Le parc du château

Le parc du château de Solliès-Pont

Localisation : près du centre-ville
Propriétaire : Mairie de Solliès-Pont

jardin-du-chateau3

Washingtonia filifera.

Les arbres du parc

Cyprès de Provence  : Cupressus
sempervirens
L.
Bouleau blanc : Betula alba L.
Aubépine : Cratægus oxyacanthasensu
Orme : Ulmus campestris L.
Palmier dattier : Phœnix canariensis
Brahea :
Brahea edulis,
Washingtonia filifera,
Chamærops humilis.
Palmier fougère : Cycas revoluta
Filaire : Phillyrea angustifolia L.
Marronnier d'Inde : Aesculus
hippocastanum

Chêne vert : Quercus ilex L.
Cyprès chauve de Louisiane : Taxodium
distichum

Séquoia : Sequoia sempervirens
Pin d'Alep : Pinus halepensis Miller
Laurier sauce : Laurus nobilis L.
Laurier-tin : Viburnum tinus
Platanes : Platanus acerifolia
Micocoulier : Celtis australis L.
Agrumes : Citrus
Faux-poivrier : Schinus molle
Buis : Buxus sempervirens
Frêne : Fraxinus excelsior
Camphrier :  Cinnamomum camphora

Feuillus

Sequoia sempervirens : Séquoia à feuilles d'if

 Ce sont des arbres de très grande taille à port conique et à cime arrondie. À l’âge adulte, l’arbre est dépourvu de branches sur un tiers ou la moitié de sa hauteur. Son écorce épaisse et crevassée est rouge orangé et d’une texture souple et fibreuse. Il est plus fin et plus élancé que le séquoia géant. Les feuilles persistantes sont disposées sur les rameaux secondaires en deux rangs d’aiguilles aplaties, longues, vertes dessus, blanchâtres dessous. Les feuilles placées sur les rameaux principaux sont des écailles appliquées.

Taxodium-distichum

Taxodium distichum : Cyprès chauve de Louisiane

Le cyprès chauve est un grand arbre pouvant atteindre trente à cinquante mètres de haut pour un diamètre de tronc de deux mètres. L'arbre vit de deux cents à trois cents ans. Le feuillage léger, gracieux et souple est formé de feuilles claires, aplaties et aciculaires, disposées en spirales sur les rameaux, mais tordues à leur base, ce qui les fait paraître disposées en deux rangs aplatis. Elles mesurent de dix à seize  millimètres  de long sur un à deux de large. Elles sont caduques, tombant à la mauvaise saison. Ce dernier caractère est à l'origine du nom de cyprès « chauve ».
Les cyprès chauves vivant dans les marais se distinguent par la croissance de racines aériennes particulières, les pneumatophores. Ces organes lignifiés, qui peuvent atteindre 1,7 m de haut, émergent du sol ou de l'eau tout autour du tronc. Leur fonction semble être double. D'une part ils assurent la fourniture en dioxygène du système racinaire immergé qui risquerait sans cela l'anoxie ; d'autre part ils permettent une meilleure stabilisation et un meilleur ancrage de l'arbre dans le sol très souvent imbibé d'eau.

Palmiers

Les palmiers ne sont pas des arbres au sens botanique du terme. Ce qui apparaît comme un tronc est en fait une tige herbacée, non ligneuse, rendue rigide et épaisse par le nombre très élevé des faisceaux conducteurs de sève et par l'importante sclérification du parenchyme.

Trachycarpus fortunei = Chamærops excelsa

Palmier à chanvre Croissance rapide, stipe unique et fin garni de fibres brunes raides, feuilles palmées assez coriaces vert foncé, de sept à huit mètres de haut, grande résistance au froid. Il a été importé de Chine en 1844.

Trachycarpus-fortunei
Jubæa-chilensis

Jubæa chilensis : cocotier du Chili

Hauteur de douze mètres, le fruit est une noix de coco miniature.

Chamærops humilis : palmier nain

C'est le seul palmier indigène d'Europe ! On le trouvait, au début du XXe siècle, à l'état spontané sur la Côte d'Azur. Touffes de plusieurs stipes minces recouverts d'une fibre brune, les pétioles sont couverts d'un duvet blanc et bordés d'épines jaune-marron.

Il est Dioïque. Son tronc ou stipe comprend de multiples drageons.Ses fruits malgré, leur aspect brun rouge attirant, ne doivent pas être consommées.ses feuilles vert clair dessus, argentées dessous, palmées profondément divisées, presque rondes prennent la disposition d'une rosette terminale. La forme d'éventail ainsi formée peut atteindre diamètre de 90 centimètres. C'est le palmier le plus vendu et le plus cultivé aujourd'hui. Le palmier arbustif nain possède la caractéristique exceptionnelle de régénération naturelle après le passage d'un incendie. Il peut également résister à la sécheresse, ce qui lui vaut une grande importance au niveau écologique en freinant l'érosion. il supportera très bien également le bord de mer et ses embruns. Mais attention  sa rusticité est limitées aux températures ne descendant pas en dessous de -12 °C. De nombreuses vertus thérapeutiques sont associées aux baies de la plante. Grâce à ses nombreuses fibres, l'utilisation palmier nain peut aboutir à la fabrication de divers matériels et objet tressés. Trois à cinq mètres de haut.

Chamaerops-humilis
Brahea edulis. Parc du château, Solliès-Pont

Brahea edulis : palmier de Guadaloupe

Couronne très fournie de palmes vert clair. Quinze mètres de haut.

Phœnix canariensis ou dattier des Canaries

Le stipe porte les cicatrices des feuilles âgées, les feuilles vert brillant peuvent atteindre quatre mètres de long. Quinze à vingt mètres de haut.

Phœnix-canariensis
Washingtonia-filifera

Washingtonia filifera : palmier de Californie

Feuilles vert clair, les feuilles âgées sèchent, mais ne se détachent pas du tronc, ce qui forme un jupon, dents crochues orange sur les pétioles.

Cycas

Cycas revoluta ou palmier fougère

Dioïque (plantes mâles différentes des plantes femelles), croissance lente, très belles feuilles vert brillant, fines et longues de un à deux mètres, le feuillage peut geler à partir de – 15 °C, mais repart du tronc. Trois mètres de haut.

Cycas-revoluta

 

 

Références :

- Annales de la Société des Sciences naturelles et d'Archéologie de Toulon et du Var, n° 17, 1965 ;
- Le jardin public de Toulon, par le Dr Louis André, pages 52 à 70 ;
- Annales de la Société des Sciences naturelles et d'Archéologie de Toulon et du Var, tome 48, fascicule 2, 2e trimestre 1996 ;
- Les arbres dans le Var par G. Vignon et R. Cruon ;
- Catalogue jardinerie Jean Rey, pages 94 à 96.

 

 

Consulter la page : le Château de Sollliès-Pont

130total visits,2visits today