Église Saint-Jean-Baptiste

Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste de Solliès-Pont

vue aérienne de l'église Saint Jean-Baptiste

Historique

Située sur la rive gauche du Gapeau, la première église paroissiale Saint-Jean-Baptiste, en remplacement de l'église Saint-Victor devenue trop petite, est construite entre 1661 et 1668. En 1707, la voûte s'effondre, et en 1708 l'église s'écroule. Partiellement réédifiée en 1710, elle tombe en ruines en 1717. En 1724, le projet de reconstruction de l'architecte Joseph Pomet est adopté. En 1726, c'est le début de la réédification par Joseph Giraudy et fils, maître maçon, mais en 1729 ils abandonnent le chantier. Pierre Sénès architecte de Toulon reprend aussitôt les travaux jusqu'à sa mort en 1730 ; il est remplacé par son frère Charles jusqu'à l'achèvement de l'église en 1734. Elle est bénie le 23 décembre 1734 par Messire Tournier, grand vicaire.

st-baptiste

En 1793, l'église Saint-Jean-Baptiste sert de cantonnement aux troupes qui assiègent Toulon. Elle est dévastée, son mobilier détruit. Les statues en bois sont portées devant le château et brûlées ; à l'emplacement du feu, l'herbe n'a plus repoussé, on appelle ce lieu « Le pré aux saints ».

La statue en marbre de Notre-Dame de Santé provenant initialement de l'église de Notre-Dame de l'Immaculée-Conception des révérends pères capucins, est précipitée dans le Gapeau. Elle est récupérée après la Révolution et placée sur son autel jusqu'à la démolition de celui-ci. En septembre 1992 sur l'initiative du père Michel Schaumasse, après nettoyage, la statue est placée à droite de la nef centrale au troisième pilier.

De style classique, l'édifice comprend trois nefs et cinq travées. Ces nefs sont couvertes d'une voûte d'arêtes aux arceaux à plein cintre tombant sur des pilastres. Chaque travée est marquée par une arcade de hauts piliers recevant un arceau à plein cintre. La grande nef, plus haute que ses collatéraux, de seize mètres cinquante de hauteur se termine par une abside à cinq pans voûtée d'arêtes.

La façade totalement en pierres de taille appareillées est dominée par un fronton qu'encadrent des accolades reposant sur les murs des nefs latérales. Elle s'ouvre de trois portes sculptées servant d'issues à chaque nef. La grande porte refaite en noyer massif par le sculpteur Militano en 1960 soutenant un encadrement lui-même surmonté d'un fronton courbé.

eglise-Saint-Jean-Baptiste

Les deux autres portes plus petites ont un simple encadrement de pierres surmonté d'un linteau légèrement cintré. La nef centrale est éclairée par dix fenêtres et une baie octogonale munies de vitraux en 1958 par Paul Montfollet, maître verrier à Grenoble. Au-dessus des portes latérales on trouve également deux vitraux l'un représentant sainte Christine, l'autre saint Jean-Baptiste, ils ont été exécutés par Jacques Robinet, verrier, entre 1960 et 1963.

À gauche de l'église, le presbytère construit en 1770, et à droite la chapelle Saint-Dominique construite en 1780, réaménagée en 1995 en maison paroissiale.

Nef latérale gauche

stj-baptiste3

Madone des motards

En entrant par la porte latérale gauche rouverte en 1993, on trouve dans la nef :
- l'autel en bois sculpté de Sainte-Élisabeth de Hongrie ;
- la fresque de 1969 représente le pape Paul VI en visite à Fatima le 13 mai 1967 ;
- l’oratoire de la Madone des motards, Vierge enceinte du château de Solliès-Pont, bénie par le pape Jean-Paul II au cours du pèlerinage des motards à Rome le 2 juin 2000 ;
- un confessionnal en bois, une statue en bois de Saint-Joseph, de M. Lacome, sculpteur à Lourdes ;
- la fresque réalisée en 1967 illustrant le baiser du pape Paul VI au patriarche Athënagoras ;
- un confessionnal encastré, en bois joliment sculpté ;
- au-dessus de la porte du bureau accueil, un tableau du XVIIIe siècle représentant la Sainte Famille.

L'autel du Rosaire date de 1819. Le tableau qui le surmonte représente la Sainte-Vierge offrant un rosaire à saint Dominique accompagné de sainte Catherine.

Chœur

Dans le chœur le maître-autel en marbre de Carrare de 1818 par François, Charles Gazelle, maître marbrier d'Aix-en-Provence, déplacé en 1958, surmonté d'une Gloire.

Il est précédé d'un autel mobile en érable fabriqué en décembre 2000 par Michel Biale. Le chœur est séparé de la nef centrale par une table de communion en marbre de Carrare exécutée par le sculpteur Rossi fils.
Des boiseries en noyer entourent ce dernier ainsi que deux rangées de cinq stalles réalisées en 1825 par Féraud et Simon maîtres menuisiers à Solliès-Pont.
Dans le prolongement des boiseries on trouve de chaque côté un baldaquin sculpté en forme de dais orné d'un ange le tout en noyer. Sous le baldaquin de gauche la statue de Saint-Jean Baptiste, et sous le baldaquin de droite la statue de Sainte-Christine.

stj-baptiste4
Apocalypse

Sur la voûte au-dessus du chœur une fresque de 1976 représente le Christ revenant à la fin des temps suivant le chapitre I de l'Apocalypse de saint Jean.

Cinq tableaux ornent le chœur, de gauche à droite :
- Martyre de Sainte-Christine par le Toulonnais Louis Janmot, en 1883 ;
- La prédication de Jean-Baptiste dans le désert. Luc 3,1-6, Patriti, 1858 ;
- La nativité de Jean-Baptiste. Luc 1,57-83, Patriti, 1858 ;
- Le baptême du Christ par Jean-Baptiste. Luc 3,15-22, Patriti, 1858 ;
- Saint-Roch guérissant les malades par le Marseillais M. Fronti en 1890.

Nef latérale droite

- L'autel du Sacré Cœur repeint en décembre 1998 ;
- La fresque de 1973 représente Paul VI au congrès eucharistique international de Bombay ;
- Une statue en plâtre de Sainte-Thérèse de l'Enfant Jésus ;
- Une statue en bois du bienheureux François, Joseph Pey sculptée par J. S. Hartmann ;
- Une statue en plâtre de Saint-Antoine de Padoue ;
- La grotte de Notre Dame de Lourdes inaugurée le 10 février 1935 ;
- Un Christ en croix surmonté d'un dais en bois.

stj-baptiste5
fonds-baptismaux

Les fonts baptismaux sculptés par M. Roux, marbrier à Toulon en 1834 sont ornés de six colonnes en bois de style corinthien. Ces colonnes sont surmontées d'une demi-coupole dominée par la statue de Saint-Jean-Baptiste, sculptée par Vian, ébéniste de Pignans.
À droite des fonts baptismaux, un tableau datant de 1816, représentant le baptême du Christ par Jean-Baptiste.

Nef centrale

La nef centrale est soutenue par huit piliers sur lesquels sont posées les quatorze stations du chemin de croix en noyer avec sujets en bronze.
L’ambon, réalisé à partir d’anciennes boiseries, a été fabriqué par Michel Biale en décembre 2000.
Bancs en noyer massif.
Deux bénitiers sculptés en marbre de Carrare de 1843.
Le carrelage est de M. Lauzun de Bourg-Saint-Andéol en 1900.

À la porte d'entrée, la tribune et le tambour sont achevés en 1842. À l'intérieur de la boiserie, un petit escalier en colimaçon permet d'accéder à l'orgue. Ce grand orgue construit par Joseph Callinet, de Rouffach est achevé en 1846. Il comprend vingt-deux jeux ; mille trois cent quatre-vingt-dix tuyaux ; soixante-quatre en bois et mille trois cents en métal dont vingt-huit « chanoines », deux claviers et un pédalier, il est unique, car il a conservé la totalité de son matériel sonore originel. Il est classé Monument historique depuis le 16 février 1984 et restauré en 2009-2010 par l’Atelier Quoirin.

Jean, Joseph Rigouard (1735-1800), prêtre de Solliès-Pont, député du Var en avril 1789 et évêque constitutionnel du Var en mai 1791, est inhumé le 15 mai 1800 à l'intérieur de l'église.

stj-baptiste6

Dans la sacristie, une fresque de 1966 représente la tempête apaisée. Toutes ces fresques ont été exécutées par Fernand Belmonte, professeur aux beaux-arts de Marseille, peintre et sculpteur.

Clocher

Le premier clocher construit en 1667 plusieurs fois réparé, s'effondre en l'an V. Il est reconstruit en 1819 par Joseph Reboul fils, sur les plans de Hugoun, architecte d'arrondissement. Le clocher mesure vingt-quatre mètres de hauteur on y accède par cent deux marches.
Actuellement il comprend trois cloches :
- Marie Charles, 1869 : Ø : 0,895 m, poids : 400 kg, fondeur Maurel, Marseille.
- Maria Clara Josepha, 1926 : Ø : 1,125 m, poids : 850 kg, fondeur les Fils de G. Paccard, Annecy.
- Marie Christine 1961, Ø : 0,780 m, poids : 300 kg, fondeur Granier.
stj-baptiste7


Cet édifice n'est pas un musée, c'est une église consacrée au culte catholique.
On est prié de se conformer aux règles extérieures de respect dans l'attitude et la tenue.
On ne circule pas pendant les offices.
On respecte la foi et la prière d’autrui.

166total visits,1visits today