Le moulin des Sénès

Le moulin des Sénès

3-6

Le cadastre d’avril 1813 dénombre six moulins dans le bourg ou les faubourgs, dont deux à une meule et quatre à deux meules, que l’eau fait mouvoir avec plus ou moins de force.
Il en existe un septième au hameau des Sénès.
Il n’a qu’une meule que des mulets font tourner et son produit en est bien différent par les frais qu’il entraîne.

Ce qui fait la différence dans les évaluations, c’est d’abord le nombre de meules, ensuite la chute d’eau plus ou moins forte, l’abondance et la quantité d’heures de ces eaux ou enfin la qualité de l’engin.

6EMoulin-des-SénèsS

Vestiges du moulin conservés dans la salle de réunion de la Communauté de communes de la vallée du Gapeau.

Il faut savoir que le détritage  se fait avec beaucoup d’économie et de soins, d’autant plus que contrairement à l’usage de beaucoup d’autres communes, celui qui porte les olives au moulin choisit ses hommes pour surveiller ses intérêts et faire de la bonne besogne.

Le moulin à huile comprend :
– une meule verticale tournante dans une auge circulaire ou dormante. (Sans chute d’eau suffisante, elle était actionnée par des mulets, d’où son nom de moulin à sang) ;
– une ou plusieurs presses ou chapelles – construites en pierres taillées – surmontées d’un mur de force ;
– de nombreux couffins en sparterie appelés des scourtins ;
– plusieurs bassins de décantation montés en cascade.

L’eau et l’huile par différence de densité se séparent, l’huile est récupérée en surface par le maître moulinier et mise en jarre où elle continue une décantation naturelle. Et finalement le produit est filtré pour obtenir une huile vierge extraite à froid.

Aux sorties des bassins de décantation, les eaux grasses se jettent dans les enfers. Cette huile provenant des enfers avait des usages industriels (savonneries) et domestiques (huile lampante.)

On dénombre en 1850, onze moulins dont un à recense.

 

Retour au circuit n° 3

180total visits,2visits today