Calluna vulgaris – ericaceae

 

callune

La Callune

Elle est en fleurs depuis la fin du mois d’août. Les feuilles sont en écailles sessiles opposées, ce qui permet de la distinguer des autres bruyères (en verticille). Les fleurs en clochettes roses ou blanches sont fortement mellifères.
Prises en décoction (40g/l, réduite à 1/3), elles sont diurétiques et c’est un antiseptique urogénital à prendre en cas de cystite, de maladie de la prostate ou de néphrite (reins).

En alcoolature, elle est utilisée pour les rhumatismes.

Texte et illustration : Fabien TAMBOLONI,
technicien forestier et naturaliste.

La callune, ou petite bruyère est un sous-arbrisseau à feuilles persistantes et à petites fleurs rosées, en forme de clochettes.
On la trouve presque partout en France et sur l’ensemble de l’Europe mais elle est plus rare en région méditerranéenne sauf en Provence siliceuse, (autrement dit, dans le massif des Maures). La callune, composante des maquis bas les plus acides, est une espèce eurosibérienne qui a dans le Var (Porquerolles) une de ses stations les plus méridionales. On la trouve aussi sous les pins maritimes.
Sa floraison s’étend de juillet à octobre, mais dans les Maures, elle ne fleurit que lorsque la chaleur estivale s’estompe, entre septembre et octobre.
Cet arbrisseau possède différentes propriétés, pour lui-même comme pour les Hommes :
Télétoxique, il excrète de ses racines des substances chimiques inhibant la croissance d’autres végétaux.
Mellifère, cette plante cache aussi des vertus médicinales contre les coliques néphrétiques ou encore les cystites.
Elle était utilisée autrefois pour la confection de balais rustiques, d’où l’origine de son nom : en grec callunein signifie balayer. En français, on l'appelle aussi la bruyère à balais.
En teinturerie, les sommités fleuries permettent d’obtenir un beau jaune vif.

Enfin, elle sert également de plante ornementale, vous comprendrez pourquoi…

Céline Pain : teinturière en herbe.

Retour à la fiche : Callune

325total visits,3visits today