Patrimoine culturel

LEI PIGNEN

LES CHAMPIGNONS

En provençal, le nom générique donné aux champignons est celui du champignon le plus apprécié, le plus recherché dans chaque coin de notre région. Ainsi, à Nice, les champignons se diront : lou boulet, car les cèpes y sont très appréciés ; dans le pays de Durance, ce sera lei bourigoulo, c'est-à-dire les morilles ; et pour le Var, le champignon le plus recherché étant le lactaire sanguin, nommé lou pignet, ou lou pignen, c'est par cette même appellation que l'on va désigner l'ensemble des champignons.

Lactaire-délicieux - Lactarius deliciosus
Voici quelques noms de champignons relevés par le professeur Paul Roux, dans les années 60 et 70, au cours d'enquêtes linguistiques menées dans des villages du Var :
Collobrières

            – Lou pignet : lactaire safrané ;
            – Lou fróunzi : cèpe ;
            – La coucoumello : coulemelle ;
            – Lou pisso-can, ou pissacan : bolet, généralement non consommé à Collobrières.

Les Adrets-de-l'Estérel

            – Lou rouge : sanguin ;
            – Lou fróunzi : cèpe ;
            – Lou pisso-can : bolet, certains habitants des Adrets le mange ;
            – La mourigo : morille ;
            – La coucoumello : coulemelle ;
            – L'aureieto : girolle.

Taradeau

            – Un pinet : un champignon, en général ;
            – L'ambourigo : oronge ;
            – Lou pissacan : à Taradeau, on mange le bolet ;
            – Lou fróunzi : les gens de Taradeau vont les chercher dans les Maures ;
            – Lou sanguin ;
            – La friseto : sorte d'oronge - clavaire ;
            – La mouniflo, ou encore la besigo : morille ;
            – La curado : pézize. Curado signifie : creuse à l'intérieur ;
            – La cresto de gau (crête de coq) : genre de clavaire ;
            – La rabasso : truffe. Il y en a un peu à Taradeau.
(En avril on y ramasse des truffes blanches, et pour Noël quelques noires.)

La Mole
            – Lou pinet : rouge ;
            – Lou fróunzi : cèpe ;
            – Lou brùsti : ressemble à un chou-fleur ; vraisemblablement un clavaire. ;
               (À Claviers ce même champignon se voit féminisé en la brùsti.)
            – L'aureieto : girolle ;
            – La mourriho : morille ;
            – Lou mousselot : petit champignon des près, sans précision ;
            – L'embourigaire (mot utilisé par les anciens) ;
            – L'oumbrello : très gros champignon ;
            – Lou bounet de capelan : genre d'embourigo, noir ou marron foncé ;
            – Lou pisso-can : boleti.
Divers

            – Lou safrana, lou vinachous : déclinaisons du sanguin ;
            – La coucouno : oronge ;
            – Lou chimbàli : espèce de champignon à très large chapeau, à Fréjus ;
            – Lou gris, lou griset : tricholome couleur terre ;
            – Lou carbounié : tricholome couleur terre, à Trans ;
            – La bourigoulo : morille, dans le Haut Var ;,
            – La tantiflo : morille, à Draguignan, Salernes,
            – La lengo de buou : langue de bœuf (Fistulina hepatica) ;
            – L'esco : amadouvier (Fomes fomentarius).
Ce champignon servait il y a bien longtemps à allumer les briquets (cf. l'amadou) vu sa capacité à s'enflammer.
À noter le rapprochement entre le provençal esco et le roumain iasca signifiant champignon séché...

 

Un témoignage
« Sian d'autouno, e emé lei plueio de Sant Miquèu, lei pignet an espeli d'aqui ou d'eila. Coumo cade an, d'escabouat de gènt de la vilo soun esta aganta pèr la fèbre cuierello, ce que si coumpren talamen la sesoun es bello. Lou blu dóu cièl es seren, lei proumiérei rouado rèndon l'èr fin, lou tèms sèmblo suspendu. Lou verd dóu reviéure e dóu germe es quàsi printanié. Tambèn cade dissato, lei rabaiaire, lei remassaire, leis acampaire de touto meno soun pèr orto, au nouastre, à mouloun. Es uno foulié que de còup pauvo proublèmo, mai qu'es touto recènto. 'Ceta dóu coustat d'Anouot, ente lei fróunzi soun toujour agu un revengut pèr lou mounde, lei pignet, au nouastre, èron pas tant presa qu'acò dins lou tèms. D'en proumié, n'in 'vié bèn gaire, que li'vié pas tant de bouas ni de pin, au nouastre. Puei lei peïsan, d'autouno, avian gaire tèms d'ana barroula dins lei travès, que lou travai pressavo : foulié laura, samena, derraba lei trufo, cuhi lei poum, lei pero, garda l'avé, faire de bouas pèr l'ivèr ; enfin, lou pignet degaiavo fouarço òli, e nourrissié gaire. E d'ùnei d'aiours dihien d'éu qu'èro « lou cementèri de l'òli » ! E puei, lou mounde si mesfisavon, e lei counouissien gaire, fin finalo. Si manjavo de segur lei sanguin, cue sus lou poualo, ou au four, emé de sau e d'òli, à la sartan emé d'aiet, de juvert, ou en fricot, emé de trufo, de cebo, e un bouan moussèu de lard.
Encuei, la civilisacien dei lesi nous a fa counouisse despuei gaire de tèms lei griset, lei pèd-de-moutoun, lei pèd-blu, leis aureieto que si regalan de manja, de fa seca ou de metre en counservo. »
Traduction
Nous sommes en automne, et avec les pluies de la Saint-Michel (29 septembre) les champignons sont sortis d'ici de là. Comme chaque année, des troupeaux de citadins ont été pris de la fièvre de la cueillette, ce qui se comprend tellement la saison est belle. Le bleu du ciel serein, les premières gelées blanches rendent l'air fin, le temps est comme suspendu. Le vert du regain et de l'herbe est presque printanier. Aussi chaque samedi, les ramasseurs de tout poil sont-ils de sortie, chez nous, en très grand nombre. C'est une folie qui certaines fois pose problème, mais qui est toute récente. Excepté du côté d'Annot, où les cèpes ont toujours représenté un revenu pour le monde, les champignons, chez nous, n'étaient pas aussi prisés que cela dans le temps. Premièrement, il s'en trouvait bien peu, car il n'y avait pas beaucoup de bois ni de pin, par ici. Et puis les paysans, l'automne, n'avions pas trop le temps d'aller circuler dans les travers des forêts, car le travail pressait : il fallait labourer, semer, arracher les pommes de terre, cueillir les pommes, les poires, garder les moutons, faire du bois pour l'hiver ; enfin, le champignon nécessitait une grosse quantité d'huile d'olive, et il n'était pas bien nourrissant. D'ailleurs certains disaient de lui qu'il était le cimetière de l'huile ! Et enfin, les gens se méfiaient, et on ne les connaissait guère, finalement. On mangeait bien sûr les sanguins, cuits sur le poêle, ou au four, avec du sel et de l'huile ; à la poêle avec de l'ail, du persil, ou en ragoût, accompagné de pommes de terre, d'oignon et d'un bon morceau de lard.
De nos jours, la civilisation des loisirs nous a fait connaître depuis peu de temps les tricholomes couleur terre, les pieds-de-mouton, les pieds-bleus, les girolles que l'on se régale de manger, de faire sécher ou de mettre en conserve.
Bolet rude - Leccinum scabrum_ex_Boletus scaber - Bolet scaber
Oronge vraie, Amanite Caesarea

 

Consulter la page : Exposition mycologique 2015

Consulter la page : Exposition-mycologique 2013

Bibliothèque :

Consulter l'ouvrage : Champignons de Provence et du Midi méditerranéen

LES SANTONS,
ambassadeurs de la cuisine provençale traditionnelle

21-femme-a-lagneau-et-au-pot-a-lait-femme-et-homme-a-la-brousse
Les traditions culinaires provençales, présentées par :

Les santons de la crèche
ou
Les santons ambassadeurs de la cuisine provençale traditionnelle

 

Pour Noël les Provençaux font : « cacho fio » en formulant les vœux du Nouvel An. Après les vœux, suit le « gros souper », qui était pris entre 19 h et 21 h. C’est au retour de la messe de Minuit que les Provençaux consommaient les « treize desserts… »

Bien sûr nos santons apportent à la crèche, en un cortège d’offrandes tous les éléments nécessaires à cette nuit de Noël, mais encore tout ce qui entre dans d’autres recettes incontournables de notre Provence, telles que l’aïoli, la bouillabaisse, la daube, les pieds et paquets, et autres savoureuses préparations.

Le Gros Souper doit compter sept plats :
1 — la soupe à l’ail, ou « aïgo boulido sauvo la vido », autrement dit l’eau bouillie qui sauve la vie. Préparée avec de l’ail, de la sauge, additionnée d’huile d’olive « fiéu d’oïli » versée sur du pain rompu (le pain calendal) ;
2 — le céleri à l’anchoïade, « bagna caudo » qui apporte vigueur aux convives ;
3 — le gratin d’épinards ou« tian d’espinarc », ou le gratin de blettes ;
4 — l’omelette d’oignons, « meleto de cebo » , ou la brouillade de truffes ;
5 — la morue en brandade, « marlusso en brandade » ;
6 — les cardes au jus, « cardoun emé jus » ;
7 — l’omelette d’herbes, « meleto d’erbo ».
Ce gros souper était copieux, mais maigre, sans fromage et sans fruits.
Quant aux treize desserts, ils peuvent être très variés d’un pays de Provence à l’autre. Mais, partout ils comptent les quatre mendiants :
1 — les figues sèches blanches, blanquettes ou marseillaises, « figo seco », qui symbolisent l’Ordre des franciscains ;
2 — les noix ou les noisettes « lei avelano » figurent la robe des Augustins. C’est de l’énergie pour l’hiver ;
3 — les amandes « lei amelo », elles représentent les Carmes qui vont pieds nus. Ce sont des constituants énergétiques qui entrent dans la constitution du nougat ;
4 — les raisins secs « lei raisin », issus des grappes de clairettes, ils représentent l’Ordre des frères dominicains ;
Outre les quatre mendiants, on dispose des fruits frais
5 — les poires « pero » qui sont nommées :« Bon chrétien d’hiver » ;
6 — les pommes « poumo » et plus précisément les rainettes, qui rafraîchissent les convives ;
7 — le « verdau », melon de Noël, retenu pour la fraîcheur de l’esprit ;
8 — les raisins blancs frais, les « panses muscades », aujourd’hui « les italia » qui sont signes de vitalité ;
9 — les oranges « lei aranje », qui apportent arôme et fraîcheur. L’orange était rare en ces temps reculés. Seuls « les picons » étaient vendus à la sauvette à Marseille au prix de deux liards (un quart de sou). Elles avaient la vertu dit-on, de faire réussir, dans l’année à venir, les vœux formulés dans le silence du cœur ;
10 — les dattes « lei dàti » étaient aussi une rareté. Mais elles symbolisent la sauvegarde de la Sainte Vierge. En effet, le noyau est marqué par un« O ». Exclamation de la Vierge lors de la fuite en Égypte où elle découvrit ce fruit et dit « O ! Le beau fruit » et s’en délecta.
11 — les prunes, jadis « les brignoles » ou « pistoles » car séchées épluchées elles étaient jaune comme les pièces d’or espagnoles. Elles étaient connues dans toute la Provence. De nos jours elles sont remplacées par les pruneaux ou les abricots secs.
12 — la pompe à l’anis ou à l’orange, gâteau qui pousse le convive à boire un peu de vin cuit pour faire glisser les bouchées. La pompe se présente sous diverses formules et appellations : pompettes à l’anis dans le var, pompe à l’huile à Marseille, « gibasié » en Avignon, fougasse à Arles. Ces gâteaux sont gages de réussites et ne doivent pas être coupés, mais rompus comme « le pain calendal », sous peine d’être ruinés dans l’année ;
13 — le nougat noir, qui nous vient des Maures. En effet, le petit page du roi d’Arabie qui avait dans son vêtement une barre de nougat que lui avait donné sa maman ; tout tremblant d’émotion devant l’Enfant Jésus, la lui offrit.

C’est depuis plus de 2000 ans que le nougat est connu en Provence

D’autres déserts sont disponibles tels que : Le cédrat confit, les arbouses, les sorbes, les calissons d’Aix-en-Provence, traditionnels depuis 1473, la pâte de coing « pasto de coudoun » qui est signe de richesse. Le nougat blanc complète les friandises de Noël qui se terminait en cette nuit dans la joie et en dégustant un petit verre de « sauve chrétien, lou sauve cristian », grains de raisins blancs macérés dans du marc de Provence.
Nous aurons bien sur le plaisir de découvrir d’autres santons offrant les ingrédients nécessaires à bien d’autres recettes provençales.

Joyeux Noël et bonne et heureuse année ! À tous

Jean-Paul Forêt

44-femme-et-homme-au-melon
08-homme-et-femme-a-la-tresse-dail

LES JOURNÉES ARENAÏQUES 2016

du 27 mai au 4 juin

Compte rendu

aajeunedetw

Antonius Arena, de son nom français Antoine Arène, est né à Solliès, probablement en l’an 1500. Étudiant en 1519 à l’Université de droit d’Avignon, ses études sont perturbées par la peste, puis par la guerre.
Son engagement dans les armées de Saluces l’amène en Italie où il participe à la défense de Rome avant d’être fait prisonnier. Libéré après la capitulation, il retourne en France sans ressources, et décide de donner des cours de danse qui lui assurent un maigre revenu. À nouveau enrôlé dans la cavalerie du capitaine Lautrec, en 1528, il revient à Solliès écrire Ad suos Compagnones, puis s’installe à partir de 1536 à Aix-en-Provence.
Quand le 24 juillet, Charles Quint attaque la ville, il prend les armes pour la défendre, puis fuit avec tous les habitants. Après cette campagne il écrit : Meygra entrepriza catoliqui imperatoris.
Sa maison natale pillée par l’ennemi et dépourvu de revenus, il sollicite une charge juridique. En 1537, il est nommé juge royal de Saint-Rémy-de-Provence et meurt en 1544 dans l’exercice de ses fonctions.

 Antonius de Arena provençalis, de bragardissima Villa de Soleriis

AD SUOS COMPAGNONES STUDIANTES, 
qui sunt de persona friantes, bassas
 Dansas & Branlos practicantes, nouuellos
 quamplurimos mandat.
Conardorum Abbatis Yo, de Rothomago, in lucem enuoyatus.

M. DC. LXX., in-12, 191 p., est divisé en deux parties. Seule la première partie jusqu’à la page 96 contient les textes d’Antonius Arena. La deuxième partie contient la Guerre Huguenote de Rémy Belleau (1528-1577) et des poèmes macaroniques de Bartholomé Bolla.
Reproduit grâce à l’aimable autorisation du propriétaire (2016).

Consulter le livre :

Antonius ARENA

 

 

Le Moyen Âge et la Renaissance
dans les manuels et documents scolaires

Exposition par le Musée de l’École publique
(à La Farlède, avenue de la Libération)
27 au 31 mai 2016

cadrevide
Musée de l'École de la Farlede

 

 

Antonius Arena soldat de François Ier

Conférence par Madame Marie-Joëlle Louison-Lassablière,
à Solliès-Ville, salle du Moulin d’Oli,
vendredi 27 mai 2016

 

Antonius Arena, soldat de François 1er

 

 

 Antonius Arena et la danse

Conférence par Madame Marie-Joëlle Louison-Lassablière,
Château de Solliès-pont, salle Eugène Baboulène
samedi 28 mai 2016

Conférence du 28 Mai 2016 : Antonius Arena et la danse
ConfaPontW

La conférence

 

 

 Les basses danses

Textes et danses d’Antonius Arena
Spectacle avec l’association la Souleiado et l’association lei Ginèsto,
Château de Solliès-Pont, dans la cour intérieure,
samedi 28 mai 2016

 

Les basses danses, Antonius Arena
spectGinesto1W
spectGinesto2W

Lei Ginesto

 

Lei Ginesto

 

spectSoule1W

La Souleiado.

spectSoule2W

La Souleiado.

A1 Champaigne (la Souleïado)
B1 Basse danse commune (lei Ginèsto)
A2 Quant je voy iver retorner (la Souleïado)
B2 La grant douleur (lei Ginèsto)
A3 Branle (la Souleïado)
A4 Gaillarde (la Souleïado)
B4 Bon temps (lei Ginèsto)
A5 Pavane (la Souleïado)

FinalW

Final (la Souleïado et lei Ginèsto)

 

Exposition à Solliès-Pont

Château de Solliès-Pont
salle Eugène Baboulène
26, 27, 28 et 29 mai 2016

 

cadrevide
InviteExpoPontW
Beret Écomusée Solliès-Pont

     Entrez… c'est par ici !

Le béret (boretum arenaicum) réalisé par les Petites mains.

 

 

 Exposition à Solliès-Ville

salle du Moulin d’Oli
2, 3 et 4 juin 2016

 

 

Exposition Antonius Arena, Musée du Vêtement, Solliès-Ville
ExpoAAVille1W
ExpoAAVille2W
ExpoAAVille3W

Entrée du Musée du vêtement provençal, rue Marseillaise, solliès-Ville

Sanguine de Cristian Sévery et le «boretun arenaicun » réalisé par les petites mains.

Nôtre stand d'accueil.

 

Le livre  : Antonius Arena 2016

ISBN : 9 782955 554500

Ouvrage collectif relié, à l’Italienne, de cent vingt pages sur Antonius Arena (1500-1544), maître à danser, poète macaronique, soldat de François 1er avec de nombreuses illustrations, édité par les Éditions de la Martelière — Écomusée de la Vallée du Gapeau — avec au sommaire :
—  sa généalogie ;
—  les étudiants en Avignon au XVIe siècle ;
—  du macaronique à l’arénaïque ;
—  un extrait de « Ad suos compagnones » traduit et annoté ;
—  un extrait de la Meygra entrepriza, traduit en provençal puis en français ;
—  son testament de 1542 transcrit et annoté ;
—  Soliers aux XVe et XVIe siècles.
Couverture recto, Antonius Arena, Éditions de la Martellière
Couverture recto, Antonius Arena, Éditions de la Martellière

La couverture recto.

La couverture verso.

Vendu (bulletin de commande ci-dessous) au profit de l’association au prix de 28 €, + 7,50 € de port et d’emballage par correspondance, ou retrait sur place dans nos bureaux :

Écomusée de la Vallée du Gapeau 1 bis, rue de la République, 83210 Solliès-Pont

bulletincommandeaaw

 

Télécharger le document : Bulletin de commande Antonius ARENA

Un nouveau partenaire de l’Écomusée voit le jour !

La Maison du Patrimoine de Belgentier a été inaugurée le samedi 6 février 2016 en présence d’officiels et de nombreux invités. Elle est située rue Peiresc, au premier étage de l’ancienne mairie, à deux pas de l’église.

L'inauguration le 6 février 2016.

L'inauguration le 6 février 2016.

L’espace occupe trois pièces aménagées pour accueillir les visiteurs. Vous y découvrirez une exposition permanente qui présente quelques aspects marquants de la vie du village :
— les activités agricoles ;
— les activités industrielles ;
— l’eau et le Gapeau ;
— l’humaniste Peiresc ;
— le passage de Louis XIV...

L’ouverture au public est pour le moment fixée au premier mercredi de chaque mois, de 14 h 30 à 16 h 30 (horaire d'hiver de septembre à juin). Des ouvertures sur rendez-vous sont prévues en fin de semaine, avec possibilité d’étendre la visite au village.
L’équipe de bénévoles travaille également à la numérisation de vieilles photos, de cartes postales ou d’archives personnelles ayants attrait au village.
Cette tâche implique ainsi la population, désireuse de contribuer à la sauvegarde de la mémoire locale.

Maison du Patrimoine Belgentier.
Maison du Patrimoine Belgentier.
Maison du Patrimoine Belgentier.

Vue des trois pièces.

Contact : 06 77 72 37 19

Né le 4 février 1727 à Solliès-Pont, près de Toulon, il était fils d’un pilote de la marine. C’est à Paris qu’il fait ses études d’ingénieur constructeur, dans l’école fondée en 1741 par Duhamel du Monceau. Affecté successivement à Brest, Rochefort, Le Havre et Lorient, Groignard devient un éminent spécialiste de la conception des charpentes navales. Antoine Groignard était un ingénieur constructeur de la marine, c’est-à-dire un ingénieur spécialisé dans la construction des navires de la marine royale. Conseiller du ministre de la marine, il a pour mission d’uniformiser les plans des vaisseaux construits dans les différents ports du royaume et membre de l’Académie de marine en 1769.

À Toulon, Groignard joue un rôle particulier pour la modernisation de l’arsenal. Il établit en effet en 1774 les principes de construction du premier bassin de radoub de Toulon en 1779. Cela permettra d’échouer les navires au sec afin d’entretenir ou de réparer leur coque. Le procédé imaginé par Groignard était particulièrement audacieux. Le bassin en maçonnerie sera en effet construit sous le niveau de la mer, à l’intérieur d’une immense caisse de charpente. Longue de cent mètres et haute de plus de onze mètres, la caisse est maintenue à sec durant les travaux au moyen de centaines de bagnards pompant à longueur de journée. Le bassin Groignard est mis en service en 1778. Il est toujours en activité après plus de deux cents ans d’activité.

Le succès de Groignard lui vaut d’être nommé ingénieur général de la marine en 1779.
Buste d'Antoine Groignard

Buste en bois de l’époque le représente avec son uniforme d’ingénieur général. Il porte sur la poitrine la croix de Saint-Louis, qui lui est accordée en 1780 par le roi Louis XVI. © Musée national de la Marine, Toulon.

Il se retire du service en 1790, mais est rappelé pendant la Révolution, pour être ordonnateur du port de Toulon. Cette fonction consiste à diriger toute l’administration de la marine dans le port de Toulon pour préparer la campagne d’Égypte.
Il fut nommé chevalier de Saint-Louis en 1780 et anobli l'année suivante.
Il est mort à Paris le 26 juillet 1799.

 

Maquette bassin de Radoub
Jusqu'à la fin du 18e siècle, la Méditerranée ne possédait pas de bassin ou de forme de radoub destinée à l'entretien des carènes de vaisseaux en milieu sec. Les ingénieurs ne parvenaient pas à y établir un ouvrage maçonné dans l'eau à la différence des ports de l'Atlantique où le flux et le reflux des grandes marées en permettait la construction.

 

L'ingénieur Antoine Groignard, en mettant au point l'échouage d'une caissse maçonnée à l'aide d'un gigantesque radeau, permit enfin la construction de ce bassin, réalisé entre 1774 et 1777.

Bassin de radoub ; maquette d'architecture,
Bassin n° 1 de Toulon, 1774-1778. © MnM, Toulon.

VinottiRene

René Vinotti.

René Vinotti est né un 21 avril à Solliès-Pont, d’une vieille famille de quatre générations de boulanger par sa mère.

Son père fils d’antiquaire est né à la Seyne-sur-Mer. Il ouvre son magasin d’antiquités à Solliès-Pont tout au bord du Gapeau.
René par amour pour ce métier continue la lignée et devient antiquaire à son tour, il ouvre son premier « magasin », rue Georges Cisson à Solliès-Pont, et plus tard le déplace au-lieu-dit « les Conférences » à Belgentier.

Durant son activité professionnelle il s’engage pendant trente-deux ans dans le corps des sapeurs-pompiers volontaires de sa ville au service des personnes et des biens, et la défense contre les incendies de l’immense forêt varoise, tels étaient son désir, sa volonté. Au cours de ces années passées, il sillonne les bois, les cours d’eau, sa préférence va vers LE GAPEAU, fleuve qui coule dans son pays comme dans ses veines. Cette préférence l’inspire pour écrire « La source mystérieuse » afin de rassembler les noms des sources qui l’alimentent en y ajoutant du mystère.

(Extrait ci-dessous 🙂

 

Le Mystère de la Source

Préface

 

      Le Gapeau, petit fleuve côtier, prend sa source au pied du village de Signes. Il coule dans une vallée, caché par une luxuriante forêt pour déboucher dans une plaine qu’il fertilise généreusement avant de se jeter dans la mer Méditerranée aux Salins d’Hyères.
Un grand nombre de sources l’alimente. Une d’entre elles, paraît-il, donne à celui qui la possède force, santé et richesse. Force et santé par sa teneur en minéraux. Richesse car elle est aurifère. Aussi, depuis la nuit des temps, les hommes de cette vallée se battent-ils pour la posséder. De ce fait, beaucoup de légendes se sont greffées sur les sources principales. Paraît-il encore que cette source miraculeuse se découvre le jour du solstice du printemps, au moment où le soleil, de ses rayons, en éclaire le fond. On peut y voir alors des milliers de paillettes d’or.
Les légendes ne sont-elles pas bâties sur une part de vérité ? Les deux soleils d’or qui ornent les armoiries des Solliès ne représentent-ils pas la puissance et la richesse ?

Alors !
Ce trésor que nous offrent l’Eau et la Terre restera-t-il dans l’oubli, caché dans le fond d’une source ?
Mystère !

René Vinotti

VinottiVert

Illustration : René Vinotti.

 

Bibliographie :
Le dernier ermite de Sainte-Christine à Solliès-Pont

À la gloire de la figue de Solliès-Pont :
La figue de Solliès-Pont

La cigale et la fourmi en Provence

La compréhension sera peut-être difficile pour ceux qui habitent au nord d'Avignon et à l'ouest d'Arles !

la_cigale_et_la_fourmi_2

Zézette, une cagole de l'Estaque, qui n'a que des cacarinettes dans la tête, passe le plus clair de son temps à se radasser la mounine au soleil ou à frotter avec les càcous du quartier.
Ce soir-là, revenant du baletti ou elle avait passé la soirée avec Dédou, son béguin, elle rentre chez elle avec un petit creux qui lui agace l'estomac.
Sans doute que la soirée passée avec son frotadou lui a ouvert l'appétit, et ce n'est certainement pas le petit chichi qu'il lui a offert, qui a réussi à rassasier la poufiasse. Alors, à peine entrée dans sa cuisine, elle se dirige vers le réfrigérateur et se jette sur la poignée comme un gobi sur l'hameçon.
Là, elle se prend l'estoumagade de sa vie. Elle s'écrie :
- Putain la cagade ! Y reste pas un rataillon, il est vide ce counas !
En effet, le frigo est vide, aussi vide qu'une coquille de moule qui a croisé une favouille. Pas la moindre miette de tambouille.
Toute estransinée par ce putain de sort qui vient, comme un boucan, de s'abattre sur elle, Zézette résignée se dit :
- Tè vé, ce soir pour la gamelle, c'est macari, on va manger à dache.
C'est alors qu'une idée vient germer dans son teston.
- Et si j'allais voir Fanny ! Se dit-elle. En la broumégeant un peu je pourrais sans doute lui resquiller un fond de daube.
Fanny c'est sa voisine. Une pitchounette brave et travailleuse qui n'a pas peur de se lever le maffre tous les jours pour remplir son cabas. Aussi chez elle, il y a toujours un tian qui mijote avec une soupe au pistou ou quelques artichauts à la barigoule. Zézette lui rend visite.
- Bonsoir ma belle, coumé sian ! Dis-moi, comme je suis un peu à la dèche en ce moment, tu pourrais pas me dépanner d'un péton de nourriture ? Brave comme tu es, je suis sûre que tu vas pas me laisser dans la mouscaille !
En effet, Fanny est une brave petite toujours prête à rendre service. Mais si elle est brave la Fanny elle est aussi un peu rascous et surtout elle aime pas qu'on vienne lui esquicher les agassins quand elle est en train de se taper une grosse bugade. Ça c'est le genre de chose qui aurait plutôt tendance à lui donner les brègues. Alors elle regarde Zézette la mangiapan et lui lance :
- Oh collègue ! Tu crois pas que tu pousses le bouchon un peu loin ? Moi !, tous les jours je me lève un tafanàri comaco pour me nourrir ! Et toi pendant ce temps là, qu'est-ce que tu fais de tes journées ?
- Moi ! ? lui répond la cagole... J'aime bien aller m'allonger au soleil ! Ça me donne de belles couleurs et ça m'évite de mettre du trompe couillon.
- Ah ! Tu aimes bien faire la dame et te radasser la pachole au soleil, et bien maintenant tu peux te chasper. Non mais ! ? Qu'es'aco ? C'est pas la peine d'essayer de me roustir parce que c'est pas chez moi que tu auras quelque chose à rousiguer, alors tu me pompes pas l'air, tu t'esbignes et tu vas te faire une soupe de fèves.

 

Texte de Caldi Richard.

 

La-cigale-et-la-fourmi