La figue de Solliès

À la gloire de la figue

 

lafiguedesollies2w

Un jour transporté dans les entrailles d’un oiseau de passage, je suis tombé par ses voies naturelles sur les bords de ce charmant petit fleuve côtier : le « GAPEAU » qui traverse des villages noyés de verdure, le cadre idyllique où mon transporteur m’a posé se nomme Solliès-Pont.

Dans la terre fertile où j’ai pris racine, un jour de printemps je suis sorti de celle-ci pour devenir un figuier. J’ai vécu longtemps en état sauvage, ignoré des hommes de cette Vallée ; jusqu’au jour, pour montrer a ces hommes que j’étais là ; j’ai fait des fruits d’une grosseur supérieure, d’une couleur violette incomparable à tous mes frères de « restanques » (grise, mouïssones, verdales etc. !)

Enfin ! Un de ces cultivateurs voyant mes fruits beaux, sains et bons, c’est occupé de moi. Il m’a taillé les branches noueuses et tordues à la manière d’un pin parasol. Honoré par cette taille et comme pour le remercier j’ai produit des fruits encore plus beaux, jusqu'à ne plus avoir de feuilles que les premiers froids font tomber.

Avec le temps, j’ai pris une place de choix détrônant le cerisier qui était le maître de ces lieux.
Avec l’aide de l’homme mon fruit est sorti des frontières et il est présent sur toutes les tables d’Europe. Mais ma plus grande fierté, ma Légion d’honneur c’est d’être devenu le symbole de ce village sous l’effigie de :

Solliès-Pont capitale de la Figue

15 août 1998

 

 

Bibliographie

Page de René Vinotti : René Vinotti
Bibliothèque : Le dernier ermite de Sainte-Christine à Solliès-Pont

272total visits,1visits today