Millepertuis perforé

Hypericum perforatum  L.

Millepertuis perforé, Hypericum perfoliatum L.
Millepertuis perforé, Hypericum perfoliatum L. Kotor

Nom provençal :
Erbo-de-Sant-Jan,
erbo-de-l’òli-rouge

HYPERICACEAE

Localisation :
Lisières de bois, prés secs, friches, bord des chemins, murs.

Utilisation :
Le nom de millepertuis, ou « herbe à mille trous », fait allusion aux feuilles qui semblent percées de petits trous : ce sont en fait des glandes huileuses translucides.
La « médecine des signatures », apparue dans l‘Antiquité, perdurait au Moyen Âge. Comme les feuilles semblaient criblées de trous, on a imaginé que la Providence destinait cette plante à secourir les blessés. De même, les fleurs écrasées devenant rouges, leur vocation était de soigner les plaies sanguinolentes ! Les feuilles et les fleurs étaient mises à macérer dans l’huile d’olive. Cette préparation, appelée « huile de la Saint-Jean » ou « huile rouge » passait pour un excellent vulnéraire propre à favoriser la cicatrisation des plaies légères et des ulcères.

On emploie encore aujourd’hui cette préparation pour soigner les brûlures du premier degré, les douleurs musculaires, les contusions, les plaies.
Le Millepertuis est également utilisé, par voie interne, pour combattre anxiété et dépression passagère.

Toxicité :
Sa tisane comporte des effets secondaires parfois graves, dont une allergie au soleil, provoquée par une sensibilité accrue à la lumière.

 

Consulter la vidéo : Le Millepertuis 1
Consulter la vidéo : Le Millepertuis 2

456total visits,1visits today