LEI PIGNEN

LES CHAMPIGNONS

En provençal, le nom générique donné aux champignons est celui du champignon le plus apprécié, le plus recherché dans chaque coin de notre région. Ainsi, à Nice, les champignons se diront : lou boulet, car les cèpes y sont très appréciés ; dans le pays de Durance, ce sera lei bourigoulo, c'est-à-dire les morilles ; et pour le Var, le champignon le plus recherché étant le lactaire sanguin, nommé lou pignet, ou lou pignen, c'est par cette même appellation que l'on va désigner l'ensemble des champignons.

Voici quelques noms de champignons relevés par le professeur Paul Roux, dans les années 60 et 70, au cours d'enquêtes linguistiques menées dans des villages du Var :

Collobrières

– Lou pignet : lactaire safrané
            – Lou fróunzi : cèpe
            – La coucoumello : coulemelle
            – Lou pisso-can, ou pissacan : bolet, généralement non consommé à Collobrières

Les Adrets-de-l'Estérel

            – Lou rouge : sanguin
            – Lou fróunzi : cèpe
            – Lou pisso-can : bolet, certains habitants des Adrets le mange
            – La mourigo : morille
            – La coucoumello : coulemelle
            – L'aureieto : girolle

Taradeau

            – Un pinet : un champignon, en général
            – L'ambourigo : oronge
            – Lou pissacan : à Taradeau, on mange le bolet
            – Lou fróunzi : les gens de Taradeau vont les chercher dans les Maures
            – Lou sanguin
            – La friseto : sorte d'oronge - clavaire
            – La mouniflo, ou encore la besigo : morille
            – La curado : pézize. Curado signifie : creuse à l'intérieur
            – La cresto de gau (crête de coq) : genre de clavaire
            – La rabasso : truffe. Il y en a un peu à Taradeau.
(En avril on y ramasse des truffes blanches, et pour Noël quelques noires.)

La Mole
            – Lou pinet : rouge
            – Lou fróunzi : cèpe
            – Lou brùsti : ressemble à un chou-fleur ; vraisemblablement un clavaire.
               (À Claviers ce même champignon se voit féminisé en la brùsti.)
            – L'aureieto : girolle
            – La mourriho : morille
            – Lou mousselot : petit champignon des près, sans précision
            – L'embourigaire (mot utilisé par les anciens)
            – L'oumbrello : très gros champignon
            – Lou bounet de capelan : genre d'embourigo, noir ou marron foncé
            – Lou pisso-can : bolet
Divers

            – Lou safrana, lou vinachous : déclinaisons du sanguin,
            – La coucouno : oronge,
            – Lou chimbàli : espèce de champignon à très large chapeau, à Fréjus,
            – Lou gris, lou griset : tricholome couleur terre,
            – Lou carbounié : tricholome couleur terre, à Trans,
            – La bourigoulo : morille, dans le Haut Var,
            – La tantiflo : morille, à Draguignan, Salernes,
            – La lengo de buou : langue de bœuf (Fistulina hepatica),
            – L'esco : amadouvier (Fomes fomentarius).
Ce champignon servait il y a bien longtemps à allumer les briquets (cf. l'amadou) vu sa capacité à s'enflammer.
À noter le rapprochement entre le provençal esco et le roumain iasca signifiant champignon séché...

 

Champi
 

Un témoignage
« Sian d'autouno, e emé lei plueio de Sant Miquèu, lei pignet an espeli d'aqui ou d'eila. Coumo cade an, d'escabouat de gènt de la vilo soun esta aganta pèr la fèbre cuierello, ce que si coumpren talamen la sesoun es bello. Lou blu dóu cièl es seren, lei proumiérei rouado rèndon l'èr fin, lou tèms sèmblo suspendu. Lou verd dóu reviéure e dóu germe es quàsi printanié. Tambèn cade dissato, lei rabaiaire, lei remassaire, leis acampaire de touto meno soun pèr orto, au nouastre, à mouloun. Es uno foulié que de còup pauvo proublèmo, mai qu'es touto recènto. 'Ceta dóu coustat d'Anouot, ente lei fróunzi soun toujour agu un revengut pèr lou mounde, lei pignet, au nouastre, èron pas tant presa qu'acò dins lou tèms. D'en proumié, n'in 'vié bèn gaire, que li'vié pas tant de bouas ni de pin, au nouastre. Puei lei peïsan, d'autouno, avian gaire tèms d'ana barroula dins lei travès, que lou travai pressavo : foulié laura, samena, derraba lei trufo, cuhi lei poum, lei pero, garda l'avé, faire de bouas pèr l'ivèr ; enfin, lou pignet degaiavo fouarço òli, e nourrissié gaire. E d'ùnei d'aiours dihien d'éu qu'èro « lou cementèri de l'òli » ! E puei, lou mounde si mesfisavon, e lei counouissien gaire, fin finalo. Si manjavo de segur lei sanguin, cue sus lou poualo, ou au four, emé de sau e d'òli, à la sartan emé d'aiet, de juvert, ou en fricot, emé de trufo, de cebo, e un bouan moussèu de lard.
Encuei, la civilisacien dei lesi nous a fa counouisse despuei gaire de tèms lei griset, lei pèd-de-moutoun, lei pèd-blu, leis aureieto que si regalan de manja, de fa seca ou de metre en counservo. »

 

Traduction
Nous sommes en automne, et avec les pluies de la Saint-Michel (29 septembre) les champignons sont sortis d'ici de là. Comme chaque année, des troupeaux de citadins ont été pris de la fièvre de la cueillette, ce qui se comprend tellement la saison est belle. Le bleu du ciel serein, les premières gelées blanches rendent l'air fin, le temps est comme suspendu. Le vert du regain et de l'herbe est presque printanier. Aussi chaque samedi, les ramasseurs de tout poil sont-ils de sortie, chez nous, en très grand nombre. C'est une folie qui certaines fois pose problème, mais qui est toute récente. Excepté du côté d'Annot, où les cèpes ont toujours représenté un revenu pour le monde, les champignons, chez nous, n'étaient pas aussi prisés que cela dans le temps. Premièrement, il s'en trouvait bien peu, car il n'y avait pas beaucoup de bois ni de pin, par ici. Et puis les paysans, l'automne, n'avions pas trop le temps d'aller circuler dans les travers des forêts, car le travail pressait : il fallait labourer, semer, arracher les pommes de terre, cueillir les pommes, les poires, garder les moutons, faire du bois pour l'hiver ; enfin, le champignon nécessitait une grosse quantité d'huile d'olive, et il n'était pas bien nourrissant. D'ailleurs certains disaient de lui qu'il était le cimetière de l'huile ! Et enfin, les gens se méfiaient, et on ne les connaissait guère, finalement. On mangeait bien sûr les sanguins, cuits sur le poêle, ou au four, avec du sel et de l'huile ; à la poêle avec de l'ail, du persil, ou en ragoût, accompagné de pommes de terre, d'oignon et d'un bon morceau de lard.
De nos jours, la civilisation des loisirs nous a fait connaître depuis peu de temps les tricholomes couleur terre, les pieds-de-mouton, les pieds-bleus, les girolles que l'on se régale de manger, de faire sécher ou de mettre en conserve.

Consultez la page : Exposition mycologique 2015

Consultez la page : Exposition-mycologique 2013

266total visits,2visits today