Le moulin Béja

UN MOULIN À BLÉ

Jean André Floquet

(Cadenet 08 déc. 1699 — La Bastille 18 déc. 1771)

J. A. Floquet(1)
dans son rapport du 22 août 1741 décrit  ce moulin :
 « En prenant notre relation de l'état et situation des lieux aux puits des moulins des chevilles à l'extrémité du parc de ce côté-là, où elle a été ci-devant déterminée, nous avons trouvé deux moulins à farine et un à huile dont les eaux des fuyants vuident dans un seul canal qui va aboutir et dégorger dans celui des moulins de la place, vis-à-vis et à l'espacier ou martelière des Trois Pierres, c'est-à-dire à environ trente cannes loin desdits puits des chevilles »

Cadastre Solliès-Pont de 1849

Le canal de l’Enclos qui alimente le moulin à blé. Solliès-Pont, détail de la section A, cadastre relevé en mai 1849.

Architecte, ingénieur hydraulique à Aix-en-Provence, il fut chargé par ordonnance du Parlement de Provence en novembre 1740 d'établir un rapport  concernant le procès entre les syndics des arrosants des quartiers de Sarraire, de la Tourre et de Cadouire et messire Jean d'Artuard de Mur, chevalier des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, commandeur de Beaulieu contre les frères Blin et les syndics des arrosants des quartiers des Sauvants.

Il existe trois moulins à Solliès-Pont et tous sont actionné à eau.
L’un situé à l’entrée du bourg, à deux meules d’une force plus que suffisante, appelé Moulin des Chevilles jouit des eaux le jour et la nuit(2).
L’autre situé au centre du bourg, à deux meules, d’une force supérieure au premier mais n’allant que le jour.
Il comprend en même temps le logement du fermier. Ces deux effets ont donné dans le temps des produits considérables par la raison qu’ils étaient banaux pour les quatre Solliès, mais il en est autrement aujourd’hui que l’on en à établi dans tout le voisinage et même ici.
Cadastre moulin Béja

Le moulin à blé (parcelle 3 bis). Détail de la section B du cadastre levé le 25 juin 1849.

1813 - Moulin à farine à la Grande Rue de Charles de Saporta, (1,07 a), (B 7).

Matrice cadastrale de 1850 1850
– Moulin à farine ou minoterie de Charles de Saporta, (1,07 a) (B 3 bis)  (1850-1854). 1854
– Moulin à farine ou minoterie de Gaston de Saporta, (1,07 a), (B 3 bis) (1854-1909). 1909
– Moulin à farine de Marie, François de Saporta, (1,07 a), (B 3 bis) (1909- ) 1920
– Moulin à farine, Gérard & Béja,  (____-1926) 1926
– Moulin à farine et habitation de Veuve Béja et fils, (12,09 a) (B 687) (1926-1969) 1969
– Moulin et habitation, Me Aymes et Gouzian notaires, (8,23 a).

(2) Tableau de classement de la matrice cadastrale fait et arrêté le 20 avril 1813.

Lettre minoterie Béja

Lettre à en-tête des établissements Gérard et Béjà, signé M. Béjà.

UN MOULIN À FARINE

Plan minoterie Béja

Plan N° 1919 M-1 dressé par le cabinet Roux, 3e trimestre 1950.

Entrée du moulin Béja
Passerelle du moulin Béja

Entrée du moulin 8, rue de la République.
De gauche à droite : - ? -, Matéo Béja dit Mathieu, Émile Clozet, Ferrari, et Joseph Brun dit : « Petit Joseph ».

La passerelle.

Le canal de l'Enclos
Le silo à grains
Camion de livraison Béja

Le canal de l'Enclos.

Le silo à grain.

Camion de livraison.

Un plansichter est une machine utilisée dans les moulins et les minoteries. Il permet, par « blutage », la séparation des différentes issues, semoules et farines.
Il est composé de plusieurs caisses (de 2 à 8 caisses) elles-mêmes composées de plusieurs porte-tamis ; chaque porte-tamis peut recevoir un tamis d'une ouverture de maille déterminée.

Les planchisters

Les plansichters.

Monsieur Béja

Monsieur Béja.

Le dernier voyage
Le premier étage, Moulin Béja.

Le premier étage.

Le dernier voyage.

Moulin Béja

L’ancien moulin est transformé en un immeuble de logements et de bureaux en 1970 (photo 2017).

1621total visits,2visits today