feuilles sont cireuses et vertes sur les deux faces : ce dernier (Quercus coccifera) se distingue en outre par la cupule de ses glands aux nombreuses écailles en pointe, et par sa petite taille (pas plus de trois mètres).
La face blanchâtre des feuilles d’yeuse permet en fait de réfléchir les rayons du soleil et lutter contre la sécheresse. De ce fait, il occupe souvent les sites les plus secs. Ces caractéristiques des forêts méditerranéennes sur le sol calcaire, il permet de maintenir un couvert forestier dans les lieux aux conditions écologiques rudes, et participe ainsi au maintien des sols.
Il a été largement exploité pour le bois de chauffe et le charbon de bois.

Quersus pubescens : chêne blanc

Une plante de la famille des fagacées. Il se trouve de façon commune en forêt méditerranéenne poussant sur les collines et basses montagnes. Nom botanique Quersus pubescens. Il doit son nom pubescent (poilu) au revers velouté de ses feuilles. Elles sont de forme très lobée. Une particularité est qu’il possède un feuillage persistant tout l’hiver (marcescent) comme le charme.
Cet arbre mesure une quinzaine de mètres de façon générale et plus rarement une trentaine possédant une tête ronde. Il est très rustique au gel en terrain drainant et peu aussi vivre plusieurs siècles. Son tronc à l’écorce noire, Il est souvent recouvert de lichens gris. et est souvent de forme assez tortueuse. Le bois (très dur et dense) sert pour les charpentes et les meubles. Il résiste à l’eau et sert encore pour les écluses, les pilotis, les traverses de chemin de fer… Il sert aussi de combustible et à fabriquer un excellent charbon de bois.
Chêne pubescent, Quersus pubescens, 800x600
Camphrier, Cinnamome camphora, feuilles

Cinnamome camphora : Camphrier

Les feuilles persistantes et coriaces sont ovales lustrées et étroites ne dépassant pas dix centimètres de long, et les nervures son bien marquées, passant du rouge verdâtre au vert vif. Le dessous des feuilles est d’un vert glauque et en les froissant une odeur de camphre se dégage puisque l’arbre permet de produire l’huile essentielle de ravintsara, à partir du Cinnamomum camphora qui s’est développé à Madagascar.
On extrait de l’arbre l’huile essentielle de ravintsara qui contient du safrol (toxique) mais elle n’est utilisée qu’en usage externe pour ses propriétés antivirales, antiseptiques, antispasmodiques, stimulantes, antirhumatismaux, analgésiques, contre l’asthme et les faiblesses cardiaques.
Des petites fleurs en coupe de couleur jaunâtre forment des bouquets de six à sept centimètres de diamètre, entre mars et juin puis des baies noires de moins d’un centimètre apparaissent.
En Asie, notamment au Japon, le camphrier est vénéré : il est l’ensemble de la ville d’Hiroshima, car il fut le premier à reverdir après le bombardement atomique du 6 août 1945.

Platanus acerifolia : Platane

Souvent confondu avec l’Érable à cause de la forme de son feuillage, le Platane commun est un arbre hybride issu des variétés des États-Unis et de l’Asie occidentale. Sur ses trente-cinq à quarante-cinq mètres de hauteur, le platane est un magnifique arbre qui se démarque surtout avec son tronc exceptionnellement droit, au toucher agréable et lisse, qui rappelle un peu la tenue « camouflage ».
Arborant une couleur vert clair, ses feuilles sont de grande taille avec ses treize à quinze centimètres de longueur. Unisexes, les fleurs s’organisent autour d’un pédoncule, tandis que les fruits duveteux ont des formes proches des châtaigniers.
Occupant une place très importante dans la mythologie grecque, le platane est le symbole de la déesse Gaia. Par ailleurs cet arbre fait également partie des quatre éléments formant le caducée, l’emblème du corps médical. Le platane a été très utilisé pour border nos routes nationales.
Platane, Platanus hispanica

Conifères

Pin d'Alep, Pinus halepensis 2

Pinus halepensis : Pin d'Alep 

Le pin d’Alep ou Pinus Halepensis appartient au genre Pinus et a la famille des Pinacées. On le trouve dans le bassin occidental de la Méditerranée, en Europe, en Afrique du Nord et au Proche-Orient. On le nomme aussi pin de Jérusalem ou encore pin blanc et pin de Provence.
C’est un conifère à grand développement qui atteint entre dix et vingt-cinq mètres de hauteur. Son large tronc lisse souvent tortueux et penché est recouvert d’une écorce brun-gris qui se fissure avec l’âge. Sa cime large et claire prend souvent la forme d’un parasol (moins dense toutefois que celle d’un pin parasol).
Ses feuilles ou aiguilles persistantes et aromatiques vert clair, regroupées par deux sont courtes, fines et souples (entre six et dix centimètres).
Il produit en avril et mai à la floraison des fleurs mâles sous forme de chatons jaunes pale qui se situent à la base des pousses de l’année, et des fleurs femelles sous forme de cônes charnus, les plus petits des pins méditerranéens (de huit à onze centimètres), d’un violet pourpre qui se développent en deux ans et deviennent brun et ligneux.
Ils contiennent des graines ailées qui sont comestibles.

Sequoia sempervirens : Séquoia à feuilles d'if

Ce sont des arbres de très grande taille à port conique et à cime arrondie. À l’âge adulte, l’arbre est dépourvu de branches sur un tiers ou la moitié de sa hauteur. Son écorce épaisse et crevassée est rouge orangé et d’une texture souple et fibreuse.
Il est plus fin et plus élancé que le séquoia géant.
Les feuilles persistantes sont disposées sur les rameaux secondaires en deux rangs d’aiguilles aplaties, longues, vertes dessus, blanchâtres dessous. Les feuilles placées sur les rameaux principaux sont des écailles appliquées.

Cyprès chauve, Taxodium distichum

Taxodium distichum : Cyprès chauve de Louisiane

Le cyprès chauve est un grand arbre pouvant atteindre trente à cinquante mètres de haut pour un diamètre de tronc de deux mètres. L'arbre vit de deux cents à trois cents ans. Le feuillage léger, gracieux et souple est formé de feuilles claires, aplaties et aciculaires, disposées en spirales sur les rameaux, mais tordues à leur base, ce qui les fait paraître disposées en deux rangs aplatis. Elles mesurent de dix à seize  millimètres  de long sur un à deux de large. Elles sont caduques, tombant à la mauvaise saison. Ce dernier caractère est à l'origine du nom de cyprès « chauve ».
Les cyprès chauves vivant dans les marais se distinguent par la croissance de racines aériennes particulières, les pneumatophores. Ces organes lignifiés, qui peuvent atteindre 1,7 m de haut, émergent du sol ou de l'eau tout autour du tronc. Leur fonction semble être double. D'une part ils assurent la fourniture en dioxygène du système racinaire immergé qui risquerait sans cela l'anoxie ; d'autre part ils permettent une meilleure stabilisation et un meilleur ancrage de l'arbre dans le sol très souvent imbibé d'eau.

Taxodium distichum : Cyprès chauve de Louisiane

Le cyprès chauve est caractéristique des régions marécageuses de Louisiane, du Mississippi et des Everglades de Floride où il porte encore le nom de cyprès de Louisiane ou cyprès en français du pays. Il se reconnaît aisément à ses racines formant des sortes de genoux, les pneumatophores. Ces émergences racinaires qui pointent hors du lit de la rivière ou d’un sol inondé permettent aux racines de capter l’oxygène de l’air grâce au tissu aéré : l’aérenchyme qui les constitue. Elles sont absentes lorsque le sol est normalement drainé.
L’arbre de forme pyramidale atteint vingt-cinq mètres en culture avec à la base une largeur de sept à huit mètres, et jusqu’à quarante mètres dans son aire d’origine avec un diamètre de tronc de deux mètres à la base. Les ramilles portant les aiguilles souples sur deux rangs ne sont pas tout à fait opposées, ce qui le distingue du Métaséquoia. Elles sont disposées en spirale autour du rameau, mais sa torsion donne l’illusion qu’elles sont placées sur un même plan. Ce sont des ramilles entières qui se détachent à automne.
Les fleurs mâles apparaissent  dès la fin de l’automne sous forme de panicules lâches et pendantes de dix à trente centimètres de long et libèrent leur pollen en avril.
Cyprès chauve, Taxodium distichum
Cyprès commun, Cupressus sempervirens

Cupressus sempervirens : Cyprès commun

Le Cyprès commun, ou Cyprès d’Italie est un cyprès que l’on rencontre un peu partout dans le pourtour du bassin méditerranéen et particulièrement sur les collines d’Italie. Mais même si vous n’habitez pas le Midi, vous l’avez certainement croisé… dans un cimetière !
Le Cyprès commun est un conifère à l’écorce lisse et teintée de rouge. De port érigé, les branches et les rameaux sont serrés les uns contre les autres, et dressés, donnant à l’arbre l’allure d’une colonne, parfois très fine suivant l’espèce, dont la cime élancée peut dépasser les vingt mètres de haut.
Les feuilles sont de petites écailles agglutinées, formant de petits rameaux souples. À la fin de l’hiver, les fleurs font leur apparition : les mâles sont de petits chatons oblongs, de couleur ocre à brun, tandis que les fleurs femelles sont des cônes globuleux à écailles épaisses, de couleur verte, parfois teintés de bleu ou de gris.
Cupressus sempervirens Horizontalis est un cyprès de Provence couramment utilisé dans le Midi, pour faire des haies taillées.

Cupressus macrocarpaCyprès de Lambert

Originaire de Californie où il pousse spontanément, le Cyprès de Lambert ou Cyprès de Monterey Cupressus macrocarpa, familles des Cupressacées est un conifère de dix à quinze mètres de haut qui possède un port presque conique devenant étalé avec l’âge. Les jeunes sujets se remarquent en effet à leur silhouette élancée tandis que les vieux arbres se caractérisent par leur large cime tabulaire. Du tronc court et trapu dont l’écorce est brun rouge puis gris cendré partent des rameaux cylindriques qui portent un feuillage persistant vert franc ou doré très dense composé de petites feuilles triangulaires en forme d’écailles.
Cyprès de Lambert, Cupressus macrocarpa
Les fleurs qui apparaissent de février à avril selon le climat sont en fait des chatons brun clair pour les mâles qui contiennent un pollen pouvant être allergisant, vert pour les chatons femelles qui sont réunis en bouquets à l’extrémité des rameaux. Les fruits du Cupressus macrocarpa appelés strobiles sont de petits cônes à écorce grise qui contiennent de nombreuses petites graines ailées.
À la fin de l’hiver, les fleurs font leur apparition : les mâles sont de petits chatons oblongs, de couleur ocre à brun, tandis que les fleurs femelles sont des cônes globuleux à écailles épaisses, de couleur verte, parfois teintés de bleu ou de gris.
Cupressus sempervirens Horizontalis est un cyprès de Provence couramment utilisé dans le Midi, pour faire des haies taillées.

Photo : John Sullivan.   et   licence

Cycas revoluta

Cycas revoluta ou Palmier fougère (Origine : Chine, Japon)

Arbustes à croissance très lente, les Cycas vivent très longtemps. Dans leur habitat naturel, ils peuvent atteindre la taille d’un arbre (six mètres pour le Cyca revoluta par exemple), mais rarement sous nos climats. De même, cultivés en pot, ils dépassent peu un à deux mètres. Leur tronc particulier appelé « stipe » ne se forme qu’au bout de quelques années. Il est souvent conique et à tendance à se ramifier et même s’incliner avec le temps, pour certaines espèces (C. revoluta).
Leurs feuilles pennées et arquées qui peuvent être très grandes (deux à trois mètres pour C. debaoensis), ressemblent à celles des palmiers, mais elles sont bordées d’épines et insérées sur le stipe par un long pétiole. Elles forment de magnifiques courronnes, en particulier chez C. revoluta.
Au cœur de feuilles apparaissent en été de grandes fleurs le plus souvent jaunes et très décoratives.
Les Cycas étant dioïques, les fleurs mâles et femelles sont portées par des pieds différents. Chez C. revoluta, les cônes mâles, laineux mesurent vingt à quarante centimètres et les inflorescences femelles dix à vingt centimètres. Les fruits ovoïdes font trois à quatre centimètres de long.
Le feuillage, vert brillant, peut geler à partir de -15 °C, mais repart du tronc.

Palmiers

Les palmiers ne sont pas des arbres au sens botanique du terme.
Ce qui apparaît comme un tronc est en fait une tige herbacée, non ligneuse,
rendue rigide et épaisse par le nombre très élevé des faisceaux conducteurs de sève
et par l'importante sclérification du parenchyme.
Arbre à laque, Butia capitata, 800x600

Butia capitata : arbre à laque, palmier d'Amérique du Sud

Butia capitata forme avec le temps un palmier à la silhouette massive : son stipe s'élargit au-delà de quarante centimètres de diamètre et sa couronne pouvant comporter une trentaine de palmes dépasse les quatre mètres de large.
Le stipe est marqué des résidus des anciennes feuilles desséchées qui finissent par tomber après une vingtaine d’années et laissent voir un stipe rugueux. Les palmes longues de deux mètres et plus sont pennées et très arquées, portant cent vingt à cent soixante pinnules bleutées érigées, qui retombent au bout des feuilles. Les pétioles de cinquante centimètres sont hérissées d’épines filamenteuses. Les fleurs peuvent apparaître dès que le jeune Butia montre un début de stipe. Les inflorescences naissent d’entre les feuilles et les fleurs sont en grappes denses, jaunes.
Elles sont capables de produire plus de trente kilos de fruits, d’un diamètre de deux à trois centimètres qui deviennent orange à maturité. Ils contiennent une grosse graine centrale ovoïde à trois petits creux ; une noix de coco miniature.

Trachycarpus fortunei : Palmier à chanvre

Palmier à chanvre, croissance rapide, stipe unique et fin garni de fibres brunes raides, feuilles palmées assez coriaces vert foncé, de sept à huit mètres de haut, grande résistance au froid.
Il a été importé de Chine en 1844.

Trachycarpus-fortunei
Cocotier du Chili, Jubæa chilensis

Jubæa chilensis : Cocotier du Chili

Il pousse de façon spontanée sur les côtes chiliennes au pied de la cordillère des Andes jusqu’à une altitude de mille cinq cents mètres pour une hauteur de quinze mètres. Vu son origine géographique, c’est aussi le palmier à feuilles pennées (cocotier, palmier des Canaries, palmier dattier…) le plus rustique pouvant supporter des gelées de l’ordre de -15 °C en pointe.
Il a été introduit en Europe aux alentours de 1850 et se rencontre encore aujourd’hui sur la côte méditerranéenne (Hyères, Montpellier, Collioure…), à Lorient et sur la place d’Hendaye. On pourra donc l’implanter partout à condition d’installer un dispositif chauffant pour l’hiver.
Le palmier Jubaea chilensis est une plante monoïque, c’est-à-dire qu’il est à la fois mâle et femelle. Il peut donc produire des graines viables et fertiles tout seul. Les fleurs sont disposées sur une grande hampe florale mesurant plus d’un mètre cinquante. Le fruit est une noix de coco miniature.

Chamærops humilis : Palmier nain
(Le seul palmier indigène de la flore française).

Rustique, le palmier arbustif nain est comme son nom l’indique un palmier de petite taille qui ne dépasse pas les trois mètres.
Il est dioïque, son tronc - ou stipe - comprend de multiples drageons. Ses fruits malgré leur aspect brun rouge attirant ne doivent pas être consommés.
Ses feuilles prennent la disposition d’une rosette terminale, la forme d’éventail ainsi formée peut atteindre un diamètre de quatre-vingt-dix centimètres. C’est le palmier le plus vendu et le plus cultivé, aujourd’hui. Il possède la caractéristique exceptionnelle de régénération naturelle après le passage d’un incendie.
Il peut également résister à la sécheresse ce qui lui vaut une grande importance au niveau écologique en freinant l’érosion.
Il supportera très bien également le bord de mer et ses embruns. Mais attention, sa rusticité est limitée aux températures ne descendant pas en dessous de -12 °C.
De nombreuses vertus thérapeutiques sont associées aux baies de la plante.
Grâce à ses nombreuses fibres, l’utilisation du palmier nain peut aboutir à la fabrication de divers matériels et objets tressés.
Palmier nain, Chamaerops humilis
Brahea edulis

Brahea armata : Palmier bleu du Mexique

Son tronc vigoureux gris marron possède un fort diamètre dès la base (quarante-cinq   centimètres) et pousse lentement jusqu’à six, voir dix mètres de haut. Lorsque les bases foliaires tombent, le stipe devient annelé.
La colonne se compose d’une soixantaine de palmes s’étalant sur trois mètres de diamètre. Les pétioles d’environ un mètre de long, gris argenté sur le dessous et recouvert d’un duvet brun au revers, sont armés de solides épines crochues jaune clair. Les feuilles légèrement costapalmées sont coriaces et couvertes d’une cire qui leur donne un aspect bleu argenté à gris bleu sur les deux faces. Les limbes sont déchirés en segments jusqu’au centre dans toute la couronne. L’extrémité des segments est elle-même bifide et parfois légèrement retombante. Les vieilles feuilles restent longtemps attachées formant un « jupon » au sommet du stipe.
Après plusieurs décennies de spectaculaires panicules de couleur ivoire, de quatre à six mètres de long surgissent d’entre les feuilles et retombent gracieusement sous la couronne. Elles sont composées d’une multitude de petites fleurs hermaphrodites. Les fruits comestibles sont des drupes sphériques marron rouge de vingt-cinq millimètres qui prennent d’abord la teinte jaune.

Phœnix canariensis : Dattier des Canaries

Le stipe porte les cicatrices des feuilles âgées, les feuilles vert brillant peuvent atteindre quatre mètres de long. Quinze à vingt mètres de haut.

Phœnix-canariensis
Palmier de Californie, Washingtonia filifera

Washingtonia filifera : Palmier de Californie

Le genre Washingtonia regroupe deux espèces souvent confondues, très présentes dans les jardins méditerranéens, les îles Canaries et autres zones à climat chaud. Elles sont toutes deux originaires des zones arides du nord-ouest de la basse Californie au Mexique. Cependant l’espèce Washingtonia filifera, un peu plus rustique s’étend davantage vers le nord jusqu’au sud de la Californie et au sud-ouest de l’Arizona.
Les Washingtonias possèdent un tronc unique bien rectiligne pouvant dépasser vingt mètres de long, à base élargie comme une patte d’éléphant. Les larges feuilles en éventail sont plissées en forme de V et forment en séchant un jupon autour du stipe, jusqu’au sol sur l’espèce Washingtonia filifera si elles ne sont pas coupées.
Les deux espèces portent des épines de part et d’autre de leurs longs pétioles, mais de formes différentes. Les segments vert clair retombant aux extrémités, comportent en se déchirant de longs filaments blanchâtres qui leur donne un aspect effiloché, mais ce caractère est moins prononcé notamment chez les sujets de Washingtonia robusta.
 

 

RÉFÉRENCES :
Annales de la Société des Sciences naturelles et d'Archéologie de Toulon et du Var, n° 17, 1965 ;
Annales de la Société des Sciences naturelles et d'Archéologie de Toulon et du Var, tome 48, fascicule 2,
2e trimestre 1996 ;
Le jardin public de Toulon, par le Dr Louis André, pages 52 à 70 ;
Les arbres dans le Var par G. Vignon et R. Cruon ;
Catalogue jardinerie Jean Rey, pages 94 à 96 ;
Un fascicule de 24 pages édité par la Mairie de Solliès-Pont à l'occasion des Journées du Patrimoine 2017.

 

 

Consulter la page : le Château de Solliès-Pont

Consulter les fiches : flore

Le château de Solliès-Pont

 
Localisation : près du centre-ville
Propriétaire : Mairie de Solliès-Pont

chateau

Le château et son parc deviennent propriété communale en 1998.

Description

Le château est bâti sur un affleurement rocheux (grès) et constitué d’un corps de bâtiment principal élevé sur trois niveaux, cantonné de quatre tours : deux rondes à l’est et deux tours carrées à l’ouest. En 1880, l’ensemble des façades est plaqué en brique pleine, la toiture est restaurée en 2007 et recouverte d’ardoise d’Angers. Chacune des tours ouest est prolongée par un bâtiment qui rejoint un pavillon carré flanqué d’une tour ronde fermant un espace délimitant une cour intérieure de quinze mètres sur vingt-cinq mètres soit trois cent soixante-quinze mètres carrés.

Ex-voto. Sainte-Christine, Solliès-pont
Devant les deux tours massives qui encadrent la grille d’entrée du château, défile la « bravade » avec ses « joyos » portés par un personnage en uniforme et des cavaliers fringants : la ruade d’un des chevaux a projeté sur le sol un homme – Jean Arène, sans doute – qui gît les bras écartés.
Huile sur toile, 60 x 74 cm. intitulé : EX VOTO DE JOSEPH ARENE, SOLLIES-PONT, LE 25 JUILLET 1845. Collection Privée.
Linteau du portail d’entrée ouest

Le linteau du portail d’entrée ouest de la cour est décoré d’une sculpture en pierre ou l’on voit encore le blason des Saporta surmonté d’une couronne de marquis et accompagné de leur devise « Forti custodia ».

Monogramme en fonte

Le placage en brique bâti à vinqt-cinq centimètres du mur ancien est maintenu à celui-ci par des monogrammes « S » affrontés en fonte. (Photo prise après la restauration de 2014.)

Larmier de la croisée, facade est

Le larmier de la croisée du 1er étage est accompagné du blason des Saporta : « D’azur, à un portail d’or, et un chef de gueules, chargé d’un lion passant » surmonté de la couronne de comte – façade est.

Jardin du château, Solliès-Pont

Le parc en 2013. 

Le château et son parc deviennent propriété communale en 1998.
Le parc et la palmeraie sont arborés avec des essences plantées principalement au XIXe siècle par le botaniste Gaston de Saporta.

Agrumes, Citrus
Arbre à laque, Butia capitata
Aubépine épineuse, Cratægus oxyacantha sensu.
Bouleau blanc, Betula alba L.
Buis, Buxus sempervirens L.
Camphrier, Cinnamomum camphora
Chêne blanc, Quercus pubescent
Chêne vert ou yeuse, Quercus ilex
Cocotier du Chili, Judaea chilensis
Cycas ou sagoutier, Cycas revoluta
Cyprès chauve de Louisiane, Taxodium distichum
Cyprès de Provence, Cupressus sempervirens L.
Faux poivrier, Schinus molle
Filaire (famille des oléacés), Phillyrea angustifolia L.
Frêne, Fraxinus excelsior
Laurier sauce, Laurus nobilis L.
Laurier tin, Viburnum tinus
Marronnier d'Inde, Aescululus hippocastanum L
Micocoulier, Celtis australis L.
Orme, Ulmus campestris L.
Palmier bleu du Mexique, Brahea armata
Palmier dattier, Phœnix canariens
Palmier de Californie, Washingtonia Filifera
Palmier de saint-Pierre, Chamaerops humilis
Pin d’Alep, Pinus halepensis Miller
Platane, Platanus orientalis L.
Platanes, Platanus acerifolia
Séquoïa toujours vert, Séquoïa sempervirens

 

 

Le lac creusé dans le grès est alimenté en eau d’arrosage par un canal d’amenée pris sur le canal de l’Enclos dérivé du Gapeau.

Historique

Palamède de Forbin, alors second président de la cour des maîtres rationaux du parlement à Aix, achète à Jean de Beauvau, sénéchal d’Anjou, le château de Solliès et son terroir, le 16 septembre 1468.

Catherine de Médicis, régente, décide de faire visiter à Charles IX une partie de son royaume. Revenant d'un pèlerinage à la Sainte-Baume, le cortège royal se rend de Brignoles à Hyères par Cuers et Solliès ou ils arrivent dans la matinée du 29 octobre 1564, ils admirent le château de La Gallerie ou le roi dîne avec toute sa cour.

 

Les Forbin Solliès la conservent jusqu’en 1743, date à laquelle le marquis de Forbin La Barben devient le nouveau propriétaire du château de Solliès-Pont. Le marquis de l’Estang-Parade, gendre du marquis de Forbin, le vend en 1821 à Jean d’Argiot de la Ferrière. À sa mort le château et le domaine de quatorze hectares sont vendus au comte de Saporta qui le restaure et l’agrandit pour lui donner son allure actuelle.

C’est Jean de Forbin qui reçoit Louis XIV à Solliès, quand il vient en Provence avec Anne d’Autriche, Mazarin, le duc d’Anjou, son frère, la Grande Mademoiselle, etc., avant de se rendre dans les Pyrénées...
Louis XIV monte à la Sainte-Baume, où il passe deux heures. Le lendemain, 6 février 1660, il se rend à Solliès, où il couche au château, ainsi que les grands personnages qui l’accompagnent.
On raconte que le roi entendant prononcer le nom de Solliès à la provençale « Souliè » se retourna vers Forbin et lui dit : « Si vous avez un soulier comme ça à chaque pied, vous êtes le mieux chaussé de mon royaume ».
L’escorte royale était considérable. En dehors des seigneurs, des mousquetaires commandés par Comminges et d’Artagnan, des gardes-françaises, des suisses, le roi emmenait avec lui ses médecins, ses aumôniers, ses pâtissiers, ses musiciens, etc.
Les habitants ont gardé longtemps le souvenir de ce somptueux cortège. La note s’éleva à quare cents livres... et quatre sous.
Le lendemain, le roi partit pour Toulon. Il repassa à Solliès le 19 février pour aller coucher à Belgentier.

En 1913, le château et le domaine sont achetés par M. Lucien Fontaine et son gendre M. Charles Marant. Cette exploitation sous la dénomination « Domaine de Solliès » développe l’arboriculture intensive, la culture maraîchère et transforme les écuries du château en conserverie et en magasin d’emballage.

Chateau de Solliès-Pont, vue ancienne

Le corps principal du château est cantonné de deux tours rondes à l’est et de deux tours carrées à l’ouest dont l’ensemble est plaqué de briques pleines en 1880. Collection privée.

 

 

Bibliothèque :

Palamède de Forbin-seigneur de Solliès gentilhomme, homme d'État provençal, Pierre Le Roy, FEEL, Nice, 2003.
Histoire de Solliès, la vie tourmentée d'une commune à travers les âges, Paul Maurel, Toulon, 1936.
Solliès-Pont, G. Gothier & P. Y. Grué, Mayenne, 2010.

 

 

Consulter la page : Les jardins du Château de Solliès-Pont

Urtica dioica  L.

GRANDE ORTIE‌  OU ORTIE DIOÏQUE

Ortie dioique, Urtica divisa L
Photo : Wikipedia
Ortie dioique, Urtica dioica L.

Nom provençal : Ourtigo

URTICACEAE

Localisation :
Haies, fossés, reposoirs, voisinage des habitations, lisières forestières, alluvions des cours d’eau, ripisylves.

Utilisation :
Le purin d’Ortie est utilisé comme engrais et comme insecticide.
La racine est d’emploi courant en phytothérapie dans le traitement des états inflammatoires des voies urinaires, la prévention et le traitement des lithiases rénales ainsi que le traitement de l’adénome bénin de la prostate.
La poudre de parties aériennes est un reconstituant, un reminéralisant et un antianémique.

Comestibilité :
Les jeunes pousses et les feuilles constituent un des meilleurs légumes sauvages. Habituellement on ne cueille que les quatre feuilles des sommités, avant la floraison.
Les orties crues, finement hachées, ont une agréable saveur de haricot vert. C’est cependant cuites qu’on les consomme le plus souvent, en soupes et dans d’innombrables autres préparations, à la façon des épinards.