Oratoires de Signes

D'après Louis JANVIER

Saint-Sébastien

Quartier de l’Infirmerie ou de La Vaucrette. Bord du vieux chemin de La Roquebrussanne par la Bastide Blanche. Avant l’auberge du Vieux Pressoir. À l’entrée d’une propriété. Si l’on en croit l’abbé Saglietto (Histoire de Signes 1935) un jas (bergerie) voisin aurait servi de lazaret au XVIe siècle ; ce qui expliquerait la dédicace à ce saint martyr, invoqué par les malades. En partie démoli il n’en reste que la base avec un bénitier creusé dans le pilier...
Notre-Dame-de-Lourdes-3

(Photo : nov. 2014.)

Saint-Michel

Quartier du Plan. Au bord du chemin, au sud-est de l’église. Restauré une première fois en 1938 par les soins de M. Authié. En 1975 une deuxième fois avec le concours de la mairie, les A.d.O. offrirent une grille pour protéger la plaque de Simone Garnier, de Moustiers offerte par Mme P. Eustache, de Toulon, en remerciement d’un vœu exaucé. Elle fut bénie le 1er février 1976 par l’abbé Cellier curé en présence du maire M. Ricard, et du président Gavot qui prononcèrent les allocutions d’usage, du vice-président Louis Janvier et d’une pieuse assistance. Pilier en pierres, niche crépie, cintrée fermée par une grille de M. Valériano, du Beausset. Toit pyramidal avec croix de fer lancéolée. Bénitier sur le devant creusé dans le fût.

Saint-Jean

Vieille route de Méounes, à l’amorce du chemin des Voltes. On s’y rendait en procession pour la Trinité. Il n’en reste que la base.

Notre-Dame de Lourdes

Entre la chapelle Saint-Clair et la chapelle Notre-Dame de l’Annonciation ou Notre-Dame Proche ; vieux chemin d’Envès. Connu sous le nom d’oratoire Proche, ou de l’Annonciation. Pilier en pierres crépies, avec niche cintrée sur corniche renfermant une statuette, protégée par une grille ; sous un toit pyramidal surmonté d’une croix en fer. Bénitier creusé dans le pilier.

Saint-Jean-Baptiste

Chemin d’Envès, 800 mètres après la chapelle Notre-Dame de l’Annonciation ou Proche, quartier des Plauques, à une petite bifurcation. Dédié au patron du bourg. En pierres, délabré et envahi par le lierre. Niche cintrée, toit épousant la forme de la niche.

Notre-Dame de Lourdes

Sortie nord du village, sur le chemin qui par la vallée du Rabi mène à la chapelle Notre-Dame l’Éloignée ou Notre-Dame de la Nativité, et au col de Taillane. À l’entrée d’une petite grotte. Il est le premier d’une série de cinq. Restauré en 1934 par les soins de l’abbé Saglietto, curé. Pilier en maçonnerie crépie, niche cintrée renfermant une statuette, toit en tuiles, en bâtière, surmonté d’une croix de fer.

Sainte-Magdeleine

Le deuxième de la série, fait suite au précédent. Non loin d’une cascade, sur un rocher. Restauré en 1935 par les soins de l’abbé Saglietto, statue, grille et croix de fer offertes par les A.de.O. niche cintrée, basse, en pierres et maçonnerie.
SignesSainteMarieMadeleine

Saint-Joseph

Le troisième de la série. Restauré en 1935 par les soins de l’abbé Saglietto. Statue, grille et croix offertes par les A.de.O. Pilier circulaire comme une meule, en maçonnerie, niche cintrée, et toit épousant la forme de la niche.
SignesSaintJoseph

L'oratoire en novembre 2014.

SignesSaintJosephdetail

Détail de la niche. (Photo nov. 2014.)

Notre-Dame des Anges

Le quatrième de la série, quartier de Château-Vieux, à proximité du pont, au pied de rochers. Construit en 1654, il coûta 15 livres léguées par Jean Rivel (originaire d’Auriol et ermite à Notre-Dame de Beauvezer) avant de partir « pour aller visiter les reliques de Rome ». Restauré en 1935 par les soins de l’abbé Saglietto et l’aide des Amis des oratoires Sur un rocher, pilier en pierres de taille, niche cintrée sur corniche. Toit épousant la forme de la niche avec croix de fer lancéolée. Statuette protégée par une grille.
Notre-Dame des Anges Signes

(Photo : nov. 2014.)

Notre-Dame

Le cinquième de la série, au sommet du col de Taillane. Sa niche en briques creuses et maçonnerie se délabre chaque année un peu plus sous l’effet des intempéries. Pilier plus ancien et plus large en pierres avec bénitier. Le toit au-dessus de la niche rectangulaire est surmonté d’une crois de fer.

*(Bibliographie : Notice historique et archéologique : « Signes » abbé Saglietto 1935.)

 

Saint-Éloi(1)

Érigé en 2011 en remerciement à Saint-Éloi, par l'association Saint-Jean - Saint-Éloi, qui à financé sa construction.
oratoire saint-Eloi Signes

(Photo : sept. 2014.)

Saint-Antoine de Padoue(1)

En face du « Vieux moulin » (XIV-XVes siècles) sur une propriété privée, niche creusée dans le rocher, dédié par son propriètaire à saint Antoine de Padoue.
SanitAntoinedePadoue

(Photo : nov. 2014.)

 (1) Oratoire non référencé par les Amis des oratoires.

Consulter l'ouvrage : Inventaire des oratoires du Var

322total visits,1visits today