Flore plus

callune

Elle est en fleurs depuis la fin du mois d’août. Les feuilles sont en écailles sessiles opposées, ce qui permet de la distinguer des autres bruyères (en verticille). Les fleurs en clochettes roses ou blanches sont fortement mellifères.
Prises en décoction (40g/l, réduite à 1/3), elles sont diurétiques et c’est un antiseptique urogénital à prendre en cas de cystite, de maladie de la prostate ou de néphrite (reins).
En alcoolature, elle est utilisée pour les rhumatismes.

Texte et illustrations : Fabien TAMBOLONI,
technicien forestier et naturaliste.

Si, alors que vous vous promenez sur quelque sentier escarpé des Maures, une forte odeur de « pipi de chat » vient vous chatouiller les narines, c’est que vous n’êtes certainement pas loin d’un asphodèle. Pourtant cette plante vivace de la famille des liliacées (tulipe, lys…) sait se couvrir de belles fleurs. Lorsque Paracelse a dit que chaque étoile dans le ciel était une fleur sur la terre il devait sûrement avoir croisé le firmament offert par les hampes florales en grappes (fleurissant du bas vers le haut) des inflorescences d’asphodèles lorsqu’elles sont regroupées par dizaines. Les fleurs sont composées de six tépales, trois pétales blancs striés et trois sépales identiques, ressemblant à des étoiles dans l’infinie verdure de la forêt. Dès le mois de mai et jusque parfois en juillet se dressent les tiges fleuries sur un mètre de haut et parfois plus au centre d’une rosette de feuilles basales, étroites et linéaires, ressemblant à un gros poireau.
Dans l’Antiquité, elle était liée à la mort et à la résurrection, Homère décrivit les « champs élyséens » couverts d’asphodèles où résidait l’âme des morts. Plus tard cette plante a été attribuée à saint Christophe, saint patron des voyageurs arpentant les sentiers à pied (à l’époque !) jonchés des fleurs du saint.
La racine tubéreuse riche en amidon était mangée en période de disette et, dans les périodes plus fastes, elle était séchée, diluée et chauffée, créant ainsi une colle pour les relieurs et les cordonniers.
On utilisait également la racine fraîche pour soigner les plaies et éloigner les moustiques…

c’est surtout sa cousine, la belle de onze heures aussi appelée ornithogale, qui est utilisée dans les élixirs floraux du docteur Bach pour se soigner des chagrins et de la peine. Hé oui,  rien de tel qu’une bonne balade le long de ces belles liliacées blanches pour se sentir mieux !

Fabien Tamboloni
naturaliste.

Ornithogalum umbellatum
Photo : Jean Tosti.

Ornithogalum_umbellatum

Le Pastel des teinturiers, également appelée guède ou vouède est une plante bisannuelle qui ressemble à une salade à fleurs jaunes montée en graine. Elle forme la première année une rosette de feuilles oblongues lancéolées vertes et glabres ou, plus rarement, couvertes d’un duvet blanc. La deuxième année pousse une tige robuste à rameaux dressés, pouvant atteindre 1,5 m de hauteur. Les feuilles inférieures sont plus ovales ; les supérieures, plus étroites, embrassent la tige par deux oreillettes aiguës. Les nombreuses fleurs jaunes, très petites, sont groupées en volumineuses grappes dressées, épanouies de mai à juin. Les fruits sont des siliques de petite taille et de forme oblongue, d’un noir brillant violacé à maturité.
On la trouve dans les endroits secs : terrains vagues, bords de routes, rocailles.
Originaire de la région de la mer Noire, elle a été acclimatée en Europe, vraisemblablement dès le néolithique. Sa culture a été développée en France, en Italie et en Allemagne au Moyen Âge.
Aujourd’hui, le pastel est assez commun, à l’état sauvage, dans tout le Midi de la France et les pays méditerranéens. Elle est considérée comme le cousin occidental de l’indigo. Ses feuilles, comme celles des plantes du genre Indigocifera, permettent de teindre les étoffes dans des bleus solides qui n’apparaissent que lorsque le tissu est exposé à l’air. Cependant, les propriétés tinctoriales de l’indigo sont vingt fois plus puissantes que celles du pastel, ce qui en fera un adversaire redoutable lorsque l’histoire mettra ces deux sources de bleu en concurrence.
Il faut une tonne de feuilles de pastel pour produire deux kilos de pigment bleu. On utilise la fleurée des cuves de teinture pour teindre la chaux dans des bleus dont la douceur a donné naissance à l’expression « teintes pastel ».
Dans le Lauragais (région du sud-ouest de la France), on en enduisait les jougs des bœufs, car le bleu du pastel a la propriété de repousser les mouches.

Céline PAIN
animatrice du Conservatoire du Patrimoine.

Cette plante appartient à la grande famille des euphorbiacées dont on compte plus de 1600 espèces dans le monde et une cinquantaine rien qu’en France. Avec les beaux jours, elle commence à fleurir.
L’Euphorbe characias est une plante vivace que l’on rencontre le long des chemins et dans les milieux ouverts du massif.
Vigoureuse, elle mesure de 40 à 90 cm de haut. Tout au long de l’hiver, on peut voir ses feuilles d’un vert bleuté et ses tiges rouges, mais ce n’est que sur la fin février que les premières fleurs apparaissent. Discrètes, elles sont d’une grande beauté pour celui qui sait se pencher un peu et regarder dans ses grandes ombelles. Vert tendre, elle s’épanouira bientôt et dévoilera de grandes inflorescences (10 à 20 cm de diamètre) de couleur vert-jaune. Les fleurs groupées n’ont pas de pétales ; on parle alors de « pseudo fleurs », portées par deux bractées. Les ovaires situés à l’extérieur sont entourés de quatre écailles à nectar rouge brunâtre en forme de croissant de lune. Loin des jolies fleurs aux pétales multicolores que l’on est accoutumé à voir, l’euphorbe rivalise d’originalité.
Un latex blanc, fort toxique, contenant de l’euphorbone, exsude lors des cassures. Ce latex était jadis prescrit comme purgatif, mais les dangers de son utilisation l’ont proscrit médicalement. Certains braconniers s’en servaient pour empoisonner les poissons dans les gours.
Aujourd’hui, plus poétique, l’Euphorbe characia laisse à entendre de jolies notes de musique produites par ses ombelles, et ce, pour le plus grand plaisir des randonneurs.

 

Fabien TAMBOLONI
technicien forestier et naturaliste